Tremplin, un jus issu de pommes dont les vergers sont en conversion vers le bio.

Le 08 janvier 2018

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Avec plus de 7 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2016 et des ventes en croissance de 20% le marché du bio performe et n'arrive pas toujours à répondre à la demande. L’accompagnement de la conversion reste une priorité pour certains distributeurs comme Biocoop, afin de développer l’agriculture biologique en France. Exemple du jus Tremplin…

 

 

 

 

En phase avec les attentes des consommateurs, le bio est au cœur de la stratégie des industriels et des distributeurs. En effet, ce marché réalise de belles performances, défiant la morosité ambiante.

L'offre va-t-elle réussir à faire face à la demande toujours croissante ?

 

 

 

 

Certains distributeurs accompagnent les agriculteurs lors de la période de transition entre le mode de production conventionnel et l’obtention de la certification "agriculture biologique".

Lorsqu’un agriculteur décide de passer du conventionnel au biologique, il doit suivre une période de conversion durant laquelle il suit les règles de production de l’agriculture biologique sous le contrôle d’un organisme certificateur, mais ne bénéficie pas encore de la mention "bio" pour ses produits. Cette période est de 2 à 3 ans pour les cultures, et de 6 semaines à 1 an selon les espèces pour les animaux.

Cette période implique dans un premier temps de nombreux sacrifices pour les producteurs en terme de revenus puisque leurs rendements diminuent significativement alors que leurs coûts de revient augmentent et que le prix de vente de leur production continue à être valorisé au prix du marché traditionnel.

Ainsi, afin d'encourager les agriculteurs à franchir le pas, certains distributeurs mettent en place des outils de marketing et de communication pour que soient mieux valoriser les produits dits "en conversion vers l’agriculture biologique".

 

Tremplin, le 1er jus de pommes qui soutient la filière en conversion.

Biocoop, leader de la distribution sélective de produits biologiques, pousse les opérateurs à coopérer et à construire des projets ensemble. La pénurie sur certains marchés ne l'ayant pas épargné, le distributeur cherche toujours à contribuer à rattraper le retard des conversions.

Disponible depuis fin juin dans le réseau, le jus de pommes Tremplin est une parfaite illustration de l'engagement de Biocoop.

Les pommes utilisées pour la fabrication de ce jus sont issues de vergers en deuxième et troisième années de conversion. Ces jus peuvent alors porter la mention "en conversion vers l’agriculture biologique" car ils répondent au cahier des charges établi par Ecocert pour ce type de produits. Cependant, ce label n'étant pas forcément valorisant aux yeux des consommateurs, il s'agissait ici de trouver une communication plus impactante avec une dénomination associée à une identité visuelle dynamique.

Outre la volonté d'accélérer le rythme des conversions, ceci permet à Biocoop de répondre à son objectif de ne proposer dans ses magasins que des jus de pommes bio 100% Français… En effet, les transformateurs sont à ce jour souvent obligés de s’approvisionner hors des frontières hexagonales car les producteurs français préfèrent valoriser leur production en pomme à couteau, au détriment de la pomme pour la production de jus, de compote ou de cidre… 

A lire également

Emballages alimentaires : le mouvement anti-plastique est en marche.

Le 17/07/2018

Alors que l'opinion publique est de plus en plus alertée par la problématique de la pollution plastique dans les océans, distributeurs, grandes chaînes de restauration et industriels anticipent une évolution des réglementations. La chasse au plastique est lancée et constitue une réelle opportunité de différenciation pour les marques…

VEGAFOB : Quand le régime Vegan génère la phobie !

Le 17/07/2018

Vegafob joue avec humour sur le récent fossé générationnel qui se creuse entre vegans et carnassiers. Après des siècles de modèle "carné", a-t-on encore le droit d’assumer de manger les animaux ? Pendant que l’humanité repue du nord de la planète se questionne sur le modèle carné en place, Rustam Usmanov se joue du match "vegans-viandards" !
[...]

Innovations alimentaires : cultiver l’expérience client en créant la surprise.

Le 12/07/2018

Si les figurines et cartes à collectionner vendues "en aveugle" font des émules depuis plusieurs décennies, la déclinaison du concept du "blind" dans l’alimentaire commence également à faire du bruit… Place à la surprise, à une époque où le numérique et la data permettent de prévoir (presque) tout.