Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06 mars 2017

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.

 

Face à la progression du marché "sans", les marques proposent une offre élargie de produits sans gluten, sans sucres, sans lactose ou sans viande. Et les médias, pointant du doigt les industriels, œuvrent au déploiement de ce marché.

Mais si certains consommateurs ont franchi le cap du végétarisme, d'autres, plus nombreux, s'intéressent aux alternatives mais afin de substituer la viande de temps en temps ou en partie.

 

L'offre du 100% végétal se déploie rapidement mais qu'en est-il d'une offre associant viande et végétaux ?

Environ 40 % des consommateurs britanniques achètent des produits "meat free". Ce chiffre est bien plus important que le nombre de consommateurs se déclarant végétariens (6 %).

Partant de ce constat, certaines marques jouent clairement la carte du flexitarisme, initiant une nouvelle voie de communication pour mettre en avant les associations viande – légumes (qui misaient jusqu'ici davantage sur la carte du PNNS ou démarche assimilée)…

 

Le Britannique Finnebrogue a lancé une gamme de saucisses "viande + légumes" baptisée "Funky Flexitarian".

Flexitarisme funky

 

Commercialisée dans les magasins Waitrose, la gamme se compose :

  • de chipolatas au poulet/chou-fleur,
  • de saucisses de bœuf/tomate/basilic.
  • de saucisses de porc/pois cassés/betterave/oignons.

 

Flexitarisme gluten free.png

Les produits sont sans gluten ni lactose et ont été développés pour répondre à la demande des consommateurs soucieux de maintenir un régime sain et varié.

 

Ils sont élaborés avec 40% de viande premium britannique, 47% de légumes et légumineuses, 3% d'herbes et épices et 10% de chapelure sans gluten.

Flexitarisme funky flexitarian.png

Au niveau de la typographie comme du nom, le produit se veut à la fois naturel, fun et original. A noter le hashtag #funky.

 

La marque Debbie & Andrew's propose également des "Super Saucisses" de bœuf saveur chilli con carne, Flexilicious.

Flexitarismeflexilicious.png

 

Association de 40% de bœuf, 40% de légumes et légumineuses ainsi qu'un mélange d'herbes et d'assaisonnement, le produit est élaboré à partir de viande maigre. Il est décrit comme un mélange délicatement épicé de tomates, d'oignons, de haricots et d'ail agrémentant de l'émincé de bœuf britannique pour des saucisses à la fois "flexitarian" et "délicious".

Riches en protéines, source de fibres et sans gluten, blé ou produits laitiers, ces saucisses contiennent 30% moins de sel et 50% moins de matières grasses que les autres saucisses de bœuf proposées par le fabricant.

 Flexitarisme flexilicious composition.png

Les consommateurs réduisant leur consommation de viande pour des raisons éthiques et environnementales y trouveront doublement leur compte car la marque encourage la Flexitarisme red tractor.pngdémarche "Red Tractor". Conçu par l'organisation indépendante "Assured Food Standards", ce label certifie des pratiques agricoles respectueuses de la santé et de l'environnement. Il garantit par ailleurs une traçabilité des produits de la ferme à l’assiette. L'entreprise s'engage ainsi à soutenir les fermiers britanniques aussi bien que les projets ruraux qui réunissent des communautés.

 Flexitarisme flexilicious engagement

 

L'alimentation se végétalise pour des raisons de santé, de préservation des ressources ou de bien-être animal.

Selon Kantar Worldpanel (sept 2016), l'an dernier, 34 % des foyers comptaient au moins une personne tendant à réduire ou arrêter sa consommation de protéines animales, contre 25 % en 2015. Ceci révèle un intérêt grandissant pour le flexitarisme qui compte de plus en plus d'adeptes. Olivier Allais, du département Alimentation et Sciences sociales de l'INRA confirme d'ailleurs que "cette tendance est d’autant plus prégnante que le flexitarisme séduit une couche de la population occidentale de plus en plus importante. Ils seraient de 15 à 20 % des Millenials (les 18/34 ans) à avoir sauté le pas et près d’un tiers des français seraient prêts à suivre ce régime alimentaire (source : étude Opinion Way)".

 

Il est donc important pour les marques d'en tenir compte et si nombre d'entre elles ont pris les devants en matière d'offre 100% végétale, elles sont encore peu nombreuses à jouer (et à afficher) la carte du flexitarisme

Démarche intéressante et différenciante par rapport aux arguments très (trop) utilisés des 5 fruits et légumes par jour pour mettre en avant les produits intégrant des légumes additionnels dans leurs formulations.

A lire également

Afficher le prix producteur/fournisseur : de l’exception au standard de demain !

Le 09/10/2017

Les petits ruisseaux feront les grandes rivières… A l’heure où la guerre des prix fait encore débat autour de « qui paye quoi ? » et « qui est le plus gros méchant loup ? », afficher le prix producteur ou fournisseur réengage le dialogue autour d’un prix consommateur "juste" pour échapper (enfin) à la course au prix "le plus bas"…

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...