Le digital au service de l'hydratation des Français.

Le 23 août 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Aujourd'hui de plus en plus d'objets connectés et d'applications s'orientent vers le mieux-manger : capteurs de composition pour détecter les teneurs en nutriments ou la présence "d'indésirables", suivi de ration journalière. Et si le digital accompagnait également le mieux-boire ? Vers l'avènement des bouteilles 2.0…

 

Les générations Y et Z ont grandi avec Internet. L’écran, sous toutes ses formes, est omniprésent dans leur quotidien. Le smartphone détient par exemple un taux de pénétration de 94% chez les 15 à 30 ans.

Le web ainsi que les solutions digitales constituent donc des canaux incontournables pour cibler les futures générations de consommateurs. D'après l’étude Sociovision réalisée pour Vitagora, les jeunes cherchent, via l'internet et les NTIC, à casser la monotonie et à se faciliter la vie.

 

 

Ainsi, les objets connectés destinés à l'univers Food & Drink se multiplient, jouant tantôt sur le récréatif ou la praticité, avec un objectif constant d'améliorer le bien-être voire la santé.

L'hydratation : les Français ne boivent pas assez.

La canicule de l’été 2003 a mis l'accent sur l'intérêt de surveiller la consommation de boissons des Français. Mais aujourd'hui encore, il s'avère que 90% des enfants et les ¾ des adultes ont des apports hydriques insuffisants (enquête CCAF 2013). Les Français boivent surtout pendant les repas alors qu'ils devraient s’hydrater tout au long de la journée…

Le digital au service de l'hydratation.

La société Bowhead Technology met la santé connectée au service des enfants : la bouteille d'eau Gululu est une bouteille connectée destinée à inciter les plus jeunes à boire plus d'eau et éviter les risques de déshydratation.

Bouteille connectée1Gululu ressemble à un animal virtuel, coloré et aux formes amusantes. Dotée d’une interface tactile, d'une connectivité Wi-Fi et d’un système de rechargement sans fil, la bouteille prévient l'utilisateur qu'il est temps de boire et le sensibilise à prendre de bonnes habitudes. Plus l'enfant s'hydrate correctement, plus il donne vie à son animal virtuel. Liée à une application mobile, les parents peuvent à tout moment vérifier si leur enfant s'hydrate régulièrement et suffisamment en fonction de son âge et de son poids.

Gululu, une initiative qui fait suite à d'autres dispositifs, avec le côté ludique en prime.

Donner de bonnes habitudes aux consommateurs comme celle de boire tout au long de la journée est porteur d'inspiration. En effet, les objets connectés au service de l'hydratation se sont multipliés en l'espace de 2 ans.

Quelques exemples :

  • Bouteille et verre connectésLe verre connecté Swaf pour séniors, cible d'avenir : le dispositif surfe sur deux tendances porteuses, les objets connectés et la Silver Economy. La société Like the Kangaroo a conçu Swaf, un verre connecté destiné à prévenir les risques de déshydratation chez les personnes âgées tout en rassurant les aidants et les proches.
  • La société chinoise Moikit a lancé en début d'année une campagne de crowdfunding sur Indiegogo pour sa bouteille connectée, Moikit Seed. La bouteille est capable de conserver le liquide à la température désirée (24h pour de l’eau froide, 12h pour de l’eau chaude). Une simple pression sur le bouchon permet d'afficher la température.
  • La bouteille BluFit, accompagnée d’une application pour smartphone, permet de définir les besoins de chacun grâce à un profil personnalisable. La bouteille récolte divers informations (niveau d’eau, température ambiante, fréquence d’hydratation) que l’application analyse pour définir les quantités d’eau à consommer et le moment de s’hydrater (la bouteille BluFit alerte l'utilisateur en émettant un son et changeant de couleur).
  • Bouteille connectée capteursLa bouteille d’eau Vita Smart Bluetooth Water Bottle de la société Suite propose en plus une mesure de la pureté de l’eau qu’elle contient, une fonction intéressante pour s’assurer de la potabilité de l’eau, par exemple dans un pays étranger.
  • HidrateMe s’illumine pour rappeler à son utilisateur de boire et permet en outre de renseigner sur une application mobile le niveau d’activité physique pour obtenir une quantité d’eau minimum à boire quotidiennement.

 

Internet et les applications digitales sont donc aujourd'hui une dimension à privilégier pour assurer une présence plurielle des marques alimentaires… Place à la réflexion.

 

A lire également

Free-from : ces marques alimentaires qui prônent le "non".

Le 21/02/2017

Portés par les attentes de santé et de naturalité, les produits "sans" continuent de remporter les faveurs des consommateurs. Et les marques se positionnent de manière de plus en plus affirmée sur le segment, revendiquant un "Non" assumé. Illustration par deux exemples : les biscuits apéritifs "Say Yes to No" et les eaux aromatisées "No&More".

Food Hacking : finie la néophobie alimentaire, vive les expérimentateurs

Le 08/02/2017

Nouvelle manière d’envisager notre alimentation, à la croisée des expérimentations scientifiques et des nouvelles technologies, au service de nouvelles saveurs ou d’avantages nutritionnels, le food hacking bouscule nos usages et nous propose un avenir alimentaire riche d’expériences gustatives innovantes.

Miel et naturalité : une nouvelle façon de sucrer.

Le 07/02/2017

Le repli de la consommation de sucre et d'édulcorants profite aux solutions perçues comme plus naturelles comme le sirop d'agave, d'érable ou le miel. Et pour répondre à cette demande grandissante l'offre s'étoffe, les usages se diversifient… Point à date sur le miel qui poursuit sa progression amorcée il y a plus de 15 ans.