Penser la mobilité quotidienne autrement avec l'autopartage entre voisins

Le 30 novembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Dans le cadre de BMA, le démonstrateur Coop de Construction a expérimenté une solution d’autopartage afin de penser autrement la mobilité quotidienne à partir du logement. Les résultats sont encourageants et confortent la Coop dans son engagement en tant que promoteur immobilier.

Cette expérimentation, menée à l’Eco Hameau de Chevaigné depuis 2014, a été réalisée avec l’aide de la société Koolicar. Elle met à disposition sa plateforme Internet pour gérer la réservation des véhicules et sa « Koolbox », un boitier embarqué qui permet l’ouverture du véhicule par une carte magnétique, et donc de partager sa voiture sans passer par l’échange de clés.

Une première phase d’expérimentation difficile

Lors de la première phase d’expérimentation, 2 foyers ont mis à disposition leur véhicule personnel mais les résultats ont été décevants : malgré la co-construction en amont des règles de partage avec les futurs usagers, le service n’a pas été utilisé. La raison la plus souvent évoquée est la crainte d’endommager le véhicule de leur voisin d’où leur souhait de partager un véhicule « neutre ». Face à ce constat, il a été décidé d’ajouter un véhicule tiers dont l’usage sera exclusivement dédié à l’autopartage. Afin de renforcer l’aspect innovant du service, le véhicule dédié est un véhicule électrique prêté par un garagiste local.

Après 6 mois d’expérimentation, les résultats sont concluants. Avec 5 000 kilomètres parcourus par la voiture électrique entre janvier et septembre 2015, on constate que les habitants se sont appropriés le dispositif et ce véhicule innovant. Son usage concerne essentiellement des trajets de proximité, notamment le soir et le week-end. Ainsi, cette solution d’autopartage apparaît comme un bon complément aux transports en commun existants sur la zone puisqu’il permet de se rendre dans des communes peu ou pas desservies et également à des horaires où les fréquences des transports collectifs sont moindres.

Quelques enseignements

Pour les usagers, la réussite de l’expérimentation tient à la facilité d’utilisation du système, tant au niveau de la réservation que de l‘usage du véhicule. L’ajout d’un véhicule innovant comme la voiture électrique est véritable levier pour amener les individus à faire le premier pas vers l’autopartage. Les utilisateurs apprécient le confort de conduite du véhicule électrique ainsi que son caractère moderne et innovant. Les expérimentateurs le reconnaissent : le véritable changement, c’est celui qui mène à considérer le véhicule comme un service et non plus comme un bien que l’on possède, ce qui induit la nécessité de planifier et d’optimiser ses déplacements. Comme le dit un des usagers, il faut de la pédagogie pour « susciter la spontanéité » et donc vulgariser la pratique de l’autopartage.

Une autre conséquence de cette expérimentation, c’est d’avoir mis les testeurs en phase de réflexion sur leurs déplacements quotidiens : « Ça nous fait vraiment réfléchir sur nos habitudes de transports, quand notre fils partira faire ses études, on ne gardera qu’une seule voiture puisque mon mari utilise surtout le train pour se rendre à son travail ».

La possession d’un véhicule semble bien indispensable pour ces ménages vivant en zone périurbaine, mais cette expérimentation d’autopartage a permis de montrer qu’un tel service, en complément des transports en commun présents sur la commune, peut être une alternative crédible à la possession de deux véhicules par ménage quand l’un des membres du foyer peut utiliser les transports collectifs pour se rendre sur son lieu de travail.

Des pistes pour un futur à inventer collectivement

A partir de ces enseignements se dessinent également des pistes d’évolution pour l’activité du promoteur immobilier : en amont de la livraison des logements, il semble pertinent d’associer les futurs habitants à une réflexion sur leurs mobilités quotidiennes et l’usage des places de stationnements qui pourraient être réfléchies de façon à accueillir des services (autopartage, vélos partagés etc.) permettant de se déplacer autrement, notamment pour les trajets de proximité, et pouvant être gérés dans le cadre d’une copropriété.

Dans cette réflexion d’autres acteurs doivent être associées : les municipalités qui peuvent encourager ces services de mobilité de proximité par des infrastructures adaptés ou encore les professionnels de l’automobile qui, par la mise à disposition de véhicules et leur entretien, peuvent trouver un moyen de diversifier leur activité.

Comme on peut le voir à l’issue de cette expérimentation, le développement et la généralisation d’une mobilité partagée ne peut se faire que par la participation de toutes les parties prenantes concernées par une mobilité plus écologique, plus économique et adaptée à chaque territoire : habitants, bailleurs, municipalités, garagistes, offreurs de solutions de mobilité, etc. C’est donc tout un écosystème qui reste encore à co-construire collectivement.

A lire également

Les nudges : des coups de pouce suffisants pour initier des comportements vertueux ?

Le 13/11/2015

Le changement d’habitude dans les manières de faire est souvent long et parfois complexe à mettre en œuvre. Pour le faciliter, il est nécessaire de recourir à des petits coups de pouce pour initier le changement : des nudges.

talents du vélo BMA pédagogie

BMA remporte le prix Talents du Vélo 2015 dans la catégorie pédagogie

Le 17/09/2015

Pour la 5e édition des Talents du Vélo, Le Club des villes et territoires cyclables et ses partenaires ont récompensé le projet Bretagne Mobilité Augmentée pour sa méthodologie d'accompagnement au changement.

SVA jean rozé bma mobilité

Le secteur agro-alimentaire face au défi de la mobilité : le démonstrateur SVA

Le 28/07/2014

[Vidéo] Le 26 juin dernier, se déroulait la réunion annuelle BMA. Ici, Lucie Jacoutot, chargée de mission BMA au sein de l’entreprise agro-alimentaire SVA Jean Rozé, nous présente les périmètres d’expérimentation des nouvelles mobilités en cours ou à venir pour l’année 2014.