Un potager dans les rayons GMS

Le 19 mai 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Et si demain les fruits et légumes poussaient directement dans nos supermarchés ? Vers une révolution de la grande distribution ? Des initiatives dans le monde émergent avec des bénéfices indéniables pour l'ensemble de la chaîne alimentaire.

 

 

 

 

 

 

 

 

Des initiatives dans le monde

 

  • infarm3En Allemagne, le Cash & Carry Métro teste une mini-ferme hydroponique (culture hors-sol) dans un de ses magasins. La start-up allemande Infarm, est à l'initiative de la conception de ces serres verticales pour les supermarchés. L'installation ne prend que 5 m² de surface au sol, elle est ici implantée à côté du rayon fruits et légumes. A l'intérieur de la serre une centaine de pots de légumes et d'herbes : basilic, moutarde japonaise (herbe ressemblant aux épinards), laitue. Le tout est cultivé en hydroponie sur une mince couche d'eau et enrichi d'engrais naturels et d'oxygène. Les plantes sont éclairées par des lumières LED. Le prix est de 1,38 euros pour la salade et 2,66 euros pour des pousses de basilic. Selon Franck Riemann, responsable du point de vente, le retour des clients est très positif.

 

  • quebecCe phénomène gagne aussi le Québec. En mars 2016, l’épicerie Métro Lebel située à La Pocatière, s’est associée à la société Inno-3B pour permettre à ses clients de cueillir des végétaux vivants sur ses étals. Le consommateur peut ainsi acheter des salades, laitue Boston, frisée, roquette, romaine, bok choy kale ou encore des herbes comme le persil, la menthe, du basilic ou de la coriandre. Une fois le produit cueilli avec ses racines, le client dispose d'un récipient gratuit, recyclable, sans plastique, exempt d’eau et de terre. L’expérience, pourrait s’étendre à d’autres épiceries de la région du Bas-Saint-Laurent, comme l’expliquait récemment le Journal de Montréal.

 

  • endives carrefour saran
  • En France et plus précisément au Carrefour de Saran près d'Orléans, les clients ont la possibilité de cueillir en rayon leurs endives pour la somme de 1.95€ le kg.

 

agricoolUn concept d'agriculture urbaine non encore déployé en grandes surfaces, mais... En effet, depuis quelques mois, les parisiens ont accueilli un container maritime qui produit des fraises. Les fondateurs d'Agricool, Guillaume Fourdinier et Gonzague Gru, offrent la possibilité aux parisiens de consommer des fraises toute l'année dans la capitale. Près de 3600 fraisiers sont cultivés dans ce container transformé en serre, avec une lumière entre le blanc et le fuchsia qui provient de diodes électroluminescentes (LED). Des ventilateurs sont présents et de petits tuyaux arrosent les plantes. Ce concept a reçu l'appui de la mairie de Paris dans le cadre de l'appel à projets " Parisculteurs" dont l'objectif est de rendre la capitale française plus verte. 47 lieux et 5,5 hectares sont disponibles pour développer l'agriculture urbaine. D'ici 2020, la Mairie de Paris s'est engagée à développer 100 hectares de toitures, murs et façades végétalisés dans la ville. Un tiers sera dédié à des cultures maraîchères. 

 

Des avantages et bénéfices pour tous

 

  • Pour le consommateur :
  1. Ultra-fraicheur des produits
  2. Produits fragiles protégés grâce à la suppression du transport
  3. Culture saine, sans pesticide, bonne pour la santé
  4. Economie de budget lié à la suppression des coûts de transport et des intermédiaires

 

  • Pour le distributeur :
  1. Animation en magasin
  2. Image positive car mise en place d'une démarche eco-responsable et respectueuse de ses clients
  3. Disparition des intermédiaires

 

  • Pour la planète
  1. Suppression de l'emballage donc moins de pollution
  2. Diminution de la consommation d'énergie
  3. Baisse de l'empreinte carbone due à la suppression du transport
  4. Méthodes de cultures naturelles

 

Au final, tout le monde s'y retrouve. Néanmoins, la culture en magasin de certains fruits et légumes semble inappropriée alors que d'autres peuvent facilement se prêter au jeu. Autre point à prendre en considération, la gestion des surfaces versus les volumes à produire pour répondre à la demande.

A quand la pousse de tomate, d'asperges, de fraises, ... dans nos magasins ?

consommation d'énergie et d'émissions de gaz à effet de serre.
Source : notre-planete.info, http://www.notre-planete.info/actualites/actu_3354_circuits_courts_environnement.php

A lire également

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.