L’hydrogène, on en parle ?

Le 19 octobre 2018

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie vient de lancer un appel à projets visant à développer l'utilisation de l’hydrogène dans la mobilité. Objectif : une mobilité sans CO2 d’ici 2040. De leurs côtés, les territoires bretons prennent le sujet en main. L'occasion d'anticiper? 

Pour l’Ademe, l’hydrogène est un vecteur énergétique qui jouera un rôle important dans la transition énergétique : il peut être utilisé pour stocker l’énergie électrique, sur le réseau ou dans les transports, de manière entièrement "décarbonée". Son recours, à une échelle locale, permet de valoriser les ressources renouvelables du territoire, d’interconnecter les réseaux énergétiques, d’apporter de la flexibilité à différents usages dans la mobilité ou l’industrie.

Le Plan National hydrogène annoncé le 1er juin 2018 prévoit de développer des solutions à hydrogène pour les transports routiers, ferrés, fluviaux. Dans le domaine de la mobilité, les objectifs fixés pour 2028 sont :

  • 20 0000 à 50 000 véhicules légers
  • 800 à 2 000 véhicules lourds
  • 400 à 1 000 stations de recharge en hydrogène

Aujourd’hui, les voitures électriques, à batterie ou hydrogène, représentent moins de 2 % des véhicules vendus. Seuls quelques centaines de véhicules hydrogène sont en circulation. 

Vers des « d’écosystèmes de mobilité hydrogène »

Dans le cadre de ce plan, l’Ademe vient de lancer un appel à projets visant à déployer des « écosystèmes territoriaux de mobilité » en constituant des flottes professionnelles pour le transport de personnes ou de marchandises (véhicules d’entreprises, utilitaires, bus, poids lourds, navettes fluviales ou maritimes, engins de manutention…).

Les projets attendus devront couvrir la maîtrise d’ouvrage relative à l’ensemble de la chaîne de l’écosystème envisagé, associant production, distribution et usages de l’hydrogène en flottes de véhicules.

Trois dates de clôture sont programmées : le 11 janvier 2019 ; le 3 mai 2019 ; le 8 novembre 2019.

L'occasion de se lancer avec les territoires ? 

En Bretagne, différents acteurs institutionnels ont déjà affirmé leur volonté de développer la solution hydrogène sur leur territoire. 

C’est ainsi le cas dans le Finistère, où le Syndicat Départemental d’Energie et d’Equipement (le SDEF) a déjà établi un schéma directeur pour le déploiement de la solution hydrogène. Ce document prévoit la construction de stations hydrogène à proximité des zones urbaines, en lien avec la logistique et prend en compte la proximité des acteurs locaux susceptibles de convertir une partie de leur flotte à l’hydrogène et la cohérence avec les autres réseaux de stations de recharge (stations GNV, bornes électriques) et les grands flux de circulation routière.

Plusieurs scénarios ont été envisagés. Un des scénarios conclut au déploiement de deux stations entre 2018 et 2020, 3 en 2025 et 3 autres en 2030. Pour l’installation des deux premières stations, le SDEF va maintenant évaluer l’intérêt des acteurs locaux par le biais d’un questionnaire qui sera envoyé aux propriétaires et exploitants de flottes de véhicules utilitaires légers dans le Finistère.

Plus à l’Est, Morbihan Energies a lancé une étude pour la création d’une filière hydrogène dans le cadre du projet EFFI H2 Michelin Vannes. Objectif : étudier la faisabilité technique et économique de la mise en place d’une infrastructure de distribution d’hydrogène, qui servirait à la fois à l’usine vannetaise de Michelin (qui utilise de l’hydrogène dans son process) et à des utilisateurs extérieurs (collectivités, professionnels, particuliers…). L’étude devra notamment établir à quels types de véhicules et quels usages s’adressent les énergies électriques, GNV et hydrogène, mais aussi d'identifier les utilisateurs potentiels de la solution hydrogène sur le territoire vannetais. L’étude devra aboutir sur la définition d’une « stratégie de développement de l’hydrogène » et étudier la possibilité de dupliquer le projet sur le département, voire sur la région.

D’autres territoires ont aussi manifesté leur intérêt pour l’hydrogène. C’est le cas notamment du Pays de la Roche aux Fées et de Redon Agglomération.

Bretagne Supply Chain peut être le relais entre les entreprises et les territoires. Si le sujet vous intéresse, contactez-nous