Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09 octobre 2017

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

 
Se préparer à l’affichage généralisé du prix producteur ou fournisseur…


La guerre des prix bas dans les filières entre fabricants et distributeurs mais également entre fournisseurs et industriels n’échappe plus à personne, pas même au consommateur… Relayée à grands coups médiatiques auprès du grand public, où chacun tire la couverture à lui, le consommateur en quête de vérité et de transparence maximale a développé un esprit critique. Il prend conscience que pour payer "le prix juste" et obtenir des produits de meilleure qualité, ce sont les principes mêmes du commerce équitable et de l’économie sociale et solidaire qui s’appliquent, privilégiant la fixation du prix en fonction des conditions et des rendements de production des matières premières, de la justice sociale des producteurs, etc…  
 
 
Recréer du lien et de la justesse entre les différents acteurs d’une filière jusqu’à afficher cette transparence en rayons est une pratique d’exception aujourd’hui. Elle représente pourtant une manière de répondre aux attentes de consommateurs de plus en plus exigeants, de lui permettre l’accès à une alimentation de meilleure qualité et de s’extraire de la concurrence des filières concurrentes qui font encore pression sur les prix. 


Quand le consommateur impose ses nouvelles valeurs …


15945251-c-est-qui-le-patron-la-brique-de-lait-qui-remunere-le-producteur-au-juste-prixOn a tous en tête l’initiative récente et remarquée de la gamme de produits "C’est qui le patron ?" qui revendique haut et fort rémunérer au juste prix le travail du producteur, première victime des organisations qui font pression pour que les prix soient toujours les plus bas. Les caractéristiques de fabrication du lait (vaches profitant des pâturages pendant 3 à 6 mois, alimentation sans OGM, fourrages locaux et exploitations familiales) et le prix ont en effet été directement fixées par le consommateur … 

Les consommateurs avaient été invités à remplir un questionnaire pour soumettre leurs préférences et ainsi influencer à la hausse ou à la baisse le prix final. On y avait appris que les Français sont prêts à payer quelques centimes de plus, non seulement pour aider les producteurs, mais aussi pour savoir exactement comment est fabriqué un produit. 


000240787 5Le lait est désormais devenu un ingrédient sur une gamme de produits transformés (crème, yaourts nature, fromage blanc…) affichant clairement un juste prix de 39cts/litre de lait pour valoriser toujours davantage le travail du producteur .
 

 

 

 

Le rôle du consommateur a considérablement changé. On est passé de la vigilance à la volonté de désormais imposer ses nouvelles valeurs. Il occupe une place de choix pour encadrer les marchés et co-créer de nouvelles marques…

Et si dès demain, afficher le prix producteur on pack devenait un standard imposé par le consommateur ?

A lire également

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.

Consomm-acteurs : les entreprises qui mettent le bien-être animal au cœur de leur projet d'innovation.

Le 11/12/2017

Biodiversité, sauvegarde des espèces menacées, bien-être animal… Les exigences des consommateurs vont en faveur des produits "animal friendly"… Entre 2011 et 2017, les innovations positionnées "éthique - animal" ont été multipliées par 4 en Europe. Point sur ces innovations qui axent leur communication sur l'éthique.

A quel bio se fier ?... Vers un nouveau label bio plus crédible prenant en considération la segmentation du marché ?

Le 20/11/2017

En 2016, le marché du bio a bondi de 20%, atteignant 7 milliards d’euros, témoin d’une véritable confiance des Français envers l'AB... Néanmoins, les labels actuels ignorent la segmentation amorcée du niveau d’exigence des consommateurs et d’engagement des différents acteurs. Quel nouveau visage peut-il revêtir pour répondre à ces évolutions? [...]