Recettes, usages, communication : les produits carnés se réinventent.

Le 27 juin 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Alors que la consommation mondiale de viande augmente en raison d’une hausse dans les pays en voie de développement, la tendance est à la baisse dans les pays occidentaux. Pour pallier cette désaffection, l'heure est à la réflexion avec des stratégies de séduction axées sur les recettes, les usages ou la communication.

Si la consommation de viande par les ménages français a augmenté jusque dans les années 1990, elle a amorcé une décroissance depuis quelques années. D'après le Ministère de l’Agriculture, on estime aujourd’hui queles Français ont réduit leur consommation de viande de 15% par rapport à 2003. Même constat en Allemagne où la consommation de viande a diminué de plus de 17 % au cours des 20 dernières années ainsi qu'aux Etats-Unis où la consommation de viande a chuté de 12% depuis 2007.

 

 

Montée du flexitarisme et diversification des sources de protéines, facteurs socio-économiques, scandales sanitaires ultra-médiatisés et prise de conscience environnementale… Les facteurs contribuant à cette baisse endémique sont multiples. L'heure est donc à la réinvention : recettes, usages, communication

 la viande se réinventeSource : Voutch / Colloque CIV

Diversifier les moments de consommation avec des gammes répondant aux nouvelles habitudes de consommation.

 la viande se réinvente1La viande investit de nouveaux segments, notamment celui de snacking.

  • Les sociétés Epic ou Omnibar commercialisent des barres et des bouchées à base de viande, à manger en encas ou à partager pour l’apéritif.
  • Beef-It lance le premier beef jerky 100% français.

 

Valoriser davantage le partage et l’expérience d’un repas convivial autour de la viande.

la viande se réinvente4Certains plats conviviaux sont particulièrement plébiscités tels que les fajitas, les pierrades ou les tapas.

Les entreprises misent ainsi sur des produits dédiés à ce type d'applications :

  • Le bœuf déjà cuit et épicé pour fajitas de John Soules aux USA ou les garnitures fajitas Old el Paso.
  • La fondue bourguignonne chez Tendre et Plus.
  • la viande se réinvente5Les assortiments pour pierrade d'Albert Heijn aux Pays-Bas.
  • Ou plus généralement l'offre de produits crus préparés type tartares ou carpaccios, associés à des repas conviviaux.

la viande se réinvente2Le barbecue et la plancha sont également des moments de partage qui séduisent particulièrement les consommateurs. Selon une étude Campingaz / Opinionway, 75 % des Français pratiquent le barbecue dès le retour des beaux jours. Les 35-49 ans sont les plus nombreux à s'y adonner, estimant le repas au barbecue plus décontracté, plus festif, plus proche de la nature, plus simple et plus libre. En outre, il présente un avantage de praticité puisqu'il est rapide et facile à réussir (selon l'étude Elivia / Market Vision 2015).

Les industriels développent par exemple des morceaux spéciaux :

  • Les hachés spécial grillage de Charal, Bigard ou Tendre et Plus.
  • Les "Idées Gourmets du Boucher" de Maître Jacques, une gamme de brochettes spéciales barbecue composées de beaux morceaux de viande et de légumes frais, la viande se réinvente3montés à la main, sur des pics en bambou.
  • La gamme saucisses à partager en forme de U, "Cap Saveur" de Socopa.
  • Etc…

 

Faciliter la vie des amateurs de viande qui ne maitrisent pas le savoir-faire quant à la cuisson ou qui disposent de peu de temps pour cuisiner au quotidien.

la viande se réinvente6La réponse passe ici par une offre d'aides culinaires, de viandes déjà marinées, de morceaux prédécoupés, de pièces précuites et micro-ondables :

  • Le poulet rôti Fleury Michon cuisson 10 minutes au micro-ondes.
  • Les émincés Douce France déjà tranchés.
  • La gamme "La Juste Cuisson" de Marie.
  • Les viandes cuites marinées effilochées chez Moishes au Canada ou Flodins en Finlande.
  • Les produits en barquette passant directement au four (Aldi au Royaume-Unia lancé sa gamme “Ready to Cook” en barquette aluminium).
  • Etc…

 

Mettre en œuvre des initiatives pour garantir le bien-être animal et la responsabilité citoyenne de l'entreprise / de la marque.


Fleury Michon s'engage dans la filière sans antibiotiques.

 

En septembre 2015, Fleury Michon et le pôle animal du groupe Avril ont conclu un partenariat exclusif pour développer une filière de porcs élevés sans antibiotiques et sans OGM.

 

Brocéliande parie sur les cochons bien élevés.

 

Depuis 2014 la griffe "Bien Élevé" est apposée sur une gamme de produits issus de porcs élevés sans antibiotiques, dès la fin du sevrage. D'ici 2017, 25% de la production porcine de Cooperl sera issue de la filière sans antibiotiques, soit près de 1.5 millions d'animaux.


Herta mise sur la filière préférence.

 

Depuis la signature en 2010 d'un accord interprofessionnel volontaire sur l'indication de l'origine de la viande porcine, la marque Herta indique l'origine des viandes utilisées sur l'ensemble de ses références à base de porc. De plus, l'entreprise développe depuis 2013 une filière d'excellence visant à encourager les bonnes pratiques dans les élevages porcins.

 

la viande se réinvente7

 

En répondant ainsi aux attentes de plaisir, de praticité et d'éthique, la filière développe des armes de séduction qui devrait stabiliser la consommation voire reséduire des consommateurs qui se seraient quelque peu détournés de la viande...

A lire également

Le végétal dans tous ses états : nouveaux formats, nouvelles cibles, nouveaux usages…

Le 23/04/2018

Le végétal voit ses 1ers standards bouger. L’arrivée de marques généralistes démocratise certes le marché, mais fait aussi bouger rapidement les lignes... L’offre s’hyper-segmente pour répondre à de nouvelles cibles, nouveaux instants, nouveaux usages…signal fort qu’elle s’installe durablement et spontanément dans le quotidien…

Le jambon-beurre, détrôné par le burger, souffre de la montée en gamme du snacking !

Le 16/04/2018

Le jambon-beurre a été consommé 1,2 milliards de fois en France en 2017. Fait historique : il est pour la première fois dépassé par le burger, star des fast-foods, selon l'indice jambon-beurre de Gira Conseil. Face à la montée en gamme du snacking, le jambon-beurre conforte sa place de produit d'appel d'entrée de gamme !

Une alimentation plus végétale ? Quels impacts nutritionnels ? Quels leviers de communication ?

Le 05/04/2018

Le consommateur tend à associer le "tout végétal" au "super sain", ce qui mène à des incohérences entre un positionnement "healthy" et des formulations qui ne le sont pas forcément. Ainsi, pour ne pas générer d'achat déceptif, l'industriel doit réfléchir son produit dans ce sens... Place aux ingrédients sains, simples et naturels.