Alimentation Bio : profil et typologie des consommateurs

Le 13 mai 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Opportunistes réfléchies, solos bios, convaincus vétérans, … voici quelques profils d’acheteurs de produits alimentaires Bio, dévoilés dans une étude conjointe Organics Cluster/Cosmebio, durant les BIO N' DAYS 2016, les 6 et 7 avril 2016 à Valence.

 

Organics Cluster et Cosmebio se sont associés pour réaliser une étude intitulée « Le Profil des acheteurs et les pratiques d’achats en cosmétique et en alimentation Bio en 2016 », réalisée par OpinionWay/Senseva.

Cette étude a été menée par Internet entre les 2 et 14 février 2016, sur un échantillon de 1076 acheteurs de produits bio au cours des 12 derniers mois.

 

Un profil d’acheteurs alimentaires Bio proche du profil des Français

Profil acheteurs Bio

 

Les résultats de l’étude mettent aussi en évidence le fait que les acheteurs de produits Bio sont :

  • attentifs à leur santé physique et psychologique à plus de 80%,
  • pratiquent régulièrement une activité physique pour plus de la moitié (50%),
  • ont un intérêt marqué pour la cuisine, la recherche de produits alimentaires de qualité (+ 60%).

Une analyse sémantique des termes les plus employés  par les acheteurs de produits Bio lors des questions ouvertes sont la fierté, le soulagement, l’intérêt et le plaisir. La consommation de produits Bio illustre des besoins de sécurité, de sens et de cohérence. 

 

L’étude a permis de définir différentes typologies d’acheteurs en alimentation et en cosmétique Bio

Les jeunes parents « Bio éduqués » (8%)

Une moyenne d’âge de 37 ans et une forte proportion de CSP +. En attente de rapidité et d’efficacité, ils sont plus adeptes de produits surgelés, de plats préparés et d’alimentation infantile certifiée Bio. Le Bio est pour eux synonyme de plaisir et de légèreté.

Les convaincus vétérans (17%)

Majoritairement composé d’inactifs, ce groupe achète des produits Bio depuis 6 ans ou plus surtout pour préserver l’environnement et leur santé.

Les solos Bio (21%)

Dans ce groupe, célibataires sans enfants et habitants en Région Parisienne sont surreprésentés. Plus nombreux à manger dans les fast-food ils achètent aussi des plats préparés et surgelés Bio. Consommer Bio leur permet de prendre soin de leur corps et de leur apparence physique.

Les occasionnels non engagés (15%)

Ce groupe d’hommes est moins attentif à sa nutrition/ la cuisine/ les aliments et le bien-être. Ils achètent moins de produits Bio. Consommer Bio impacte moins leur style de vie et leurs habitudes d’achat.

Les séniors non impliqués (17%)

Ces couples âgés de 53 ans en moyenne sont arrivés récemment dans le Bio et achètent encore peu de produits. Ils ont peu d’intérêt pour leur santé et leur apparence physique. Consommer Bio impacte peu leur style de vie et leurs habitudes d’achat.

Les opportunistes réfléchies (22%)

Leur achat de produits alimentaires Bio est récent et faible. Une baisse des prix serait le premier levier d’achat, sachant qu’elles attachent moins de valeur au Bio

 

Typologie acheteurs Bio

 

Pour en savoir plus :

 
 

Source : Tous les résultats ainsi que les diagrammes sont issus de l'étude exclusive Organics Cluster et COSMEBIO réalisée par Senseva et OpnionWay.

 

 

 

 


A lire également

Chiffres clefs 2016 de la consommation de produits biologiques en France

Le 22/03/2017

L’Agence BIO avec l'appui du CSA vient de publier son baromètre 2017 de consommation et de perception des produits biologiques en France. Principaux enseignements...

Le flexitarisme, un nouveau positionnement marketing ?

Le 06/03/2017

On assiste au développement de certaines craintes quant à l'impact sur la santé d'une consommation excessive de viande. Dans un même temps, les préoccupations éthiques, environnementales et budgétaires sont grandissantes. Place au flexitarisme qui s'affirme même dans le nom des produits, avec des accents tantôt fun, tantôt gourmands.

Pertes et gaspillages alimentaires : point à date et enjeux

Le 12/12/2016

Selon une étude réalisée pour l’ADEME, les pertes et gaspillages alimentaires générés tout au long de la chaîne alimentaire, sont estimés à 10 millions de tonnes par an. Transformateurs et distributeurs s’engagent. Pistes de réflexion.