Du mondial au Parlement Européen...du rêve à la réalité

Le 16 octobre 2018

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Comment ne pas être frappé par le grand écart entre le vote volontariste des députés Européens pour une trajectoire d’émissions de CO2 résolument ambitieuse (-40% de CO2 en 2030 par rapport à 2021) et des constructeurs vendant toujours plus de rêve au mondial de l’automobile avec des véhicules toujours plus gros et luxueux ? Le vote des députés, c'était le 3 octobre, la veille de l’ouverture du salon. Hasard du calendrier ou fin de la récréation sifflée par les députés Européens ?

Que proposaient les députés comme trajectoire des émissions de CO2 après la prochaine échéance de 2021 à 95 grammes de CO2/km d’émission des parcs vendus ? Pour 2030 : -40% d’émission de CO2 par rapport à 2021 et 35% de véhicules à faible émission (émettant moins de 50 g CO2/km). Pour 2025, c’est respectivement -20% de CO2 et 20% de véhicules faibles émissions. C’est pour 2030 5 points de moins que le texte d’origine, mais bien plus que ce que l’ACEA défendait comme trajectoire raisonnable pour ne pas mettre en danger l’industrie européenne automobile (l'ACEA défendait -20%).

Finalement, les Etats membres ont pris une position intermédiaire de -35% en 2030 et -15% en 2025. Un compromis qui inquiète les constructeurs sur leur capacité à le tenir et qui est jugé insuffisant par les partisans d'une trajectoire en rupture comme plusieurs pays du Nord qui proposaient -50%.

C’est malgré tout ambitieux, d’autant plus ambitieux que la trajectoire des émissions du parc automobile vendu qui semblait converger jusqu’alors vers l’objectif 2021 s’est inversée en 2017 sous l’effet combiné de la croissance des ventes de SUV et de la croissance des ventes de moteurs essence plus émetteurs que le diesel. Une enquête récente de PA Consulting évalue qu’une majorité des constructeurs risque de payer des amendes dès 2021 pour non-respect de la norme de 95 grammes. Elle pourrait être de plus de 1 milliard pour certains.

La proposition des Etats membres va imposer ainsi un nouveau paradigme, dans lequel il faudra vendre massivement des véhicules zéro émission mais aussi probablement retrouver de la sobriété dans le gabarit des automobiles, pour atteindre l’objectif 2030.

On est ainssi frappé dans les espaces du Mondial par le nombre de SUV proposés par l’ensemble des constructeurs et sur l’ensemble des segments, comme si le SUV était devenu le standard automobile, alors même que l’exigence de faible consommation imposerait des véhicules bien plus compacts. Démonstration de la difficulté de la filière automobile à se réformer elle-même et de la nécessité d'une réglementation très incitative pour la transformer.

Si l’offre électrique s’étoffe vraiment à ce Mondial, on est également obligé de constater qu’il s’agit à nouveau de lourds SUV, embarquant des batteries de 60 à 80 kWh, pour des autonomies de plus de 400 km annoncées et des prix élevés. On peut citer, la Kia Niro de 1755 kg, la Hyundai Kona ELECTRIQUE de 1685 kg, la Mercedes EQC, SUV de 2425 kg ou l’Audi e-tron quattro qui fera également plus de 2 tonnes. Cette dernière devrait être proposée à 80 000€, un peu plus pour son homologue Mercedes, tandis que les 2 coréennes sont à 40 000 € en entrée de gamme. PSA devrait également entrer dans le tout électrique avec DS3 cross back, un SUV premium dont on ne connaît pas encore le prix.

Inutile de dire que, si les Etat membres confirment l’objectif 2030, cette offre automobile du mondial ne permettra sans doute pas de l’atteindre. Il faudra développer des véhicules électriques de plus petit gabarit, moins équipés, plus légers, embarquant moins de batterie et donc plus abordables pour développer d’ici 10 ans un réel marché de l’électrique. Cela ne laisse finalement que 10 ans pour impulser un véritable virage que la filière automobile tarde à prendre d'elle même.

A lire également

Revue de presse Mobilités du 14/11/18

Le 14/11/2018

Trottinette - Règlementation - Ville - Voiture autonome - Expérimentation - Voiture électrique - Nouvel entrant - Hydrogène - Appel à projet - ADAS

Revue de presse Mobilités du 20/09/18

Le 20/09/2018

Start-up - Autopartage - Véhicule Electrique - Batteries - Trottinettes - Camion autonome - Pollution

UK Automotiv Council Roadmap : Des chaines de traction électriques de moins en moins chères.

Le 12/09/2018

Depuis 2009, le « UK Automotiv Council » publie une feuille de l’automobile. La feuille de route 2018 remplace celle de 2013. Celle-ci donne une vision prospective des évolutions technologiques et détaille finement les challenges à relever. Nous reprenons ici quelques points de repères utiles proposés par cette vision prospective.