DSM analyse les attentes santé pour chaque âge : des pistes pour faire les bons choix dans la stratégie d'innovation en alimentation santé.

Le 21 juillet 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Une étude de DSM révèle les préoccupations des consommateurs en matière de santé, par tranche d'âge. 7000 personnes ont ainsi été interrogées, en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique. Une analyse essentielle pour développer des produits adaptés à chaque âge, et, pour DSM une opportunité de faire des propositions proactives à leur clients...

Quelles sont les différentes attentes de santé, tout au long de la vie ?

DSM a publié les résultats d'une nouvelle enquête sur les préoccupations santé des consommateurs, variant selon l'âge des personnes intéressées.

Par exemple, alors que les préoccupations des parents pour leurs enfants de moins de 16 ans portent sur la résistance aux maladies, celles des adultes de 18 à 50 ans s'orientent sur le poids (maintien d'un poids santé plutôt que perte de poids). Puis, avec l'âge (au-delà de 51 ans), les consommateurs s'intéressent davantage aux os et articulations.

 

 

L'enquête de DSM dévoile également des différences de préoccupations entre les pays.

 

  • Par exemple, les Italiens, les Français et les Égyptiens s'inquiètent de leur protection contre les maladies qui pourraient subvenir en vieillissant.
  • La majorité des sondés en Pologne et en Russie se préoccupe davantage de leur santé oculaire.
  • Le poids est la préoccupation majeure pour les consommateurs en Suède, en Espagne, au Royaume-Uni et en Afrique du Sud.
  • En Allemagne, c'est la santé osseuse et articulaire qui constitue la principale inquiétude.

Plus spécifiquement à la France, 44 % des personnes interrogées souhaitent éviter de développer une maladie liée à l'âge, 42 % citent le contrôle du poids et 40 % sont intéressés par avoir de l'énergie tout au long de la journée.

 

Préoccupations déclarées et habitudes alimentaires : pas toujours en cohérence.

Les résultats révèlent que plus de 45 % des sondés s'inquiètent quant à la qualité nutritionnelle et la moitié d'entre eux déclare privilégier les produits alimentaires riches en vitamines.

Cependant, malgré ces préoccupations déclarées, l'enquête met en évidence que seuls 30 % des sondés consomment cinq types différents de fruit et légumes par jour et deux consommateurs sur cinq mangent 2 à 3 parts de poisson par semaine.

 

Quid des compléments alimentaires ?

L'étude met aussi en évidence l'utilisation de compléments alimentaires par les consommateurs en réponse à leurs préoccupations de santé. Les plus utilisés, quel que soit l'âge, sont ceux liés à l'immunité et à la résistance aux maladies et au froid. Pour les plus de 51 ans, les compléments positionnés santé osseuse et articulations suivent de près, tandis que les plus jeunes (18-30 ans) optent en grande partie pour des compléments liés à l'apparence de leur peau.

A noter que, bien que le poids soit une préoccupation majeure pour beaucoup de consommateurs, ils n'attendent pas d'un complément alimentaire qu'il les fasse maigrir. Ils optent davantage pour l'exercice et la nutrition pour aborder ce problème : 39 % des interviewés font de l'exercice pour contrer la prise de poids et seulement 8 % d'entre eux prennent des compléments.

 

Cette étude devrait permettre à DSM de mieux cibler les attentes consommateurs. Pour Maria Pavlidou, directrice de la communication en nutrition humaine et santé EMEA chez DSM, l'étude a révélé les insights essentiels qui pourront être utilisés à côté de l'expertise scientifique de DSM afin de soutenir les clients dans le développement des produits adaptés aux attentes des consommateurs aux différentes étapes de la vie.

 

Pour en savoir plus sur la nutrition santé : Portail Nutrition-Santé "Invest In Bretagne".

A lire également

Nouveau circuit de distribution pour une huile alimentaire...

Le 17/04/2018

Initiatives gouvernementales, comportement des consommateurs et reformulation des aliments, les industriels s'engagent dans la modification des recettes selon le tryptique "moins gras, moins sucré, moins salé". Présente dans les cuisines centrales depuis les années 90, Lipifluid arrive sur le marché via les pharmacies.

Le jambon-beurre, détrôné par le burger, souffre de la montée en gamme du snacking !

Le 16/04/2018

Le jambon-beurre a été consommé 1,2 milliards de fois en France en 2017. Fait historique : il est pour la première fois dépassé par le burger, star des fast-foods, selon l'indice jambon-beurre de Gira Conseil. Face à la montée en gamme du snacking, le jambon-beurre conforte sa place de produit d'appel d'entrée de gamme !

Une alimentation plus végétale ? Quels impacts nutritionnels ? Quels leviers de communication ?

Le 05/04/2018

Le consommateur tend à associer le "tout végétal" au "super sain", ce qui mène à des incohérences entre un positionnement "healthy" et des formulations qui ne le sont pas forcément. Ainsi, pour ne pas générer d'achat déceptif, l'industriel doit réfléchir son produit dans ce sens... Place aux ingrédients sains, simples et naturels.