Filière viande : la crise d'image dans un contexte de crise structurelle... Place à la communication pour que viande rime avec plaisir.

Le 26 avril 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les professionnels des filières viandes sont régulièrement confrontés à des problèmes d'image alors même que la consommation ne cesse de reculer. Après avoir créé les logos Viandes de France en 2014, les acteurs continuent de se mobiliser pour motiver la consommation. Place aux Rencontres Made in Viande et au dispositif La viande, 1 idée par jour.

 

 

 

En octobre 2015, l'OMS déclarait la viande rouge comme probablement cancérogène. Deux mois plus tard, trois foyers d’influenza aviaire concernant pintades et canards du Sud-Ouest étaient identifiés. Huit mille cinq cents palmipèdes étaient alors éliminés. Début mars, une vache ardennaise était déclarée folle et fin mars un troisième abattoir était dénoncé pour barbarie, vidéo à l'appui…

 

 

 

Les déboires de la filière viande se multiplient : l'heure est donc à la réassurance.

  • L'opération de communication Made In Viande intervient dans ce contexte, avec l'objectif de redonner confiance aux consommateurs.
  • La démarche "La viande, 1 idée par jour", est, pour les professionnels de la filière Élevage et Viandes, un levier pour redonner sa juste place à la viande dans les repas.

 

Visites, découvertes, rencontres et dégustations au menu de Made in Viande...

Viande et communication2.pngLors de l'édition 2014 des Rencontres Made in Viande, de très nombreuses portes ouvertes ont accueillis les consommateurs, sur l’ensemble du territoire : découverte des coulisses des fermes d'élevages, des centres d'allotement, des marchés aux bestiaux, des entreprises de viande -de l'atelier de découpe à la transformation-, des restaurants de collectivités, des grandes surfaces ou des boucheries et triperies artisanales…

Suite au succès rencontré, une nouvelle édition est programmée du 21 au 25 mai 2016.

Les Rencontres Made in Viande sont également l'opportunité de rencontrer les jeunes pour leur faire découvrir les perspectives d'emploi et de formation. Ce sont en effet près de 500 000 professionnels qui travaillent dans un secteur clé de l'économie française et plus de 20 000 emplois seront à pourvoir prochainement.

 

Un nouveau repère de consommation pour la viande, à l'instar des "5 fruits et légumes par jour".

Le PNNS dispose du repère de consommation "consommez un aliment de la famille viande-œuf-poisson une à deux fois par jour" mais, contrairement à la mention des "5 fruits et légumes par jour", ce repère n'est que très peu connu du grand public.

Viande et communication3.png

Pour pallier cette méconnaissance, les professionnels de la filière Elevage et Viandes ont lancé la démarche "La viande, 1 idée par jour" avec l'objectif de redonner sa juste place à la viande dans les repas. Le logo en forme de sourire est mis à disposition des différents acteurs et est reproductible sur de multiples supports : argumentaires, fiches recettes ou prospectus.

Logo, charte et argumentaire sont disponibles sur la Base Pros Viandes.

Viande et communication1En parallèle, le site web laviande1ideeparjour.fr propose quotidiennement :

  • des recettes pour susciter l'envie de consommer la viande de façon originale ou traditionnelle,
  • des informations sur nombre de sujets relatifs à la viande dans les domaines de la nutrition, de l'environnement ou du bien-être animal, dans le but de répondre aux préoccupations sociétales.

Le site met particulièrement en avant les aspects diversité, saveur, qualité, variété des idées pour chaque moment de consommation, plaisir et convivialité que peut recouvrir la viande. C'est un produit qui permet à chacun, cuisinier expert ou novice, de préparer des repas faciles comme sophistiqués.

Viande et communication4.png

Des campagnes qui remettent du plaisir dans l'acte de consommer de la viande.

Les rencontres Made in Viande comme la démarche "La viande, 1 idée par jour" devraient conjointement permettre de rassurer le consommateur tout en lui redonnant envie de cuisiner/consommer de la viande. Une initiative qui va dans le sens d'une "consommation plaisir" qui prend le pas sur la "consommation nécessité".

En effet, selon le Crédoc, la perception de la consommation en tant que nécessité perd du terrain au profit d’une vision plus hédonique. Les consommateurs retrouvent le plaisir de consommer et achètent plus souvent par impulsion. Une opportunité pour la filière viande qui prône de plus en plus le goût, au travers, par exemple, de la mise en avant des races ou des caves de maturation.

A noter également que si leur pouvoir d’achat continuait d’augmenter, les consommateurs épargneraient moins (75,7% des répondants en 2015) et dépenseraient plus, par exemple pour l’alimentation (45,7% des répondants)…

A lire également

Substituts de viande : vers des appellations misant sur les caractéristiques propres au végétal ?

Le 14/05/2018

Alors que Le Boucher Vert vient de changer son nom pour Hari&Co, la marque va peut-être devoir réaliser une seconde refonte de ses packs… Un amendement adopté le 19 avril 2018 compte interdire aux acteurs du végétal d’utiliser les noms propres à l’univers de la viande.

Viande persillée : comment le packaging peut favoriser l'acte d'achat ?

Le 07/05/2018

En décembre dernier, Interbev livrait ses objectifs dans le cadre du plan de la filière viande bovine, mettant notamment l'accent sur l’amélioration de l’expérience gustative. Le persillé, synonyme de jutosité et de tendreté, fait partie des réflexions. Encore faut-il s'attacher à la présentation pour inciter les consommateurs à l'achat...

Tendances culinaires : du vintage dans l’assiette ! Un poireau vinaigrette, une blanquette de veau et un Saint Honoré, s’il vous plaît !

Le 18/04/2018

La tendance néo-conservateur arrive en force dans les assiettes et avec elle le poireau vinaigrette, le céleri rémoulade ou la blanquette de veau, ces plats "canaille" d'autrefois qui n'étaient plus guère en vogue... Dans un monde où les "vraies" valeurs s'étiolent, le vintage dans l’assiette résonne comme un retour aux valeurs fondamentales…