Le jambon-beurre, détrôné par le burger, souffre de la montée en gamme du snacking !

Le 16 avril 2018

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le jambon-beurre a été consommé 1,2 milliards de fois en France en 2017. Fait historique : il est pour la première fois dépassé par le burger, star des fast-foods, selon l'indice jambon-beurre de Gira Conseil. Face à la montée en gamme du snacking, le jambon-beurre conforte sa place de produit d'appel d'entrée de gamme !

Le jambon-beurre perd toujours plus de terrain, désormais dépassé par le burger.

En 2017, 1,215 milliard de sandwich jambon-beurre ont été vendus (+1,3%), en grande surface ou dans les boulangeries. Si le nombre de ventes est en hausse, les années fastes sont déjà loin. Il perd du terrain, même s'il représente toujours un produit d'appel d'entrée de gamme sur le marché des sandwichs (50,8% du total des sandwichs vendus contre 62% en 2012, soit une régression de 11% en 5 ans).

 

Sa consommation a donc chuté au profit d'autres types de sandwichs mais aussi et surtout au profit des burgers qui se sont vendus à raison de 1,4 milliard d'unités, soit 9% de plus qu'au cours de l'année précédente.

Le déclin du sandwich jambon-beurre et son dépassement programmé par le burger s'est donc opéré en 2017 ! La date est désormais historique...

 

Une baisse régulière des ventes depuis 2011

En 2011, le jambon-beurre détenait une part de marché de 66%. En 2017, elle est descendue à 50,8%. Face à la montée en gamme du snacking, le jambon beurre régresse lentement mais sûrement...

 

Les chiffres du jambon-beurre : un prix qui progresse trop vite !

 

indiceDans la mesure où le sandwich jambon-beurre a pris une place de produit d'entrée de gamme, voir son prix augmenter sans que la qualité ne suive fait se détrouner le consommateur. Son prix a continué d'augmenter passant à 2,93€ euros en moyenne. Son prix enregistre ainsi une augmentation de +3%, augmentation considérable pour un produit de base.

 

 

 

 

 

ouLe prix de ce sandwich est 2,17% plus élevé dans les villes de plus de 50.000 habitants. Le prix oscille entre 4 euros (Paris) et 2,48 euros (Tulle).

C'est dans les réseaux de brasseries, cafés et bars que l'on assiste à la pus forte progression (3,52€ ; +4%) tandis que les prix s'écroulent en hyper et supermarchés (2,28€ ; -9,1%) qui peuvent se permettre de profiter de leurs gros volumes pour faire baisser les prix.

 

 

 prix par réseau

Le marché du snacking continue sa forte croissance en volume et en valeur avec un CA de 51 milliards d'euros qui a triplé en quinze ans... Aujourd'hui, le classique jambon-beurre doit faire face à une cinquantaine de spécialités comme les tacos, bagels, wraps, bao, kalamaki, bagnats, suédois... En parralèle, on assiste à une montée en gamme du marché en faveur du "fait maison" ou "fait minute" en réponse aux attentes toujours plus exigeantes de fraicheur, de proximité et d'accessibilité des consommateurs...

Le sandwich jambon-beurre fait encore un peu de résistance, mais plus pour très longtemps... ?

A lire également

L'onigirazu, le sandwich-sushi détrônera t’il l’ "Avocado toast" ?

Le 09/07/2018

Mix entre maki et onigari, l’onigirazu, le nouveau sushi-sandwich esthétique et hyper-protéiné est la nouvelle lubie culinaire des réseaux sociaux en raison de son extrême modularité. Il met en effet omnivores, vegans et végétariens au même menu au moment de la pause déjeuner. L’ "avocado toast" n’a plus qu’à bien se tenir !

Meal Peal, l'application qui conseille où manger !

Le 26/06/2018

Les codes de la restauration hors domicile changent ! Présent dans plusieurs villes américaines, au Canada, au Royaume-Uni et en Australie, l'application MealPal débarque à Paris ! Elle propose aux consommateurs un abonnement pour le déjeuner sur un modèle de " Click and Collect "...

SPACE ICE KREAM : ces produits snacking qui défient la chaîne du froid !

Le 13/06/2018

Dans la bataille du manger "où-je-veux-quand-je-veux-ce-que-je-veux", le respect de la chaine du froid représente encore un verrou à lever pour bien des catégories. L’objectif des acteurs qui osent la défier est clair : parvenir à multiplier les instants de consommation en s’affranchissant des contraintes logistiques et d’usage !