Food Hacking : finie la néophobie alimentaire, vive les expérimentateurs

Le 08 février 2017

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Nouvelle manière d’envisager notre alimentation, à la croisée des expérimentations scientifiques et des nouvelles technologies, au service de nouvelles saveurs ou d’avantages nutritionnels, le food hacking bouscule nos usages et nous propose un avenir alimentaire riche d’expériences gustatives innovantes.

 

 

 

En anglais « Hacking » signifie détournement.

Le mouvement  Food Hacking  qui irrigue l’innovation alimentaire actuelle recouvre différentes formes de détournement.

 

 

 

Des expérimentations individuelles de consommateurs

Dans la tendance du DIY Do It Yourself, le hacking permet de reprendre la main sur sa nourriture en la fabriquant soi-même. Une certaine forme de militantisme ou chacun peut reprendre le pouvoir par l’action de « Faire », afin de conquérir son autonomie et d’être créateur plutôt que consommateur. Pour exemple, on peut retrouver plus de 25000 recettes mises en lignes sur le site “Instructables” par des amateurs qui partagent leurs expérimentations culinaires.

FH Précision     FH Yaourt 3D

 

Des recherches scientifiques 

Le food hacking se positionne au croisement du monde de l’alimentaire, du monde des technologies machines (impression 3D, robots, réalité virtuelle, objets connectés) et du monde scientifique.


Expérimentations gustatives

FH Laser BaconLe food hacking recouvre toutes les expérimentations gustatives (ingrédients, saveurs, textures, cuissons…) improbables et innovantes.

On peut citer l’exemple de la cuisson d’une tranche de bacon au laser mise en œuvre par Kentaro Fukuchi de l’Université de Meiji au Japon. L’objet de cette expérimentation était de proposer au consommateur japonais de conserver son plaisir culturel de manger de la viande crue (parties maigres), tout en cuisant le gras (parties blanches) en fusionnant ainsi des goûts et textures différents. Dans cette création de « Bacon Fusion », la localisation des zones blanches se fait grâce à un logiciel d’imagerie qui permet une cuisson de précision par le point laser.


Création de nouveaux aliments

Le food hacking ambitionne aussi d’inventer une nouvelle forme d’alimentation.

FH SolyentA l’image du soylent, pâte liquide à base de soja, riche en protéines, tout droit sortie de la Silicon Valley en 2013 et qui a vocation, dans une vision futuriste, à remplacer tous les repas pour économiser du temps et de l’argent.

L'idée de son créateur , l’ingénieur informatique Rob Rhinehart, est de  proposer la quantité parfaite en matière de calories et d’apports journaliers : protéines de pois, potassium alimentaire, flocons d’avoine, soja, calcium sous forme de phosphates en poudre, vitamine C... sans aucune prise en compte d'un quelconque plaisir gustatif.

Le concept a fait des petits avec d'autres formules de repas tout en un : Joylent, Queal, Mana 

 

 

Modification des perceptions alimentaires

FH Meta cookieLe projet Meta-Cookie de Takuji Narumi, assistant enseignant-chercheur en réalité virtuelle et cyber-interface à l’Université de Tokyo, fonctionne sur le principe de la réalité augmentée. Grâce à un casque de réalité 3D, qui permet de modifier l’aspect ou la taille des aliments, la perception est affectée et les sens sont trompés, tant au niveau des goûts que de la satiété. Une manière peut-être de lutter contre l’obésité en créant un sentiment de satiété virtuelle chez le mangeur, alors qu’il n’a ingéré qu’une toute petite quantité d’aliments.

 

 

FH Elektric ForkOu encore, la création d’une nouvelle saveur issue de l’électricité, avec le projet Elektric Fork (fourchette électrique) de Hiromi Nakamura, post-doctorante au Research Fellow de l’Université de Tokyo. La chercheuse a mis au point une fourchette qui envoie des petites décharges électriques sur les papilles. La perception du goût des aliments est modifiée au niveau du cerveau comme pourrait le faire l’ajout d’un épice. On peut presque parler d’un nouveau « goût électrique ».

 

FH Elektro ForkL’action de l’électricité sur les papilles permettrait de simuler le goût du sel. Une invention d’avenir pour la réduction de la consommation de sel pour toutes les personnes souffrant de  maladies cardio-vasculaires et d’hypertension artérielle. C’est l’Elektro Fork , elle aussi, venue tout droit du Japon.

 

 

 

 

Une tendance d’avenir ?

Bien loin du hacking informatique, et en partant du principe que le hacking est avant tout une démarche de déconstruction/reconstruction créative des systèmes, pourquoi pas notre système alimentaire ?

La technologie progressant sans cesse et l’imagination humaine étant sans limite, il est raisonnable de penser que de ces expérimentations quelquefois improbables sortiront des innovations qui passeront demain dans nos assiettes. Reflet de notre identité humaine curieuse et créatrice, besoin de comprendre et de contrôler ce que nous mangeons, sans occulter le plaisir de nos papilles, ces initiatives culinaires peuvent être une source d’inspiration à surveiller pour une industrie agroalimentaire en recherche permanente de relais de croissance.

A lire également

Snacking sain : et si la solution passait par des offres personnalisées ?

Le 23/03/2017

Le snacking continue de performer et les préoccupations santé constituent un réel moteur d'innovation sur le segment. Alors que le sujet de la nutrition personnalisée apparait comme une solution prometteuse pour résoudre la difficile équation de la gestion du poids et autres paramètres de santé, l'offre snacking pourrait bien s'en inspirer….

Une communication humoristique pour les substituts de viande.

Le 21/03/2017

Les dernières éditions du SIAL ou du SIRHA ont fait la part belle aux innovations veggies et ont été à l'image de cette vague de végétarisme qui déferle sur l'alimentaire. D'une communication plutôt sobre et axée environnement ou santé, le 100% végétal s'oriente de plus en plus vers une stratégie décalée, des packagings funs et colorés.

Alimentation santé : le mariage de la biologie et des technologies se concrétise par une offre alimentaire marketée.

Le 06/03/2017

Très en vogue Outre-Atlantique, le bio-hacking est un concept basé sur l'amélioration des capacités physiques et mentales grâce l'association de la technologie et de la biologie au service de l'alimentation personnalisée. Pratique facilitée par la révolution des capteurs en tous genres, elle donne aujourd'hui naissance à des gammes de produits…