"La Marque du Consommateur - C'est qui le patron", comment tenter de redonner du sens à la consommation ?

Le 29 avril 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
A l'origine de la marque anti-gaspi "Les Gueules Cassées", Nicolas Chabanne a imaginé une marque citoyenne " La marque du consommateur - C'est qui le patron ?". Celle-ci redonne aux consommateurs le pouvoir de choisir les produits, l'emballage et les producteurs en charge de la fabrication de cette nouvelle marque.

 

Une marque pas comme les autres

 

En cours de création, cette nouvelle marque comprend essentiellement des produits choisis par les consommateurs qui répondent donc à leurs attentes du moment. Même si les consommateurs sont sensibles au prix surtout en période de crise, d'autres critères d'achat entrent en ligne de compte, notamment la qualité des produits, la traçabilité, la provenance et le mode de production. Tout ce que tente de réunir la Marque du consommateur.

 

 

 

 

Les produits de la marque sont effectivement fabriqués selon un cahier des charges précis, durable et responsable. Qualité, traçabilité, optimisation durable des modes de production seront les maître-mots de cette marque inédite. Celle-ci rassemble à ce jour différents produits tels que du lait, des yaourts, des pâtes, du beurre, de l'eau minérale. La gamme est en cours de construction, elle peut donc encore évoluer. Le dirigeant et sa marque souhaitent également rémunérer au juste prix les producteurs locaux pour assurer leur pérennité. Ainsi la marque paiera trois centimes de plus le prix d'achat du lait au producteur pour qu'il puisse vivre dignement. Ce qui ne devrait pas être un frein puisque plus de trois Français sur quatre seraient prêts à payer plus cher pour des produits de meilleure qualité, selon une enquête réalisée par l’IFOP pour Fleury Michon.

548322 371912979559046 1107203079 n

La marque souhaite réaliser des économies sur les coûts marketing puisqu'elle mise avant tout sur la commercialisation des produits via une communication réseau. Le développement collaboratif est également privilégié avec des consommateurs qui pourront donner leur avis sur le lancement des produits via les réseaux sociaux. Ainsi le risque d'échec de lancement s'amenuise car les consommateurs sont directement intégrés dans le process et les produits sont issus de leur choix.

Quant au packaging, il est très épuré et la charte graphique est la même sur l'ensemble de la gamme de produits. De couleurs rouge et blanc, cette même identité visuelle sur l'ensemble des packagings confère une identification à la gamme facilement reconnaissable. Son slogan, un tantinet provocateur, "c'est qui le patron ?" démontre que le consommateur a aujourd'hui son mot à dire. L'intégrer dans le processus de développement peut être une stratégie gagnante qui limite la prise de risque.

 

Vers un nouveau mode de consommation : consom'acteurs

Le consommateur Français prend de plus en plus les commandes en matière de développement produits et d'innovation alimentaire. Le phénomène grandissant du crowdsourcing en alimentaire en témoigne (cf article Crowdsourcing dans l'agroalimentaire : l'innovation démocratique). Alors que plus de la moitié des innovations ne franchit pas la première année en magasin, engager le consommateur dans le processus de développement permet à l'industriel de mieux le connaitre et donc de coller au plus près de ses attentes. D'autant plus qu'un consommateur intégré dans le process de décision d'innovation sera un consommateur fidèle à la marque, voir même futur prescripteur.

A lire également

Le "sans traitements", une réponse alternative à mi-chemin entre le conventionnel et le bio. Démarche opportuniste ou durable ?

Le 24/05/2017

A mi chemin entre le bio et le conventionnel, l’arrivée d’une voie "sans traitement" semble représenter une réponse aux consommateurs alternatifs, pas encore bio-convertis… Cette nouvelle filière saura-t-elle néanmoins séduire durablement les influentes générations Y et Z, dites "sans concessions" à l'égard de leur responsabilité sociétale ?
[...]

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.