Cassegrain ouvre son site de vente en ligne, quand une marque alimentaire devient distributeur de ses propres produits !

Le 31 décembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Leader sur le segment des conserves de légumes, la marque premium Cassegrain s'est lancée dans l'aventure du e-commerce. En tant que véritable précurseur, le groupe Bonduelle devient distributeur de ses propres produits. Pourquoi et quelle est la stratégie visée ?

Le site e-commerce de Cassegrain

En plus de ses réseaux de circuits de distribution classiques que sont la GMS, RHD et autres réseaux spécialisés, Cassegrain est l'une des premières grandes marques alimentaires à se lancer dans l'e-commerce avec son site www.cassegrain.com

En se rendant sur ce site marchand, le consommateur peut donc commander en ligne :

  • l'ensemble de l'offre de la gamme Cassegrain avec toute la collection de légumes de la marque mais aussi des exclusivités web et des références dédiées aux professionnels de la restauration avec des gros conditionnements,
  • des produits complémentaires conçus par des partenaires de la marque. Champignons déshydratés, confits salés ou sucrés et confitures, des produits qui font office de décors d'assiettes ou d'accompagnements de légumes,
  • une sélection d'arts de la table avec des verrines, des mini cocottes, des fourchettes et cuillères ...

La largeur de gamme et la typologie des produits choisies peuvent paraître surprenantes. L'objectif visé est de proposer une solution clé en main aux consommateurs adeptes des produits Cassegrain. A savoir, faciliter la préparation et la remise en oeuvre grâce à un gain de temps considérable. En effet, en quelques clics, l'e-consommateur peut commander le légume, le décor ou la sauce d'accompagnement et le contenant de son choix. Une fois la commande réceptionnée, seul l'assemblage est à réaliser.

Les délais moyens de livraison annoncés sur le site sont de 2 à 4 jours pour la France Métropolitaine et 7 jours ouvrés pour les livraisons en Allemagne, Belgique, Espagne, Royaume-Uni. La livraison est gratuite à partir de 40€ TTC. Si le montant de la commande est inférieur, les frais de port s'élèvent à 6.90€.

Les prix des produits sur le site Cassegrain sont plus élevés que sur les sites marchands des enseignes de distribution. A titre d'exemple, une analyse comparative de prix entre e-Leclerc et e-Cassegrain :

 

Flageolets cuisinés extra fondants

(Poids net égoutté : 265 g)

Haricots verts extra fins

(Poids net égoutté : 390 g)

Lentilles cuisinées aux oignons et carottes

(poids net égoutté : 265g)

e-leclerc1.09€ la boîte2.67€ la boîte1.14€ la boîte
e-cassegrain1.59€ la boîte3.09€ la boîte1.85€ la boîte

 

Les différences de prix sont significatives entre les deux circuits de vente. Alors qu'est-ce qui peut bien pousser la marque à opter pour le e-commerce ?

 

Et pour quels objectifs?

  • Faire parler de la marque. Un plan média a d'ailleurs été déployé pour annoncer ce nouveau canal de vente jusqu'alors très peu prisé par les marques alimentaires. Celui-ci repose sur du référencement payant, des posts sur Facebook et des bannières.
  • Prouver à ses consommateurs que la marque a un pas d'avance sur ses concurrents en matière de digitalisation, et ainsi se positionner comme véritable précurseur dans la vente en ligne de ses propres produits alimentaires.
  • Interagir avec ses consommateurs en créant un lien direct avec eux puisqu'ils peuvent déposer leurs avis sur le site.
  • Collecter bon nombre d'informations personnelles sur ses propres clients. La marque peut  ainsi optimiser la gestion de sa relation clients (CRM) avec pour but de fidéliser sa clientèle et in fine de maximiser son chiffre d'affaires.
  • Avoir un canal de distribution en propre, parfaitement maîtrisé, et ainsi gagner en indépendance vs les circuits de distribution traditionnels.

 

Nouveau canal de distribution pour l'agroalimentaire : l'E-commerce, de belles perspectives

Les industriels de l'agroalimentaire semblent devoir intégrer cette stratégie numérique dans leur stratégie globale. D'autant plus que Forrester Research, entreprise indépendante réalisant des études de marché sur l'impact des technologies dans le monde des affaires, annonce un bel avenir pour l'e-commerce alimentaire. Elle projette un taux de croissance de 12% des ventes de détail en ligne entre 2013 et 2018 en Europe, pour atteindre 234 milliards d'euros au total en 2018. Quant à la France, elle devrait enregistrer un doublement de ses ventes en ligne entre 2013 et 2018 (avec un total de 47 milliards d'euros). Selon cette étude, c'est le secteur agroalimentaire qui détiendra la progression la plus significative, devant le secteur de l'électronique grand public.

Au vu de la complexité des rapports actuels avec les circuits de vente traditionnels, opter pour de nouveaux canaux de distribution, tel que l'e-commerce, peut être une stratégie gagnante pour les entreprises agroalimentaires. A condition d'avoir une réflexion stratégique multicanale globale sur tous les réseaux de distribution pressentis.

A lire également

Peligourmet, le nouveau BlaBlaCar de la distribution alimentaire

Le 13/02/2018

A l’heure où la distribution alimentaire cherche son nouveau visage, Peligourmet mise sur une dimension communautaire et collaborative à travers une plateforme de "co-voiturage alimentaire". Une sorte de "BlaBlaCar" de la distribution alimentaire… !

Noir c’est noir : les aliments noirs marqueront l’année 2018 !

Le 07/02/2018

Parmi les tendances food 2018, les aliments noirs sont sous les feux des projecteurs…Sur les réseaux sociaux, les cocktails détox, les glaces et même les burgers voient désormais la vie en noir. Le charbon actif révolutionne la planète "healthy"… Et alors, ça fait quoi de manger du noir ?

Boucherie, fruits et légumes : une segmentation de l'offre de plus en plus poussée.

Le 06/02/2018

Après les labels ou les mentions d'origine, la qualification de l'offre se précise. De la race à viande pour les hachés à la variété du fruit pour les jus, les desserts frais ou les purées, l'exigence accrue de qualification des ingrédients ainsi que la quête de qualité poussent les industriels vers une hyper-segmentation de l'offre.