Restauration rapide : des instants de consommation à prendre en compte pour optimiser sa rentabilité et répondre aux nouvelles attentes des consommateurs.

Le 14 avril 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le choix de l'emplacement est l'un des critères majeurs quant à la réussite d'un projet en restauration rapide. Et, compte tenu du coût DU bon emplacement, il devient indispensable de le rentabiliser sur une plage horaire élargie. Il convient donc de s'interroger sur les attentes clients et d'y apporter une réponse adaptée et évolutive...

Les prises alimentaires tendent à se déstructurer en France, à l'instar de celles de nos voisins anglo-saxons :

  • 13,6 prises alimentaires par jour au Royaume-Uni avec une dominante le matin et un repas réduit à midi ;
  • 6,2 prises alimentaires par jour en France mais, à l'inverse, une prise réduite le matin et une déstructuration du repas du midi entrainant la nécessité du pause gourmande dans l'après-midi.

 

 

Selon Bernard Boutboul de Gira Conseil, 6 grands moments de consommation peuvent être exploités :

  • petit déjeuner,
  • en cas du matin,
  • déjeuner,
  • pause gourmande,
  • "frigo vide" (17h/20h)
  • et dîner, un temps encore très mal exploité par la restauration rapide.

Ces grands moments de consommation sont des leviers que les restaurateurs peuvent (doivent ?) activer pour optimiser la rentabilité de leur concept.

 

Quel produit pour quel instant de consommation ?

 Instants de consommation

Bernard Boutboul met particulièrement l'accent sur le "Frigo vide", ce moment de la journée où les Français se posent la question "Que va-t-on bien manger ce soir ?". Contrairement à l'offre du midi où la dégustation est souvent immédiate, celle du soir sera de préférence à réchauffer, consistante et structurée.

 

Des opportunités encore non exploitées.

Le consommateur n’ayant plus le temps, ni pour la cuisine ni pour les courses, certains opérateurs comme Picard ont déjà compris l'importance d'exploiter ce créneau.

La GMS propose également une offre structurée avec des kits de repas complets qui prennent le pas sur les box.

Du côté des boulangeries ou des charcutiers-traiteurs l'opportunité n'est que très peu saisie. Ces derniers auraient pourtant toute légitimité à proposer une offre à réchauffer pour le dîner sur la tranche horaire 17h / 20h.

 

Alors en route vers les cartes évolutives qui permettraient d'éviter les heures creuses et donc, à la fois d'optimiser le modèle économique et répondre à des attentes clients en matière de praticité et de service...

A lire également

Nos grands mères ont du talent : des recettes inspirées, créées et vendues par des seniors !

Le 26/07/2017

Alors que le chômage des seniors ne cesse d’augmenter, une start-up a décidé d’en faire un facteur de différenciation positive en misant sur le savoir-faire des seniors… A l’heure où les problématiques de consommation "senior" sont très questionnées, l’enseigne offre un potentiel terrain d’observation des usages "seniors" grandeur nature...
[...]

Biodéchets : des ressources alimentaires en or !

Le 26/07/2017

La valorisation des biodéchets, enjeu environnemental conséquent et reflet d'une prise de conscience sociétale, est devenue une tendance de fond aujourd'hui. Les déchets organiques représentent environ 40 % de la totalité des résidus. Des starts-up aux acteurs de la restauration, certains ont décidé de profiter de ce nouveau potentiel.

Restauration commerciale, chiffres clés et tendances 2016

Le 19/07/2017

Affecté par les attentats, le marché français de la restauration affichait une grise mine début 2016. Il consolide pourtant ses performances fin 2016. En pleine métamorphose, la restauration commerciale trouve de nouvelles opportunités axées notamment sur la digitalisation, les nouveaux lieux de consommation, de nouveaux segments...