Produits "à partager" versus "portions individuelles" : les millennials sont des consommateurs pluriels.

Le 20 décembre 2018

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les millennials constituent une génération convoitée par les marques. Leur mode de consommation, associé à une appétence pour le digital, a révolutionné l'approche produit. Adeptes des mono-portions et assumant leur individualité, ils sont aussi très friands de plats à partager. La commensalité, une clé pour dynamiser l'image de certains produits ?

 

 

Veal Creations revoie la cible des hachés avec son Urban share steak burger.

Foodstage propose une innovation d'usage dans l'univers des hachés où les positionnements se focalisent le plus souvent sur la cible (enfant principalement) ou le plaisir (haché façon bouchère, race à viande, cœur fondant...).  

 

Partage et commensalité burger.png

L'Urban Share Steak Burger est une innovation néerlandaise repérée dans les allées du SIAL qui joue sur la commensalité.

A base de steaks de races à viande (y compris françaises), de fromage italien et de fibre de pommes de terre, le burger offre une portion de viande (de bœuf et de veau) de plus d’un kilo, "à partager" entre amis.

Le packaging type carton à pizza, met en avant  les paysages typiques hollandais en version carte postale et donne ainsi un gage de tradition et de réassurance.

Ce produit clean label est proposé surgelé.

 

 


Graindorge propose son camembert à partager

Partage et commensalité camembert.jpgLes fromages à consommer chaud sont en pleine diversification. Au-delà des traditionnelles raclettes, fondues ou du Mont d'Or, l'offre s'étend aujourd'hui aux camemberts, féta à griller...

Graindorge développe ici sa gamme de camemberts au four avec une offre "Plaisir Partagé". Le packaging contient quatre petits camemberts individuels ainsi que quatre sachets d'épices (ail et fines herbes, poivrons-piment, tomate à l'italienne, herbes de Provence) à saupoudrer avant cuisson. Les fromages peuvent être passés dix minutes au four ou, pour les plus pressés, se préparent également en une minutes au micro-onde.


Individualisation...

La montée de l’individualisme a transformé les comportements alimentaires. En fonction des modèles sociaux, chacun aspire à affirmer son individualité notamment au travers de sa consommation. Les uns rechercheront du sens, les autres de la valorisation et de l'unicité au travers des produits qu’ils achètent.

Ceci, associé à la diminution de la taille des ménages, fait la part belle à l'offre de formats individuels ainsi qu'à la possibilité de personnaliser les assiettes.

 

... Versus commensalité.

Le partage est un réflexe inné chez les jeunes générations. Dès qu'ils repèrent une vidéo, un article, une musique qui leur plaît, ils les partagent avec leurs amis, sur les réseaux sociaux en priorité... Ce sont en effet 48% des Millennials qui ont ce réflexe alors que seulement 25% des 31-70 ans vont avoir cette démarche.

 

Selon la réflexion d'Épicure "on devrait d'abord chercher quelqu'un avec qui boire et manger, avant de chercher quelque chose à boire ou à manger"...

Le partage, c'est aussi au travers de l'alimentation, du plaisir à manger ensemble. Ainsi, la commensalité, partage du repas avec des pairs, revêt une grande importante pour les jeunes.

Partage et commensalité RHD.png

 

Cette tendance a été initiée en restauration : les restaurateurs mettent depuis quelques années déjà à la carte des pièces entières à déguster à plusieurs autour de la table ; la restauration rapide développe des boxs à partager alors que les bars sont nombreux à proposer des planches leur permettant de garder le client au-delà de l'apéritif.

 

Et maintenant, au-delà du traditionnel poulet-frites du dimanche, de la dinde à Noêl ou de la raclette du samedi soir en hiver, l'offre en GMS est pensée pour davantage de commensalité. Une manière de séduire les jeunes générations et d'insuffler de nouveaux modes de consommation aux plus anciens...

A lire également

Entre élaboration de "A à Z" et l'offre de plats "prêt à consommer", les bases de préparation culinaire "prêt à cuisiner" séduisent les consommateurs.

Le 15/01/2019

La contrainte liée au temps de préparation influence largement l'acte d'achat. Cependant les consommateurs veulent bien manger, des produits "comme à la maison", associant plaisir et équilibre. C'est ainsi que les légumes ont gagné leur place dans les préparations carnées, avec des approches différentes selon les acteurs.

Double tendance pour l'ail noir !

Le 10/01/2019

Originaire d’Asie et utilisé comme alicament, l’ail noir est un produit de niche que l’on trouve traditionnellement dans les magasins de produits biologiques. Arrivé depuis quelques années sur les grandes tables françaises, l'ail noir a occupé les allées du SIAL [...]

Grignotage et snack protéiné : quand les spécialistes de la viande investissent de nouveaux univers...

Le 08/01/2019

S'adapter aux tendances porteuses... Si certains acteurs historiques de la filière carnée ont choisi de développer une offre veggie, d'autres restent fidèles à leur ADN tout en explorant des segments clés comme le snacking. Certes, cet univers fait la part belle aux solutions repas, mais l'offre d'encas denses nutritionnellement semble décoller...