Le jambon-beurre bientôt détrôné... Et si l'on travaillait la qualité et la variété des pains ?

Le 10 mars 2016

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le jambon-beurre a été consommé plus d'un milliard de fois en France en 2015. S'il reste en tête, il est aujourd'hui talonné par le burger, selon l'indice jambon-beurre de Gira Conseil. Selon l'étude "Les français et le pain" de QualiQuanti, le choix du pain pourrait être un levier à actionner pour que le sandwich garde la pôle position…

Le jambon-beurre perd du terrain au profit du burger.

En 2015, 1,23 milliard de sandwich jambon-beurre ont été vendus, en grande surface ou dans les boulangeries. S'il représente toujours la majorité des ventes de sandwichs (55% du total des andwichs vendus), il perd du terrain par rapport à 2014 (58%).

Sa consommation a donc chuté, pour la deuxième année consécutive, probablement au profit d'autres types de sandwichs, mais aussi et surtout au profit des burgers qui se sont vendus à raison de 1,19 milliard d'unités, soit 11,21% de plus qu'au cours de l'année précédente.

Une baisse régulière des ventes depuis 2011.

En 2011, le jambon-beurre détenait une part de marché de 66%. En 2015, elle est descendue à 55% et cette tendance baissière devrait se confirmer en 2016, selon Bernard Boutboul du cabinet Gira Jambon beurreConseil. Selon lui, "en 2016, les deux courbes vont se croiser. Il y a de grandes chances que l'année prochaine, le burger soit devant le jambon-beurre".

Le succès du burger n'est pas à attribuer aux seules grandes enseignes de restauration rapide. Les enseignes comme McDonald's, Quick et Burger King ne représentent que 34% des 1,19 milliard de burgers vendus en 2015. Ce sont davantage les 145.000 restaurants avec service à table qui ont contribué à booster les chiffres puisque 75% d'entre eux ont au moins un burger à leur carte. Et, pour une majorité d'entre eux, c'est même le plat le plus demandé.

 

Les chiffres du jambon-beurre : un prix qui progresse trop vite ?

indice jambon beurre évolution

 

 

Le prix du jambon-beurre a continué d'augmenter entre 2014 et 2015 (+ 3,67%), passant à 2,84 euros en moyenne. Son prix enregistre ainsi une augmentation de 12,7% en cinq ans, augmentation considérable pour un produit de base.

 

indice jambon beurre lieu

 

Le prix de ce sandwich est 2,17% plus élevé dans les villes de plus de 50.000 habitants. Le prix oscille entre 3,40 euros (Paris) et 2,30 euros (Alençon).

 

 

 

 

Le plus cher se vend dans les cafés, bars, brasseries, à 3,34 euros (+3,2%) ; le moins cher dans les supérettes à 1,90 euro (-1,7%). La plus forte augmentation concerne les hypers et supermarchés (+15,6%).

prix jambon beurre

Rebooster la consommation de sandwiches : un levier à actionner au niveau du pain ?

Les résultats de l’étude menée par l’Institut QualiQuanti sur les nouvelles habitudes d’achat et de consommation des Français sur tous les types de pains ont été présentés à l'occasion du salon Europain, en février dernier.

Etude complète : 2016 Etude-pain-dossier-de-presse

Parmi les enseignements tirés, il en ressort que les consommateurs sont satisfaits à 95% du pain qu’ils achètent.

  • Selon leurs déclarations, la qualité est leur premier critère, que ce soit au niveau du plaisir sensoriel (goût, texture, aspect), de l’attention portée à la fabrication (traçabilité, savoir-faire traditionnel et artisanal), de l'apport nutritif et roboratif ou des critères de praticité (conservation, congélation, etc.).
  • Pour nombre d'entre eux les pains gourmands, incluant les recettes gourmandes, les formats spéciaux et les pains du monde renouvèlent l’attractivité gustative du pain.
  • Les pains "santé" présentent un intérêt mais sont encore des pains de niche. Le prix et le manque de diversité bloquent encore le développement des pains biologiques. Quant au sans gluten, même s’il bénéficie d’un bon écho, sa faiblesse réside dans son goût.


Quid des sandwiches ? Le pain a-t-il une carte à jouer ?


Jambon beurre 1 Cette enquête réalise un focus sur les sandwiches, révélant qu'ils sont entrés dans les habitudes de consommation des Français : au cours de l'étude, 6 interviewés sur 10 déclaraient avoir mangé un sandwich au cours des derniers jours.

Cependant il semble qu’il reste un défi à relever dans le sandwich, jugé de qualité souvent décevante. Le consommateur en attend une plus grande fraîcheur, une meilleure qualité gustative du pain et une plus grande variété de l’offre.

 

Quelles sont les attentes des consommateurs vis-à-vis du pain ?

Jambon beurre 3

 

L’étude révèle notamment que :

  • L’avenir du pain passe par l’association entre plaisir et santé (52% des Français estiment que le pain est bon pour la santé). Pour cela, le pain doit donc s'adaptater aux grandes tendances : envie de découvrir, d’associer alimentation et forme.
  • La qualité est le premier critère de choix, celui qui conduit le consommateur à privilégier un point de vente plutôt qu'un autre pour acheter son pain ou son sandwich.

 

Quel pain pour quel sandwich ?

 Jambon beurre 2

 

Avec la diversité des pains proposés, l'accent sur la qualité, l'offre de sandwich devrait donc continuer à s'améliorer re-séduire les consommateurs perdus... Et si les prix cessent de s'envoler, le sandwich pourrait bien ne pas se faire voler la vedette en 2016…

A lire également

Tendance partage : de l'entrée au dessert...

Le 12/10/2017

Manger n’aspire pas seulement à nourrir le corps physiologiquement, manger c'est ausi "nourrir" le lien social. De la planche à partager à la pièce maxi format, la commensalité prend plusieurs formes, avec pour objectif de lier et réunir des groupes de consommateurs. Tendance forte, le partage se fait désormais de l'entrée au dessert.

Brut Butcher, concept 100% viande

Le 26/09/2017

Concept hybride entre boucherie et fast-food à la française, Brut Butcher, met à l'honneur la viande de boucherie. Nouvelle coqueluche de restauration "fast casual", ce concept a été lancé par une famille d'artisans bouchers qui a souhaité allier ses 2 passions, la boucherie et la restauration.

Du "ready to cook" dans l'univers carné

Le 22/09/2017

Dans un contexte de marché peu favorable, entre la méfiance envers les filières animales, la végétalisation de l'alimentation, les industriels de la viande doivent repenser leur offre pour répondre aux attentes du consommateur. A l'instar de Tönnies, Socopa se positionne sur le "Ready to cook", version porcine.