Quels sont les produits valeurs sûres de la restauration rapide ?

Le 12 avril 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
En mars dernier se tenaient, en parallèle porte de Versaille, la 17ème édition du Sandwich & Snack Show, la 6ème édition de Parizza et la 1ère édition du Japan Food Show. L'objectif ? Décrypter les tendances de consommation sur le territoire de la vente à emporter. Sandwich, burger et pizza… Quels sont les produits stars du moment ?

 

Alors que 40% des Français déjeunent sur le pouce au moins une fois par semaine, l’offre de snacking ne cesse de se développer. Quelles sont les produits phares ? Quelles sont les tendances porteuses ?

Point avec 2 experts : Bernard Boutboul de Gira Conseil et Rémy Lucas de Cate Marketing.

 

 

 

 

En France, lorsqu’il s'est consommé une portion de sushis, il s'est consommé (intra et hors domicile) :

En 2012

En 2015

8 Kebabs

6 kebabs

23 burgers

25 burgers

25 pizzas

17 pizzas

64 sandwichs

48 sandwichs

198 portions de pâtes

139 portions de pâtes

 

5 bagels (en très forte progression)

 

Le sandwich toujours star.

En 2015, 2,26 milliards de sandwichs ont été consommés pour un chiffre d’affaires de 7,8 milliards d’euros, soit 4,43 % de plus qu’en 2014. Les ventes de sandwichs se sont ainsi envolées, le marché ayant triplé en volume en l'espace de 13 ans.

Snacking 2016 sandwich 

Les raisons du succès ?

 

  • Un prix "entrée de gamme" au rayon snacking,
  • Le pain que les Français adorent,
  • La qualité qui s'est beaucoup améliorée,
  • La variété des pains et des ingrédients qui se développe rapidement.

 

Si le typique jambon-beurre, qui sert d’indice dans l’univers du snacking, reste la star (en tête des ventes avec 1,234 milliards d’unités), il perd des parts de marchés chaque année. Alors qu'en 2014 il pesait 1,281 milliards d’unités, soit 58,5% du marché, il représente, en 2015, 55 % des sandwichs consommés. Il semble ainsi délaissé au profit d’autres recettes.

 Snacking 2016 sandwich jambon beurre

 

La pizza : des prix en baisse, des volumes en progression.

Snacking 2016 chiffres pizzaTout comme le sandwich, la pizza demeure une valeur sûre dans l'univers de la restauration rapide. Elle s’est écoulée à 819 millions d’exemplaires en 2015 (près de 10 millions de plus qu'en 2014, soit une hausse en volume de +1,23%).

Le prix moyen est cependant en baisse de 1 % pour atteindre 6,28 €, suite à une démarche initiée par la grande distribution pour augmenter les volumes. Ainsi la progression de la GMS sur ce segment a conduit à une baisse du chiffre d’affaires, qui s'établit désormais à 5,14 milliards d’euros (en baisse de -4,08 %).

 

Si historiquement la pizza s'apparentait à un produit de masse, aujourd'hui elle a su se réinventer en France. Elle monte ainsi en gamme, se premiumise, se met en scène.

Le restaurant reste le lieu de consommation de la pizza le plus régulier pour 40% des consommateurs.

 

Snacking 2016 pizzaEn France, on recense au total 14 235 points de vente dédiés à la pizza (livreurs, restaurants de pizzas, chaînes et indépendants).

  • Une pizza sur deux est consommée dans les restaurants et les pizzerias, une sur quatre est achetée en grande surface.
  •  C'est le segment des kiosques qui affiche le prix moyen le plus bas avec 8,50 €. Ce tarif monte à 12,10 € pour les livreurs de pizza qui restent le segment le plus cher, malgré une baisse de prix de -3,50% par rapport à 2014.
  • Les trois premières régions (Ile-de-France, Rhône-Alpes et PACA) réunissent 36 % de l'offre nationale.
  • Du côté des leaders dans l'univers de la pizza, Del Arte (groupe Le Duff) est leader avec 154 points de vente et un chiffre d’affaires de 215 millions d’euros, soit plus du triple que le challenger Pizza Paï. Côté livraison, Domino’s Pizza possède 254 points de vente, soit le double par rapport à La Boîte à Pizza ou Pizza Hut.

A noter que sur le salon Parizza, le Championnat de France de Pizza a été remporté par Nabil Berrahmane, suivi d’Elisa Falavigna et de Ludovic Bicchierai.

 

 

Le burger : la folie continue.

Aux saveurs des terroirs ou fidèle à ses origines américaines, le burger continue sa percée en France :

  • Fondatrice des food-trucks et, depuis peu, de la déclinaison en dur du Camion Qui Fume rue Montmartre à Paris, Kristin Frederick revendique l’origine américaine du produit.
  • Quant à Persillé, une boucherie-restaurant située dans le 13ème arrondissement de Paris, c'est sur la qualité de l’accueil et des produits que l'accent est porté. Le concept se démarque par la provenance de la viande, en direct des éleveurs.

En 14 ans, alors que le volume des ventes de sandwichs a été multiplié par 3, celui des burgers par 13... Les chiffres explosent, au point de parler "d’hystérie" comme le souligne Bernard Boutboul pour évoquer la hausse de 11,21 % de burgers consommés en 2015, soit 1,2 milliard d'unités versus 1,07 milliards en 2014.

Snacking 2016 burger

 

Les burgers investissent tous les univers de la restauration : du fast-food au foodtrucks, en passant par le bistrot et même les restaurants étoilés.

 

La gamme des burgers proposés se diversifie rapidement, allant du burger gourmet au burger exotique ou au burger terroir (burger normand, burger breton…). Rémy Lucas, directeur de l’agence Cate Marketing, souligne par ailleurs la capacité de la restauration française à en faire sa fierté puisque même les grands chefs en proposent à leur carte.

"De nombreux concepts font bouger les lignes, parmi lesquels Le Camion Qui Fume pour l’absence de comptoir dans son établissement, Paris New York pour son approche monoproduit et, à l’opposé, Mamie Burger qui se diversifie vers le bistrot vintage, avec de la viande grillée et des petits plats", enrichit Bernard Boutboul.

Snacking 2016 burger sucré.png

Ils investissent même l'univers du sucré : Jean Ducourtieux, spécialisée en prêt à garnir en RHF, réinvente le burger sucré avec le Bab’burger.

 

 

Le burger dispose même de sa propre coupe de France, organisée le 14 mars dernier à l'occasion du Sandwich & Snack Show, à l'initiative de l’abatteur et transformateur de viandes Socopa.

 

En plus d’être bon, le burger doit offrir un coût matière maîtrisé (pour la Coupe de France du burger, celui-ci était limité à 5 euros) et être préparé rapidement (au maximum 20 minutes dans les conditions de la finale au parc des expositions).

Au terme d’une sélection de 100 dossiers et d’une épreuve ayant opposé les trois finalistes, c’est Brice Morvent, chef du Majestic à Cannes et ancien candidat Top Chef qui a séduit le jury composé de Kristin Frederick (Restauratrice à Paris), David Lebreton (Boucher-Restaurateur à Paris), Corinne Menegaux (Directrice du Salon Sandwich & Snack Show) et Fabien Occelli de Socopa. Ses mini burgers au steack haché, moutarde aux condiments, oignons confits, herbes et sauce barbecue -le tout fait maison- devraient être prochainement inscrits à la carte du Fouquet’s du Majestic Barrière.

 

De la street-food au restaurant.

 

A noter enfin que certaines enseignes de street food (le Camion qui fume, Le Réfectoire, Cantine California ou encore Leoni's Daily) sont parties du food truck dans les années 2010 et s'installent peu à peu en restaurants fixes. Une façon de "rationaliser les coûts" et de développer une marque alors que nombre de food trucks font faillite.  

A lire également

ZA, un restaurant snacking littéraire nouvelle génération

Le 29/11/2016

Expérientiel, un mot qui résume très bien le nouveau concept parisien ZA. Ce café littéraire 3.0 nourrit à la fois le corps et l'esprit. Une offre de restauration snacking et des propositions littéraires à disposition, le tout en mode 3.0 !

Radis et Capucine : des coffrets alimentaires DIY, do it yourself

Le 19/10/2016

Après les boites de champignons à faire pousser soi-même, voici la gamme "Je fabrique moi-même" de la marque Radis et Capucine, qui propose des coffrets pour réaliser de la bière, du fromage, du beurre, du cidre, de la moutarde…

The Bunyadi : un restaurant éphémère plus naturel que naturel

Le 13/10/2016

Manger en tenue d'Adam et Eve ! Ce pop-up restaurant nudiste propose l'expérience inédite de manger nu de la raw food, une cuisine n'utilisant que des aliments crus. Naturalité quand tu nous tiens !