2001-2015 : Le PNNS a-t-il porté ses fruits ? Quelles conséquences sur l'innovation ?

Le 15 décembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Alors que le PNNS 3 touchera à sa fin en 2016, l'heure est au bilan et à l'élaboration du prochain volet. 37 signatures, 15 bilans… Ces programmes ont-ils permis d'améliorer notre alimentation ? Quelles sont les conséquences en matière de santé publique ? Comment les industriels utilisent le PNNS pour travailler leurs innovations ?

 

En 2001, le Ministère de la Santé avait élaboré un programme, le PNNS, avec l'objectif d'améliorer l’état de santé des Français ainsi que leur niveau d'activité physique. Ce programme est révisé tous les cinq ans, et le volet 4 va être bientôt à élaborer.

Quels sont les conséquences de la signature des chartes, à la fois sur la santé publique, les comportements des consommateurs et sur l'innovation ?

 

 

Du côté des perspectives d'amélioration de la santé publique :

L'impact réel des chartes va au-delà des seuls signataires… Selon les évaluations de l’OQALI et de l’Institut National de la Consommation pour le sel, les évolutions devraient être significatives. A terme, ces engagements permettraient de diminuer :

  • de plus de 8000 tonnes le volume annuel de lipides mis sur le marché,
  • de près de 15000 tonnes celui du sucre,
  • de 4200 tonnes celui des acides gras saturés. 

Côté gestion de l'épidémie d'obésité, les campagnes de prévention semblent avoir abouti à la stabilisation du surpoids et de l’obésité chez l’enfant. Chez les adultes, la progression de l’obésité semble également ralentir ces dernières années.

 

Du côté des comportements de consommation :

Globalement, les Français connaissent de mieux en mieux certaines de ces recommandations. 

Connaissance spontanée des différents repères recommandés

Connaissance spontanée des différents repères recommandés

Ce programme semble donc avoir réussi à ancrer certaines recommandations dans l'esprit des consommateurs. "Manger, Bouger", "5 fruits et légumes par jour", "30 min d’activité physique par jour"…

Mais sont-elles suivies des faits, sachant que l'on observe souvent un écart significatif entre le déclaratif et les faits ? Selon le rapport "Etat de la santé de la population en France" de 2015, les Français ne mangent pas assez de fruits et légumes (seulement 40 % des Français mangent 5 portions de fruits et légumes quotidiennement). L'activité physique reste insuffisante pour plus de la moitié d’entre eux, et la sédentarité progresse en partie du fait du temps passé devant des écrans qui dépasse les trois heures pour plus de la moitié des adultes et plus d’un tiers des enfants (comptabilisé sur le temps hors temps de travail ou scolaire).

 

Du côté des industriels : l'influence du PNNS sur les innovations.

PNNS 4 bis

 

Pour aller dans le sens du PNNS, les industriels ont multiplié les innovations pour aider petits et grands à accroitre notamment leur consommation de fruits et légumes : jus, smothies, compotes en gourdes, frites de légumes, bâtonnet de fruit, fruits et légumes découpés prêts à consommer, pâtes de fruits à snaker, chips ou pétales lyophilisés…

 

 

PNNS 4 ter 

Dernier en date, Bonduelle avec sa gamme de légumes préparés et prêts à cuire. Après l’arrêt des gammes de légumes pour salades et légumes à poêler en 2014, la marque avait largement ralenti son activité sur le segment du légume frais.

PNNS 4 gamme BonduelleAujourd'hui, cette nouvelle gamme comprend 3 recettes, présentées en barquettes de 350 g, soit pour 2 personnes :

  • Légumes du Marché : Carottes, haricots coco plat, champignons brun, oignons, navets, romarin.
  • Légumes du soleil : Carottes, courgettes, tomates cerises, oignons, poivrons verts, poivrons rouges, olives, romarin.
  • Wok à l’asiatique : Champignons bruns, carottes, chou chinois, oignon, coriandre.

Trois durées de cuisson sont suggérées selon le goût de chacun :

  • croquant (5 min),
  • al dente (8 minutes),
  • fondant (12 minutes).

 

Perspectives...

Si l'offre continue de s'enrichir, les disparités quant à l'application des recommandations du PNNS perdurent à la fois entre les catégories sociales et entre les régions.

L’accent devra donc être mis, pour le volet 2017, sur les populations moins aisées et sur des innovations en phase avec les habitudes de consommation des Français qui achètent de plus en plus de produits transformés...

Pour en savoir plus sur la nutrition santé : Portail Nutrition-Santé "Invest In Bretagne".

A lire également

Le petit-déjeuner : un moment de consommation propice à l'innovation...

Le 23/05/2017

Depuis quelques temps, les pays anglo-saxons revisitent l'offre de produits dédiés au petit-déjeuner. Exit les tartines au beurre, les plats considérés comme cœur de repas ont trouvé un relai de croissance au travers d'un nouvel instant de consommation : pizzas, wraps et burgers s'invitent sur le petit-déjeuner pour réveiller nos papilles…

Innover sur le segment de la minceur : Coca-cola Plus, le brûleur de graisses ?

Le 18/05/2017

Partout dans le monde, les politiques font la chasse aux calories, accusant divers produits, dont les sodas, de l’épidémie d'obésité. Charge aux industriels d'être proactifs et, avant toute coercition, de s'adapter tantôt par des stratégies de reformulation, tantôt par des actions de communication ou d'éducation nutritionnelle. Cas de la minceur...

L'art de découper les légumes : un atout pour des innovations de rupture ?

Le 15/05/2017

Le consommateur recherche la facilité et privilégie le prêt à cuisiner voire le prêt à manger. Si l'art de la découpe est mis à l'honneur au rayon boucherie et est source d'innovation, il est peu valorisé sur les fruits et légumes. Et si ré-enchanter la consommation de légumes passait par la manière de les découper à la façon "vegetable butcher" ?