Les coffrets repas supplantent les box et inspirent de nouveaux acteurs.

Le 21 décembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La dernière étude du cabinet Xerfi sur le marché du snacking vient de sortir. Elle envisage les perspectives d'ici à l'horizon 2018, montrant qu'industriels et distributeurs sont bien disposés à poursuivre leurs efforts en matière d'innovation. Focus sur les coffrets repas dont les progressions font des envieux.

Si certains univers de l'alimentaire ne progressent que très peu, le rayon traiteur se porte bien et contribue à 39% de la croissance du frais libre-service.

Pour exemple, les salades repas pesaient en 2014 près de 670 millions d’euros et représentaient le marché le plus dynamique du snacking. Elles ont poursuivi leur progression en 2015 et sont devenues la première solution repas pour les consommateurs nomades, dépassant sandwichs et plats cuisinés.

Et l'offre continue de se renouveler, d'attirer de nouveaux consommateurs, si bien que ces coffrets repas intéressent les acteurs du chaud….

 

 

Satiété, nouvelles gestuelles ludiques et esthétisme : les clés de la réussite…

Lancées en 2012 les salades repas de Sodebo ont connu un succès immédiat : packaging innovant, quantité de verdure réduite au profit des féculents et des protéines, ceci accompagné de gressins et d'une fiole de vinaigrette pour ajuster soi-même le dosage de la sauce.

D’autres marques se sont rapidement emparées de cette tendance : Mix Buffet, Les Crudettes, Weight Watchers, Martinet, BonduelleJardin Bio ou Dessaint (marque qui disparait du rayon au profit de la griffe Daunat).

 coffrets repas

Au fil des innovations l'offre s'est enrichie : une touche sucrée est venue compléter le coffret, les ingrédients se sont compartimentés, offrant la possibilité au client de faire lui-même son mélange et de réchauffer – ou non – une partie des produits.

 

Marie débarque sur le marché avec un coffret repas chaud.

coffrets repas Marie contenantsDepuis le mois d'octobre, le numéro deux du rayon traiteur propose Ma formule midi, en trois combinaisons associant entrée, plat et dessert :

  • salade (70 grammes) : taboulé, coleslaw, piémontaise ;
  • plat cuisiné (220 grammes) : poulet ou pâtes ;
  • dessert (80 grammes) : entremet au chocolat ou pommes caramélisées.

 

coffrets repas Marie

 

 

L’ensemble de la gamme est fabriqué sur le site de la société Agis à Avignon, ce qui permet de mettre en avant un "made in France" tant plébiscité par les consommateurs. A noter également l'argument quant à l’origine française de la viande et la sélection des ingrédients.

 

 

Un leitmotiv : apporter une valeur ajoutée en matière de satiété et de praticité.

Avec également le snacking comme maître-mot, Marie complète son offre avec des quiches micro-ondables avec fourchette intégrée :

  • trois fromages (comté, bleu d'Auvergne, mozzarella)
  • chorizo-tomates marinées.

Déjà acteur sur le segment des quiches et des tartes au traiteur LS, la marque a ici adopté un conditionnement mieux adapté au snacking : fourchette intégrée mais également grammage plus généreux (190 g) et forme carrée donnant au produit une image plus moderne, à l'instar des Carrés chauds de Daunat.

 

Des perspectives prometteuses pour le marché à l'horizon 2018 selon Xerfi.

Si le snacking a été plus lent à s'installer en France qu'Outre-Atlantique, ce segment a largement fait ses preuves ces dix dernières années. Et les perspectives de croissance de ce "marché d'offre" semblent encore prometteuses à moyen terme, avec des industriels et des distributeurs enclins à poursuivre leurs efforts en matière d'innovation : même si le dynamisme des box s'étiole, d'autres offres prennent le relai, les plateaux repas entre autres.

Afin de satisfaire des consommateurs toujours plus exigeants, plusieurs leviers sont actionnés pour que perdure ce succès :

  • montée en gamme pour valoriser les produits dont l'image reste encore souvent associée à la "malbouffe",
  • portions satiétogènes,
  • packagings gagnant en praticité et proposant des gestuelles ludiques...

 

Mais les acteurs du marché doivent compter sur l'arrivée de nouveaux intervenants et sur la pénétration croissante des MDD, intensifiant la concurrence. Beaucoup de questions sont donc à se poser pour savoir comment se positionner sur le segment dans les 2 années à venir :

  • xerfiQuelles sont les réelles perspectives de croissance du marché du snacking à l'horizon 2018 ?
  • Quels seront les segments les plus attractifs et les plus susceptibles d'être bouleversés par l'arrivée de nouveaux entrants ?
  • Sur quels leviers ces derniers s'appuieront-ils pour s'imposer ?

Des réponses apportées par la dernière étude Xerfi (décembre 2015).

A lire également

Les graines s'inscrivent dans les tendances naturalité, nutrition et nouvelles expériences organoleptiques.

Le 15/06/2017

A l'heure où la nutrition fait la part belle aux aliments "naturellement riches en", les graines ont leur carte à jouer. Utilisées en topping, elles apportent originalité, croquant, saveurs et possèdent par nature des vertus nutritionnelles. Place à l'innovation par l'usage pour apporter de la praticité et multiplier les moments de consommation.

La jacque : nouvel ingrédient "star" qui introduit des protéines sur de nouveaux instants de consommation !

Le 12/06/2017

Considérée comme le "fruit du pauvre" en Asie, d’où elle tient son origine, la jacque présente un profil nutritionnel qui fait d'elle une prouesse de la nature. Encore méconnue en France, elle connait un succès grandissant auprès des communautés "Veggies". Dégustée cru ou cuite, salée comme sucrée, elle diversifie les instants de consommation… [...]

Des huîtres "originales"...

Le 09/06/2017

Suite à un concours " l'huître sort de sa coquille", une idée émerge chez Johan Leclerre, MOF cuisinier 2007 et chef du restaurant La Suite à la Rochelle : vendre à ses pairs des huitres décoquillées. Distribuées chez Métro, ou par Chronopost via une commande sur le site, les huitres.0, séduisent les restaurateurs. A quand le B to C?