Marché du sushi : la GMS se différencie par une offre version DIY.

Le 18 décembre 2017

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La France est devenue le plus gros consommateur de sushis en Europe… Depuis quelques années, ce mets japonais a pris son envol. Et l'offre ne se résume plus aux chaines de restaurants. La GMS a su se positionner avec des corners dédiés tandis que les industriels proposent des solutions pour réaliser ses propres sushis de façon simple et esthétique.

 

 

 

Dans le contexte d’une offre pléthorique, fruit d’une concurrence exacerbée en Restauration Hors Domicile, la Grande-Distribution se positionne sur le segment du sushi avec des produits misant à la fois sur la praticité, la variété et l'esthétisme.





Une gamme de produits dédiés à la préparation de sushis simples par "Sushi à la Maison".

L'entreprise québécoise de Geneviève Everell, "Sushi à la Maison", s'est associée à IGA, le plus important regroupement d'épiciers indépendants au Canada, pour développer une gamme de produits dédiés à la confection de sushis.

Sushi sauces dédiéesAlors que les cours de fabrication de sushis dispensés par la fondatrice dans les IGA connaissaient un succès retentissant, les deux parties ont décidé de collaborer.

Est née de cette collaboration toute une gamme destinée à faciliter la préparation de sushis à domicile :

  • kits complets,
  • sauces et mayonnaise dédiées, entre autres, à la confection de sushis,
  • et les derniers nés, des tubes de tartare congelé.

 

 

Sushi poisson en tubeCes tartares Sushi à la maison comptent trois variétés de poisson qualité tartare :

  • thon,
  • saumon,
  • pétoncle.

Déjà coupé en petits cubes pour une préparation facilitée, le produit peut être assaisonné au gré des inspirations et en fonction des restrictions alimentaires de chacun.

Il est proposé sous un format original, dans un emballage transparent en forme de tube facile à ouvrir et qui se décongèle en 25 minutes dans un bol d'eau. Chaque tube de 130g est conseillé pour une portion individuelle ou pour 2 portions servies comme entrée.

 

Des sushis makis faits-maison originaux avec le pack de 10 feuilles de soja colorées Yamamotoyama.

Sushi maki

 

Certains consommateurs n'affectionnent pas le goût ou la texture des algues nori utilisées habituellement pour confectionner les sushis makis. D'autres recherchent des solutions funs et décalées pour créer l'effet "waouh" auprès de leurs convives. Yamamotoyama propose Outre-Atlantique une solution alternative sous forme de feuilles de soja dont la finesse et la forme imitent le rendu obtenu avec les plaques de nori.

Ces feuilles de soja permettent donc de disposer de la même base que les traditionnels sushis makis mais avec une texture et une saveur différentes.

 

Sushi maki feuilles colorées.jpg

 

Cinq saveurs et cinq couleurs sont proposées pour préparer cinq variétés de maki (2 feuilles de chacune des 5 saveurs) : paprika, curcuma, nature, épinards, sésame.

 

 

Sushi maki feuilles colorées allégation.jpg.png

 

Le produit surfe également sur la tendance "sans" : sans conservateur, sans  additif ou exhausteur de goût, produit à partir de matières purement végétales et donc parfait pour les végétariens, couleurs obtenues à partir d'extraits 100% naturels, très peu caloriques, sans cholestérol ni acides gras saturés, teneur très faible en glucides. Des qualités nutritionnelles que revendiquent bien-entendu les algues, mais avec la couleur en plus…

 

 

Des produits intéressants si l'on se réfère aux chiffres du marché et à la tendance "do it yourself", notamment pour la confection des sushis…

 

La consommation de sushis poursuit sa progression… En 2016, le sushi était le second plat à base de poisson préféré des Français (17%).

Sushi enquête de consommationEn 2016, TNS Sofres a mené une étude pour le compte du Centre des produits de la mer de NorvègeNORGE - (étude réalisée du 29 mars au 4 avril 2016 en France auprès de 2000 personnes âgées de 20 à 65 ans). Cette étude a révélé que la moitié des Français consommait ou avait déjà consommé des sushis. Parmi eux, 22% déclaraient en manger au moins une fois par mois, voire plus.

  • La tranche d'âge 20 - 34 ans représentait les plus gros consommateurs de sushis (30%), les 35 - 44 ans étaient 26% à en consommer tandis que les plus de 45 ans n'étaient que 15% à en manger minimum une fois par mois.
  • Le revenu et le niveau d’études étaient également des facteurs de consommation de sushis : parmi les plus anciens consommateurs (depuis plus de 10 ans) figuraient les plus hauts revenus et les niveaux d’études les plus élevés. Cependant, pour ceux qui déclaraient consommer des sushis depuis 4 à 6 ans (24% des personnes interrogées), voire depuis 1 à 3 ans (22 %), les caractéristiques socio-économiques ne représentaient plus un critère différenciant. TNS Sofres conclut donc que la consommation de sushis est belle et bien devenue accessible pour tous, quel que soit le niveau de revenus du foyer.
  • Enfin, le lieu de vie s'est révélé être un élément à prendre en compte : 40% des personnes interrogées qui ont déclaré manger des sushis au moins une fois par mois, voire plus, vivent à Paris ou dans la région parisienne (là où l’offre est la plus développée).

 

Si la vente de sushi en RHD s'essouffle, ces difficultés semblent épargnées pour les marques ayant fait le choix des stands en GMS ou pour les produits dédiés à la confection de sushis DIY.

La croissance ne profite pas aux chaines de restaurants, qui connaissent, pour beaucoup d'entre elles, des difficultés depuis 2010.

Sushi atelier cuisine

Aujourd'hui, le consommateur n’associe plus forcément "dégustation de sushis" et "restaurants". Il semble se tourner plutôt sur des achats ponctuels en GMS ou sur le fait-maison comme en témoigne l'explosion des cours de cuisine proposant des ateliers sushi ou le nombre de recettes en ligne pour des sushis inratables.

 

 

Une inspiration à prendre Outre-Atlantique pour créer des espaces dédiés à la préparation de sushis et autres mets japonais en GMS ?

A lire également

Innovations alimentaires : cultiver l’expérience client en créant la surprise.

Le 12/07/2018

Si les figurines et cartes à collectionner vendues "en aveugle" font des émules depuis plusieurs décennies, la déclinaison du concept du "blind" dans l’alimentaire commence également à faire du bruit… Place à la surprise, à une époque où le numérique et la data permettent de prévoir (presque) tout.

L'onigirazu, le sandwich-sushi détrônera t’il l’ "Avocado toast" ?

Le 09/07/2018

Mix entre maki et onigari, l’onigirazu, le nouveau sushi-sandwich esthétique et hyper-protéiné est la nouvelle lubie culinaire des réseaux sociaux en raison de son extrême modularité. Il met en effet omnivores, vegans et végétariens au même menu au moment de la pause déjeuner. L’ "avocado toast" n’a plus qu’à bien se tenir !

SPACE ICE KREAM : ces produits snacking qui défient la chaîne du froid !

Le 13/06/2018

Dans la bataille du manger "où-je-veux-quand-je-veux-ce-que-je-veux", le respect de la chaine du froid représente encore un verrou à lever pour bien des catégories. L’objectif des acteurs qui osent la défier est clair : parvenir à multiplier les instants de consommation en s’affranchissant des contraintes logistiques et d’usage !