DCNS Lorient, les appro bord de ligne à grande échelle

Le 27 juin 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La DCNS Lorient, et notamment son équipe supply chain pilotée par Eric BARDES, a accueilli Bretagne Supply Chain : la vingtaine de participants a apprécié l'organisation logistique de chantier modulable et en constante amélioration.

Depuis 1631 et la création des arsenaux militaires, la construction de navires militaires est présente à Lorient. Le nom DCNS est adopté en 2007, 4 ans après que la société passe sous droit privé. Le cœur de métier de la DCNS est de concevoir et fabriquer des navires militaires pesant 1000 à 8000 tonnes, ce qui n’empêche pas le secteur des énergies marines renouvelables de se développer. Le site de Lorient, d’une surface de 46ha, emploie 2000 personnes dont 500 en design et conception.

Des navires inclus dans les programmes FREMM pour la Marine Française et Corvettes GOWIND pour l’Egypte sont actuellement en fabrication. Le rôle en mer des FREMM est de dissuader, de produire ou d’échanger de l’information et d’agir militairement le cas échéant. Ces navires de 140 m de long et 20 de large seront pilotés par 108 personnes… et ont une durée de vie d’une trentaine d’années !

La fabrication d’un navire militaire suit différentes phases :

  • construction des tronçons de la coque
  • intégration des équipements à l’intérieur du navire (réseaux, etc.)
  • fermeture et assemblage des tronçons pour former la coque
  • mise en eau
  • assemblage des superstructures et des équipements intérieurs
  • contrôles et épreuves
  • essais en mer

Le service supply chain de la DCNS Lorient est en charge des approvisionnements, de leur réception sur le site, du stockage, des livraisons bord de chantier, de la manutention et du levage des navires, de l’installation des réseaux provisoires (eau, gaz, électricité, etc.) ainsi que des échafaudages. Un ERP accompagne les 45 personnes du supply chain dans sa mission.

Les approvisionnements (matériel standards et spécifiques : 350 km de câbles, 30 km de tuyaux, 150 contrat ha pour 8000 références) sont réceptionnés chez un prestataire logistique (ISS World) qui les livre à la demande. La supply chain pilote:

  • les flux vers les ateliers de fabrication,
  • les flux vers le navire
  • les flux vers une plateforme logistique de chantier, qui réalise 15 000 kits de montage, ainsi que la livraison de chacun de ces kits au bon endroit et au bon moment sur chaque navire.

La gestion des kits a été modifiée récemment : pour réduire les aléas, notamment ceux liés aux évolutions des nomenclatures, la gestion des consommables et des pièces de petite valeur/ petit encombrement est désormais gérée indépendamment. Un magasin de proximité, situé près du navire, permet au monteur de sélectionner le matériel qui lui sera nécessaire.

A la DCNS, tout est de grande envergure: les navires, les volumes traités, le nombre de personnes intervenant sur le chantier et la diversité de leurs métiers, les montants financiers et les enjeux. A une exception près : la précision de l'organisation logistique de chantier modulable que déploie l'ensemble de l'équipe supply chain au quotidien.

A lire également

Logistique industrielle : rejoignez la commission BSC !

Le 14/12/2017

BSC relance la commission logistique industrielle pour partager les bonnes pratiques : vous avez un problème ? Vos pairs ont certainement des solutions !

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 04/12/2017

A l’occasion de la journée dédiée au DDMRP le 23 janvier prochain, BSC a rencontré Laurent Vigouroux, directeur général de B2wise France pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning (DDMRP).

La revue de presse des adhérents - Décembre 2017

Le 27/11/2017

Retrouvez les actualités des adhérents de Bretagne Supply Chain...