VTC : Un moyen de transport intégré à la ville ?

Le 30 juin 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

L’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie publie une étude sur la contribution des services de Voitures de Transport avec Chauffeur (VTC) aux systèmes de mobilité urbaine. Qui utilise Uber, Allocab, Snapcar ... ? Quels sont leurs usages ? Et quels impacts à cette utilisation sur la ville ?

Le choix des cadres et professions intellectuelles supérieures

L'offre de VTC se développe dans les grandes métropoles françaises. Il est donc normal de retrouver 91% des usagers des VTC qui résident dans une aire urbaine de plus de 500 000 habitants, dont 64% dans la ville centrale de l’aire urbaine.

Pourrions-nous y voir une corrélation avec les 64% des usagers de VTC appartenant à la catégorie socioprofessionnelle des "cadres et professions intellectuelles supérieures" ? Non, même en prenant Paris intra-muros, il n’y a que 33% de "cadres et professions intellectuelles supérieures".

Est-ce alors parce que leur activité professionnelle demande plus de trajets ?

Quatre jours par mois : presque deux fois plus que le taxi

Seulement 4% des usagers de VTC les utilisent à titre professionnel uniquement et 50% utilisent leurs services à titre privé uniquement.

Les usagers privilégient les VTC pour se déplacer dans la ville, la nuit et pour les sorties. Seulement 20% les utilisent en intermodalité avec le train ou l’avion.

Ils sont 73% à l’utiliser au moins une fois par mois et l’utilisation moyenne est de 4 jours par mois environ, soit presque deux fois plus que les usagers du taxi ! Pourquoi cet usage différent ?

Pour le prix ? Plutôt pour le côté pratique des VTC : plusieurs moyens de paiement acceptés, un temps d’attente court, une bonne qualité de prestation et la réservation possible par smartphone !

L’augmentation de l’usage des VTC n’a-t-il pas un impact négatif sur une ville déjà embouteillée ?

C’est tout le contraire, les impacts pour la ville sont positifs.

Les usagers de VTC circulent moins avec leur véhicule personnel. 3% d’entre eux s’en séparent même et 6% évitent un achat. Bon pour l’environnement ? Oui car il n’y a pas un report de tout le trafic : l’adoption des VTC a permis de diminuer de 6% le nombre de kilomètres parcourus en voiture par les usagers.

Et bon pour l’économie locale : 12% des trajets nocturnes (sorties …) n’auraient pas été réalisés avec un autre mode de transport !

A lire également

Revue de presse Véhicules & Mobilités du 13/01/17

Le 13/01/2017

Transport public ; Véhicule autonome ; Open source ; Voiture connectée ; Start-up ; CES 2017

Quelles évolutions impactantes pour la mobilité de demain ?

Le 13/01/2017

A partir de l’étude prospective du ministère de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique sur les technologies clés 2020, nous vous proposons d’aller dans le futur de la mobilité.

Bio méthane carburant : Avenir de la méthanisation ?

Le 06/01/2017

Les épisodes récents de pollution urbaine et de restriction de la circulation nous rappellent à quel point la question de la transition écologique du transport est une question d’anticipation du dérèglement climatique (lié au CO2) mais aussi de santé publique (lié aux autres polluants de la combustion des hydrocarbures).