SNCF : transformation numérique d'un acteur de la mobilité

Le 09 décembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Une nouvelle phase dans le processus de digitalisation de la SNCF a été amorcée avec le lancement de SNCF Digital Ventures, un fonds d’investissement doté de 30 millions d’euros. Le plan de transformation numérique de la SNCF a pour ambition d’intégrer de nouveaux services, de nouveaux partenaires afin d’innover et faire entrer l’ensemble du groupe dans une nouvelle ère connectée.

Les actions menées par la SNCF dans une optique de transformation numérique intègrent des notions de co-construction et de collaboration. Le groupe français souhaite s’appuyer sur des leviers d’innovation externes à sa structure afin de mieux appréhender les évolutions de demain. Les dirigeants de la SNCF affirment la nécessité de s’associer aux nouveaux acteurs afin de favoriser l’efficacité interne et la création de nouveaux services proposés aux clients.

Le plan initial #DigitalSNCF présenté en début d’année 2015 détermine les grands enjeux de l’institution ferroviaire française s’échelonnant sur 18 mois :

  • Le projet Net.scnf souhaite déployer la connectivité à travers les trains et les gares par le biais de réseaux WiFi et 4G, à destination des usagers en mobilité.
  • Le projet Store.sncf vise à faire émerger une communauté de développeurs au sein d’une plateforme collaborative. De nombreux jeux de données et API sont ainsi partagés afin de permettre la création de nouvelles applications et faciliter leur développement.
  • Le projet Quotidien.sncf est aux voyageurs dans le but de faciliter les trajets au quotidien, à travers la préparation de l’itinéraire, les informations voyageurs, achats de tickets…
  • Maintenance Réseau vise à améliorer les actions de surveillance des réseaux grâce à l’équipement des agents d’outils mobiles.
  • Maintenance Matériel ambitionne une meilleure diffusion des informations et de la documentation destinées aux agents de maintenance.
  • Le projet Flux.sncf devrait permettre la connaissance des flux de voyageurs en temps réel afin de mieux piloter l’activité et accéder à un meilleur service client.
  • Des accélérateurs d’entreprises, nommés 574, vont ouvrir dans différentes villes, comme c’est déjà le cas à Toulouse et bientôt à Paris, Nantes, Lyon et San Francisco, avec des thématiques précises liées au design, connectivité des objets et capteurs, big data et machine learning, open data et API…
  • Le fonds d’investissement SNCF Digital Ventures doté de 30 millions d’euros a été lancé en octobre 2015 et vise à identifier et à investir dans des initiatives et jeunes sociétés liées à la mobilité de demain.

 

La SNCF souhaite faire évoluer ses prestations de service et changer son image de transporteur ferroviaire auprès des usagers. Ainsi, l’IDPass permet désormais à un utilisateur de réserver un vélo en libre-service, de commander un véhicule de transport avec chauffeur (VTC), ou encore de louer une voiture en autopartage. Définit comme un sésame de la mobilité, cette offre permet à la SNCF de proposer un service porte à porte. Le service rendu s’étend bien au-delà de la gare et se poursuit sur le trajet du voyageur jusqu’à son domicile. À travers cette offre de distributeur de mobilité, la SNCF souhaite affirmer son positionnement sur la mobilité de demain.

Développer les commerces en gare, proposer aux internautes de voter pour des trajets à prix réduits avec le TGVpop, développer le covoiturage avec IDVroom, déployer une bibliothèque en ligne avec SNCF e-LIVRE… Les projets numériques du groupe sont nombreux. La SNCF souhaite s’affranchir de son métier historique afin de s’intégrer au mieux dans la vision nouvelle de mobilité. Des appels à projets tels que le récent Tourist Experience Challenge de SNCF Transilien illustrent ce souhait d’innover en mode collaboratif.

A lire également

Décret - Véhicules à faibles et très faibles émissions : Quels véhicules sont concernés ? Où ? Quand ?

Le 23/02/2017

La législation française en matière de définition des véhicules propres évolue dans le cadre d'une procédure voulue plus transparente. Après une consultation publique par le Ministère de l'Environnement (MEEM), les décrets qui définissent les véhicules à faibles et à très faibles émissions sont sortis.

Fabrication additive métal : l'automobile en phase de jauger son potentiel !

Le 10/02/2017

La fabrication additive métallique est en quelques années sortie de son usage réservé au prototypage rapide et aux prothèses médicales. La technologie est désormais utilisée pour la fabrication de pièces séries, notamment volantes dans l’aéronautique. L'automobile est elle dans une phase d'exploration de la technologie.

Marché automobile mondial 2016 : l'inversion des courbes ?

Le 27/01/2017

2016 marque le retour de la croissance pour le marché mondial de l'automobile. Toutefois les disparités "régionales" restent fortes.