GENIVI : Vers un modèle de voiture communicante ouvert à tous ?

Le 07 juillet 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Un conducteur passe en moyenne 12 à 15h par semaine dans une voiture. Il passe aussi entre 11 et 23h sur son mobile pour se connecter à ses amis, ses collègues, se cultiver, s’amuser. En bon conducteur, il se retrouve donc déconnecté près d’une journée par semaine ! Alors oui le smartphone reste une distraction quand il est au volant. Voilà pourquoi l’industrie automobile intègre à ses voitures des systèmes complexes de communication et d’information (IVI : in-vehicle infotainment) directement dans la voiture.

 

Pourquoi pas Google comme système identique pour tout le monde ?

Les premiers systèmes IVI ont été développé sur mesure pour chaque constructeur par leurs prestataires. Résultat : des systèmes propriétaires, dur à faire évoluer et très coûteux !

Pour changer cela, il faut créer un standard pour les systèmes multimédia et les systèmes de navigation automobile. La GENIVI Alliance est alors créée en 2009 par BMW, Delphi, General Motors, Intel, Magneti-Marelli, PSA, Visteon et Wind River Systems, pour répondre à ce défi.

GENIVI souhaite fournir un système IVI non propriétaire, basé sur Linux, que les constructeurs pourront facilement intégrer et “customiser” pour leurs véhicules.

N’est-ce pas ce que propose Google ou Apple ? Google et Apple ont actuellement un accès très limité aux véhicules : l’affichage ne propose qu’une réplication adaptée de ce qui est présent sur le smartphone. L’accès aux données des capteurs est un enjeu fort pour Google et Apple. Google drague pourtant les constructeurs avec un accès gratuit à tous ses logiciels en contrepartie des accès aux données du véhicules. Mais les constructeurs, qui ont parlé publiquement de cette problématique, ont émis des réserves sur ce type de partenariat.

L’objectif de GENIVI est de donner aux constructeurs et équipementiers une plus grande maîtrise sur les couches intermédiaires gérant le multimédia, la navigation et la connectivité.

 

Que propose GENIVI ?

GENIVI ne vend pas d’applications. Cette alliance est une communauté open source internationale qui oeuvre pour le développement des véhicules connectés. Cette communauté héberge des projets open source qu’elle veut développer, mais surtout elle participe à des projets déjà existants. L’objectif est double :

  • Apporter la communauté open source vers la plateforme logicielle de GENIVI ;
  • Adapter des logiciels déjà existants à cette plateforme.


GENIVI développe donc une plateforme logicielle ouverte qui vient fournir toutes les briques permettant d’assurer la sécurité des connexions et d’accélérer le développement en open source de systèmes embarqués d’infodivertissement et de navigation pour la voiture de demain.

Il vient en complément des standards défini par AUTOSAR (regroupant  depuis 2003 BMW, Bosch, Continental, Daimler Chrysler, Siemens VDO, Volkswagen, Ford, PSA, Toyota et General Motors) qui ont pour but d’établir une architecture logicielle standardisée et ouverte pour les unités de contrôle électronique (ECU) des véhicules, à l’exclusion de l’infodivertissement.

La plate-forme est composée de modules IVI (In-Vehicle Infotainment) et RVI (Remote Vehicle Interaction) :

  • Un système d’exploitation Linux adapté aux contraintes critiques de sécurité d’un véhicule ;
  • Une couche transversale de sécurité fournissant tous les outils pour sécuriser le système, les applications développées par la communauté et tous les échanges avec l’extérieur ;
  • Des composants de connexion vers Internet, les infrastructures routières et les autres véhicules ;
  • Des fonctionnalités de connexion et d’échanges de données avec des appareils externes (smartphones, tablettes …) et leur gestion ;
  • Un module de navigation et de géolocalisation du véhicule ;
  • Des outils de lecture et d’enregistrement des flux audio et vidéo ;
  • Des composants pour l’interface et les interactions avec l’utilisateur.

Ces modules ne sont pas des applications à proprement parler. GENIVI fournit à l’industrie automobile des solutions techniques qui sont des API ou des modules d’intéropérabilité pré-intégrés dans le véhicule.

Par exemple, la bibliothèque logicielle multiplateforme Qt, un des frameworks de conception d’interface utilisateur les plus connus, a annoncé la sortie de Qt Automotive Suite, intégrant tous les standards de la plateforme GENIVI.

 

Comment GENIVI rend cela possible ?

Les projets développés par la communauté GENIVI ont des licences open source ou libres.

GENIVI fournit aussi les outils et les bonnes pratiques pour la bonne collaboration entre les développeurs d’un projet. L’alliance s’est adossée pour cela à la Linux Foundation et a adopté les outils et les bonnes pratiques des projets qu’elle souhaite voir se développer sur sa plateforme logicielle. Elle fait aussi en sorte que, pour chacun de ses projets, un responsable de la communauté et du projet soit bien identifié pour animer et valider les développements.

Enfin, GENIVI ne freine pas l’adhésion à ses projets. Pour participer à un de ses projets, les développeurs ont seulement à souscrire à la mailing-liste pour s’informer sur le projet et ensuite proposer leurs développements.

 

Quand verrons-nous des voitures avec le système GENIVI ?

La plateforme logicielle GENIVI est déjà utilisées dans des voitures de série !

Du côté des constructeurs français, PSA intègre ces outils sur sa dernière DS5 et Renault Nissan l’a annoncé pour tous ses futurs modèles. En Europe, la BMW i3 s’appuie sur cette plateforme et Alfa Romeo, Jaguar Land Rover, Mini et Volvo Cars sont en train de la déployer. Côté international, quatre acteurs chinois ont rejoint GENIVI : China Motor Corporation, FAW, Great Wall et SAIC.

Bosch Car Multimedia a pleinement intégré la plateforme logicielle GENIVI dans le développement de ses solutions d’assistance au conducteur, de navigation et de divertissement. Grâce à la dernière version de la plateforme GENIVI, l’équipementier a divisé par trois le temps entre le début de la conception d’une nouvelle solution et sa mise en production, le ramenant à 18 mois. Il a aussi divisé par 5 le coût de développement.

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 29/11/16

Le 29/11/2016

Réseau routier ; Royaume-Uni ; Véhicule connecté ; Voiture autonome ; Logistique dernier kilomètre ; Voiture électrique ; Chine ; Citroën ; Facebook

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?