Convertir ses chariots à l'hydrogène, c'est possible

Le 24 janvier 2019

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Bretagne Supply Chain a organisé le 22 janvier dernier un atelier pratique pour comprendre pourquoi et comment passer sa flotte d’engins de manutention à l’hydrogène.

Après un premier atelier en novembre 2017, Bretagne Supply Chain poursuit ses travaux sur l’hydrogène avec un focus sur la conversion possible des engins de manutention.

Pour ses promoteurs, l’application de l’hydrogène aux flottes de chariots élévateurs utilisés en logistique est un secteur en développement. Sa mise en oeuvre permettrait d’améliorer la productivité des véhicules, tout en réduisant les émissions de CO₂ sur le lieu d’utilisation. L’hydrogène présenterait des atouts par rapport à l’électricité, tant sur les plans économiques et pratiques, qu’environnementaux et technologiques :

  • Gains de surface pour le stockage et la recharge des batteries électriques
  • Possibilité de plusieurs stations de recharge dans l’entrepôt
  • Moindre risque d’accident (pas de manipulation des batteries électriques)
  • Fonctionnement en continu
  • Performance constante sur toute la durée d’utilisation
  • Durée de vie d’une pile à combustible plus longue (environ 10 ans, contre 5 à 6 ans pour une batterie électrique)

Grand Frais mise sur l’hydrogène

Philippe Giroux, président de Prelocentre, prestataire logistique de la chaîne Grand Frais pour les fruits et légumes en France, est intervenu lors de cet atelier. Le groupe a converti l'ensemble de son parc d’engins vers l’hydrogène sur son site de Saint-Cyr-en-Val, près d’Orléans. 

Le centre logistique a démarré son activité en septembre 2015. Le bâtiment consacre 9 000 m2 au stockage à 10 °C de fruits et légumes et 1 000 m2 à la réfrigération à 4°C de produits de la mer. La plate-forme est opérationnelle 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, pour livrer 70 000 tonnes de fruits et légumes aux 64 magasins Grand Frais de l’ouest de la France.

Après trois ans d’exploitation, les résultats sont concluants. Parmi les avantages mis en avant par Philippe Giroux : l’absence de salle de charge (qui a permis de consacrer 400m2 de plus au stockage) et la possibilité d’utiliser les chariots en 3x8 sans arrêt. L'atelier a permis aux participants d'identifier les conditions de réussite d'un tel projet (taille du parc, volume d'activité, coût...). 

Ikea, Carrefour, FM Logistic...

D’autres projets sont aujourd’hui opérationnels en France :

  • Ikea : une vingtaine de chariots élévateurs sur sa plateforme logistique de Saint-Quentin-Fallavier (69)
  • FM Logistic : déploiement de chariots à hydrogène sur sa plateforme de Neuville-aux-Bois (45)
  • Carrefour : déploiement d’une flotte de 137 chariots pile à combustible sur le site de Vendin-le-Vieil (62)

La Bretagne avance

L'atelier a aussi permis de faire le point sur les aspects techniques liés à l’utilisation de l’hydrogène et sur les projets actuellement en développement sur le territoire breton, grâce à la participation d'Isabelle Ticos, dirigeante de la société Alca Torda, et de Maximilien Le Menn, Chargé des énergies renouvelables, smartgrids et innovations à la Région Bretagne

Dans les prochains mois, Bretagne Supply Chain ca s'impliquer dans le développement de l'utilisation de l'hydrogène à destination des transports et de la logistique. Si vous êtes intéressés ou curieux du sujet, n'hésitez à nous contacter.