Breizh Phenix et Toutenvélo : nouveau projet de collecte des invendus en vélo

Le 13 juillet 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Ces deux associations de l'économie sociale et solidaire ont travaillé ensemble pour mettre en place des tournées de collecte des invendus alimentaires en vélo dans le centre-ville rennais. Redistribués à des associations, ils servent ensuite à concocter des repas.

 

Zoom sur ce nouveau projet

Depuis le mois d'avril Breizh Phénix, entreprise sociale spécialiste de la collecte et de la redistribution des invendus alimentaires s'est joint, à l'association Toutenvélo, spécialiste de la logistique urbaine, pour lutter contre le gaspillage alimentaire à Rennes.

 

 

 

les-invendus-alimentaires-cuisines-le-jour-memeUne collecte en vélo a été effectivement mise en place pour récupérer les invendus alimentaires des grandes et moyennes surfaces. Celle-ci est réalisée par des triporteurs à assistance électrique avec des remorques tractées, pouvant ainsi supporter jusqu'à 200 kilos de produits.  Cette initiative est à la fois rapide, écologique et permet une accessibilité facile de l'hyper-centre rennais.

 

 

 

Les invendus alimentaires récoltés sont à la fois des produits secs (pâtes, riz, céréales, etc.) et frais (fruits, légumes, viande, poisson, laitages, etc.). Les DLC sont courtes mais propres à la consommation. Par ailleurs, des bacs et des pains de glaces sont disposés dans les remorques des vélos pour respecter scrupuleusement la chaîne du froid. A date, 3 magasins rennais font partie de cette nouvelle aventure Lafayette Gourmet, U Express Hoche et U Express Liberté.

 

Un fois le chargement effectué, les vélos prennent la direction de deux associations locales rennaises : 

  • Saint-Benoît Labre, un centre d'hébergement et de réinsertion sociale,
  • Les Petites soeurs des pauvres, qui accueillent des personnes âgées en difficulté.


Les produits alimentaires sont donnés directement aux cuisiniers qui préparent le jour même des repas pour ces personnes démunies. Ainsi 2500 repas sont redistribués chaque mois. 
Breizh Phénix espère étendre sa tournée à d'autres supérettes ou épiceries du centre-ville. « Notre méthode a montré son efficacité. Elle permet d'avoir accès rapidement aux magasins de l'hypercentre, difficilement accessibles en véhicule motorisé, tout en assurant un impact carbone neutre. ».

À cette initiative s'ajoutent d'autres projets pour l'association Breizh Phénix. Comme récupérer les légumes en fin de vie dans les enseignes Super U de Mordelles et de Sarah-Bernhardt. Ils deviennent des bio-déchets pour nourrir le bétail des agriculteurs locaux.

 

Nouvelle loi en France mettant fin au gaspillage alimentaire dans les supermarchés

En France, on estime que 20 kg de nourriture sont jetés par supermarché et par jour, l'équivalent de 218 tonnes par an. Votée à l'unanimité en février dernier, une nouvelle loi empêche désormais les grandes surfaces de jeter les invendus alimentaires. En effet, les moyennes et grandes surfaces de + de 400m² ne devront plus rendre impropres à la consommation les invendus, notamment par javellisation.

Elles seront dans l'obligation de faire un don auprès d'une association caritative. Une convention entre les deux protagonistes sera alors obligatoire. En cas de non-respect de la loi, une sanction sera appliquée pour éviter la destruction volontaire des invendus.

 

Les Gueules Cassées  avec le "Moche" à l'assaut de l'anti-gaspillage, le supermarché WeFood de produits périmés au Danemark, les applications mobiles ou sites internet pour lutter contre le gaspillage alimentaire comme Zéro-Gâchis.com, nombreuses sont les initiatives en France et en Europe en la matière.

Ce nouvel exemple intègre la dimension écologique d'une chaîne logistique dédiée à un hyper centre urbain.

A lire également

RE-BELLES, RE-GRAINED… : les produits "100% récup" ont vraiment leur mot à dire…

Le 10/01/2018

S’intéresser à l'anti-gaspi, c’est s’intéresser à chaque maillon de la chaîne de valeur : sélection de la matière première et des emballages, gestion et traitement des déchets... L’audace et l’inventivité sont nécessaires dans un contexte devenu favorable où le consommateur est demandeur et l’impact "image" si puissant… !

Tremplin, un jus issu de pommes dont les vergers sont en conversion vers le bio.

Le 08/01/2018

Avec plus de 7 milliards d'euros de chiffre d'affaire en 2016 et des ventes en croissance de 20% le marché du bio performe et n'arrive pas toujours à répondre à la demande. L’accompagnement de la conversion reste une priorité pour certains distributeurs comme Biocoop, afin de développer l’agriculture biologique en France. Exemple du jus Tremplin…

Si le végétal gagne du terrain, les Français restent attachés à la consommation de produits carnés. Les chiffres en faveur du flexitarisme…

Le 14/12/2017

En 2016, le Petit Robert intégrait dans ses pages le mot "vegan". En 2017, c'est le mot "flexitarisme" qui a fait son arrivée dans les dictionnaires de la langue française. Ce terme bénéficie ce jour d’une forte notoriété auprès des médias, sur les réseaux sociaux et, par conséquent, dans la stratégie des marques.