RE-BELLES, RE-GRAINED… : les produits "100% récup" ont vraiment leur mot à dire…

Le 10 janvier 2018

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
S’intéresser à l'anti-gaspi, c’est s’intéresser à chaque maillon de la chaîne de valeur : sélection de la matière première et des emballages, gestion et traitement des déchets... L’audace et l’inventivité sont nécessaires dans un contexte devenu favorable où le consommateur est demandeur et l’impact "image" si puissant… !



Les confitures RE-BELLES sont confectionnées à partir de fruits qui n’ont pas dit leur dernier mot !


Colette Rapp s'est lancé un pari osé et séduisant : confectionner des confitures 100% naturelles et savoureuses malicieusement baptisées les confitures "Re-belles" avec des fruits et légumes frais invendus, trop mûrs ou trop moches pour les étals des magasins.

 

rebelles

Derrière ses marmites, le chef confectionne ses petits pots en petite quantité chaque semaine en Seine-Saint-Denis en fonction des surplus des circuits de distribution et des dons de fruits et légumes des marchés. Comptez 3,80€ pour 230g de douceur aux parfums traditionnels ou plus étonnants comme "banane-citron-gingembre", "potimaron-orange", "carotte clémentine" ou "banane-mangue-ananas". Les recettes uniques et sur mesure associent les fruits en fonction des collectes et beaucoup de créativité ! Une aventure initiée par des membres du mouvement Disco Soupe qui lutte contre le gaspillage alimentaire... 


ReGrained EAT BEER – Pour réduire les déchets, mangez de la bière ! 


2

 

L’idée de cette start-up américaine basée à San Francisco est de recycler les céréales de brassage de la bière habituellement jetées pour fabriquer deux recettes de barres énergétiques ReGrained café/chocolat et amandes au miel riches en fibres et en protéines.  

 

 

 

 

 

 

 

SNACT, l’idée originale, durable et responsable d'une société britannique
 

La société Britannique Snact fondée en 2015 récupère les invendus des rayons qui le sont pour de mauvaises raisons, comme par exemple un emballage abîmé. Les produits frais, notamment les fruits subissent la dictature de l’aspect, même si leur date de péremption n’est pas dépassée. D’où l’idée de récupérer ses "délaissés" des rayons pour les transformer en chips de fruits séchés. Les fruits sont broyés, déshydratés et assemblés pour donner des chips sucrées aux multiples saveurs : mangue, pomme, poire, banane et autres « berries ». Une solution snacking responsable (snack'act') pour les consomm'acteurs ;) !

 

 "Moins de gaspillage, Plus de goût !"

                                  snactsnact2

Leur mission et leur produits ne pouvaient pas s’arrêter là pour être  100% vertueux. Les emballages en plastique qu’ils utilisaient à leurs débuts ne s’inscrivaient pas dans leur éthique et vision de l’alimentation de demain, puisant ses racines dans la gestion des déchets alimentaires !
Après un an d’existence, l’emballage compostable snact a vu le jour pour aller au bout des ambitions de leur entreprise.

 

 

Les représentations changent… et l’intérêt du consommateur est désormais bien réel

 

CaptureL’intérêt du consommateur à l’égard des solutions anti-gaspillage alimentaire est croissant. D'après Sonia Ezgulian, chef de cuisine et consultante culinaire, le vrai progrès relevé ces dernières années, c’est "pouvoir revendiquer que les raviolis du jour sont réalisés à partir de la poularde d’hier" ou proposer un plat gastronomique entièrement élaboré à partir de déchets..." et d’en être félicité" !...


Sonia Ezgulian qui a déjà signé plusieurs livres sur le sujet a clairement vu les choses évoluer. Lorsqu’elle était chef de son restaurant lyonnais au tournant des années 2000, elle avait déjà pris l’initiative de cuisiner à partir des "chutes" de produits non utilisés pour respecter les codes de découpe et de taille d’un restaurant gastronomique. L’essai s’était soldé par un échec. Le consommateur n’était pas près. Il en est désormais vraiment autrement !


L’achat responsable, tendance N°1 en 2018 selon Innova 


Innova Market Insights a présenté le 21 novembre dernier le top 10 des tendances alimentaires 2018. Les consommateurs, de plus en plus conscients des conséquences de leurs actes d’achat affichent un niveau élevé de conscience du bien-être et de l’environnement. Il n’est donc pas surprenant qu’ils veulent tout savoir sur ce qu’il y a dans leurs produits alimentaires (compréhension absolue de la liste des ingrédients et des allégations éthiques) afin de faire le meilleur arbitrage en matière de santé, de durabilité et d’éthique guidés par le désir d’atteindre un certain niveau de tranquillité d’esprit tout en préservant sa santé. Ils font ainsi monter au rang N°1 les achats alimentaires plus responsables.

Quand on sait qu'1/3 des émissions de gaz à effet de serre (notre "impact climat") sont directement liées au contenu de nos assiettes, on comprend que la prise de conscience des consommateurs évolue et qu'ils soient davantage prèts à inverser leurs pratiques.


Une maitrise de plus en plus pointue du cycle de vie complet 


chaine de valeursLes consommateurs ont de plus en plus une vision globale de la durabilité d’un produit alimentaire. Cette notion de cycle de vie implique une exigence nouvelle en terme d’économie des ressources, d’utilisation innovante de déchets alimentaires, d’emballages toujours plus biodégradables et renouvelables


Les allégations éthiques apposées sur les nouveaux produits ont ainsi progressé de 44% entre 2011 et 2016. Néanmoins, les produits qui vont jusqu’à revendiquer l’usage de déchets ou d’épluchures sur l’emballage comme le premier bénéfice produit sont encore assez peu nombreux. On assiste en revanche selon Innova à un boom des revendications en lien avec le caractère biodégradable ou compostable des packs. 

 

A travers la mise en avant d’un positionnement "anti-gaspi" plus global, c’est toute une démarche de respect de la nourriture, donc du produit, du producteur et du travail que l’on véhicule. Les choses évoluent vite et il faut toujours savoir repousser les limites et ainsi se poser la question à chaque étape de la chaîne de valeur
 

On n’est jamais au bout de ce que l’on peut faire : recycler des produits "moches", cuisiner les "fanes" et les "restes", jusqu’alors réservé au spectre de la cuisine "familiale" ou à la restauration sont désormais considérées comme des attitudes valorisantes, éco-citoyennes et responsables de la part des industriels. Revendiquer et alléger en toute transparence l’origine "100% récup" de la matière première des produits alimentaires de grande consommation, c’est en effet désormais possible… et peut être même demain, incontournable!

 

  • Pour aller plus loin:

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

O local bio, restaurant zero déchet

A lire également

Anti-gaspi : les crackers Résurrection valorisent les drêches de brasserie

Le 13/04/2018

Transformer un déchet en ressource, telle est l'idée de Nathalie Golliet et Marie Kerouedan. Après avoir créé en 2015 Re(f)use, une structure visant à valoriser les déchets culinaires, ces deux passionnées lancent, dans un esprit de développement durable les crackers Résurrection issus des drêches de brasseries.

"Nous, épiceries anti-gaspi", prochaine ouverture à Rennes !

Le 29/03/2018

Face à l'engouement pour la lutte contre le gaspillage alimentaire, les initiatives se multiplient. Deux entrepreneurs engagés, Vincent Justin et Charles Lottmann, lancent un nouveau circuit de distribution permettant aux fournisseurs de vendre leurs produits déclassés et invendus dans l'enseigne "Nous".

Sans pesticide, sans insecticide, zéro résidu ou sans traitement après récolte... A chacun sa promesse.

Le 15/03/2018

Les pesticides occupent aujourd'hui une large place dans les débats… Encouragées par les considérations des consommateurs toujours plus inquiets et une actualité qui renforce la défiance, les filières ont déjà pris les devants. Pommes de terre, tomates et autres fruits et légumes font le choix de logos impactants pour se différencier en linéaire.