MétroMix : un marathon créatif pour penser et agir sur les mobilités [par inOut]

Le 27 octobre 2017

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Du 17 au 19 novembre 2017, la maison des associations de Rennes vivra au rythme de Métromix, un marathon créatif sur le thème des mobilités. Richard de Logu et Norbert Friant nous expliquent la philosophie de cet événement qui vise à faire émerger de nouvelles solutions de mobilité et à les prototyper.

Expliquez-nous le principe de Métromix, qui s’inspire d’un modèle qui a fait ses preuves sur la métropole de Rennes

Norbert Friant : L’idée de Métromix, c’est de réunir pendant 3 jours et dans un même lieu des personnes de communautés et d’horizons différents – designers, ingénieurs, acteurs économiques, usagers, etc. – pour un marathon créatif. L’objectif est de faire émerger des idées sur un thème donné, sans consigne préalable, de tester la validité des scénarios et de développer des prototypes. Bref, d’être dans l’action plutôt que le plan d’action.

Richard de Logu : La méthode de l’événement – emploi du temps, pluridisciplinarité des équipes, etc. – est intangible. Pour le reste, le maître mot est « liberté » : il n’y a pas d’idée taboue, ni de bride à la créativité, car les projets les plus « punk », les plus baroques, sont parfois ceux qui fonctionnent le mieux ! A la fin du marathon, il s’agit d’avoir produit des objets et des livrables, et de ne pas se limiter à des projets sur post-it.

NF : Pour cela, les participants ont notamment accès au matériel du LabFab (laboratoire de fabrication numérique) : équipements électroniques, découpeuse laser, imprimante 3D, etc.

En 2015 et 2016, ce marathon créatif avait pour thème la maison

NF : En effet, pendant deux années, l’événement MaisonMix a été l’occasion d’explorer les usages et enjeux liés à l’habitat, comme la maison connectée ou le bien-vivre des seniors à la maison. Ces deux éditions ont notamment permis de développer des projets comme un outil d’information sur la qualité de l’air intérieur ou une pantoufle connectée, qui alerte les proches d’une personne âgée en cas de chute.

Cette année, vous avez choisi le thème des mobilités. Pour quelle(s) raison(s) ?

RDL : Ce thème répond aux travaux engagés sur le métro rennais, qui devrait à terme devenir un métro connecté. Plus largement, il s’agit de provoquer l’émergence de services utiles aux usagers du bus et du métro, et de tout voyageur du territoire. MétroMix prépare également l’événement inOut qui, en mars prochain, va mettre à l’honneur le croisement des technologies et usages du numérique et des mobilités.

NF : Certains prototypes conçus lors du marathon créatif pourraient notamment être présentés dans le cadre du volet expérimentations de l’événement inOut.

En tant qu’usager, comment trouver sa place dans ce type d’événement ?

NF : L’expérience et le regard des usagers sont fondamentaux. L’idée d’un marathon comme MétroMix est de faire sortir les chercheurs des laboratoires, de les confronter à des cas d’usages, et de croiser leurs approches avec celles des étudiants, des citoyens, des entreprises. La métropole de Rennes est historiquement un territoire d’ingénieurs, mais l’objectif ici est surtout de faire vivre un territoire d’ingénieux. Par exemple, lors de MaisonMix, il aurait été impossible de tester la validité de certains concepts sur l’adaptation de la maison si nous n’avions pas eu de seniors dans les équipes.

RDL : Plus qu’aux technologies en elles-mêmes, MétroMix s’intéresse aux usages et aux nouvelles pratiques qu’elles permettent. Par exemple, on pourrait très bien s’intéresser à l’ambiance sonore du métro, sujet sur lequel chacun a un avis et qui n’est pas éminemment technique.

Quel est l’intérêt de ce type d’événement participatif pour penser et agir sur les mobilités ?

RDL : Malgré les consultations des usagers, le secteur des transports a longtemps été caractérisé par une culture verticale. Le voyageur était rarement associé au design ou à la conception des services et il était parfois vu davantage comme un « emmerdeur » que comme un contributeur. La donne change depuis quelques années, et MétroMix veut contribuer à revisiter la culture du secteur, par des méthodes créatives et une autre vision du management.

NF : Par son approche open source, un événement comme Métromix permet d’appréhender avec plus d’agilité un domaine comme celui des mobilités, et d’envisager des usages ou des pratiques audacieuses qui ne sont pas forcément intégrés aux schémas urbains.

Richard de Loguest est directeur de l’association rennaise Bug, dont l’objectif est de favoriser les usages du numérique au bénéfice de tous.

Co-fondateur du LabFab de Rennes, Norbert Friant est responsable du service numérique de Rennes Métropole.

Propos recueillis par La rédac inOut

A lire également

Revue de presse Mobilités du 12/07/19

Le 12/07/2019

Route connectée - Recharge domicile - Autopartage - Volkswagen - Charge rapide - Chine - Hausse CO2 - Réseau de recharge - Engie

Revue de presse Mobilités du 26/06/19

Le 27/06/2019

Carburant - Énergie - Charge bidirectionnelle - LOM - Forfait mobilités - Batteries - Volkswagen - Hybride - Toyota - Poids Lourds - Electrique

Revue de presse Mobilités du 12/06/19

Le 13/06/2019

Pneus - Voiture autonome - Prix voiture électrique - Servitisation - PSA - Volkswagen - Batteries