Marketing émotionnel : l'amour et les marques alimentaires, une grande histoire ?

Le 23 novembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
L'amour fait vendre. Certains industriels agroalimentaires l'ont bien compris. Plusieurs marques françaises ont adopté cette stratégie marketing de l'émotion. Lien fort, proximité, attachement et donc réachat sont les objectifs recherchés par les industriels qui se lancent sur le terrain émotionnel de l'amour.

 

Deux exemples récents de marques alimentaires surfant sur ce marketing de l'amour

 

Depuis le 28 septembre dernier, le leader du marché du jambon en France, Fleury Michon, a lancé sa marque J'aime pour sa gamme charcuterie (jambons et de rôtis de porc). Ces innovations sont nées d'un partenariat entre l'industriel agroalimentaire vendéen et le pôle animal du groupe Avril (deux filiales concernées : Abera, l'abattoir et Sanders, spécialisé dans la nutrition animale). Cette alliance garantit ainsi des produits sans antibiotiques, supprimés des rations animales à partir de 42 jours d'âge. Les produits sans également sans OGM, les porcs étant nourris à base de céréales françaises. Le prix de cette nouvelle gamme reste moins cher que le Bio ou le Label Rouge. Il s'établit à 2,95€ les 4 tranches de jambon, ce qui représente un surcoût de moins de 10 centimes d'euros par rapport à un produit standard.


jaime-le-jambonOutre la volonté d'afficher son engagement pour une alimentation plus saine et de qualité, Fleury Michon souhaite établir une relation singulière affective avec son consommateur. Le nom de la marque J'aime et le symbole du coeur rouge viennent renforcer cette union. L'intention est de provoquer un déclic émotionnel chez le consommateur débouchant sur l'acte d'achat. En plus de créer de l'affect, le choix de ce langage spécifique (j' + coeur rouge) vise les jeunes consommateurs, très enclins et réceptifs à ce nouveau mode de langage synthétique et visuel.

 

 

 

 

 

Andros j'aimeLa marque Andros, l'expert du fruit, a également opté pour ce fameux "J'aime" avec sa nouvelle génération de gourdes au rayon réfrigéré. Active en matière d’innovation produits à l'instar des fruits à tartiner, la nouvelle gamme d'Andros se décline en 5 saveurs : J'aime l'abricot, J'aime la fraise, J'aime la mangue, J'aime la pêche, J'aime la poire. Ce nouveau dessert fruitier propose une texture sans morceaux, différentes de celle, granuleuse, des compotes traditionnelles. Elle est effectivement fondante, lisse et onctueuse comme un velouté. Lancées au printemps 2015 en GMS, ces innovations sont sans colorants, sans additifs, ni conservateurs. Malgré leur présence au rayon réfrigéré, ces gourdes de 90g se conservent 24h en dehors du réfrigérateur. Le prix de vente conseillé en magasin est de 2.49€ le pack de 4 gourdes de 90g.

 

La marque Andros cible ici clairement les adultes avec une gamme premium où le fruit a une importance capitale. Cette place accordée au fruit se remarque par un design hyper zoomé et un graphisme épuré où le fruit est au centre du packaging et crée l'envie. Ce constat est renforcée par le slogan « La force du fruit ». Au delà de la dimension plaisir forte affichée, cette démarche se veut rassurante en terme de qualité produit. La dénomination de cette nouvelle gamme J'aime et l'aplat en forme de coeur traduisent le souhait de créer un lien fort entre la marque et le consommateur.

 

Marketing émotionnel : après le bonheur est dans l'assiette, place à l'amour ! Ces nouveaux codes graphiques qui séduisent.

L'institut scientifique américain PNAS a mené une étude sur les émotions ressenties par le corps humain. En analysant le rythme cardiaque, les endorphines sécrétées et la transpiration de l'être humain, l'étude nous révèle que le bonheur, l'amour puis la peur sont les émotions les plus puissantes. Les marketeurs ont donc tout intérêt à jouer la carte du marketing émotionnel en utilisant cet éventail d'émotion.


Le marketing émotionnel - aperçu des émotions et de leur impact sur l'être humain

Les entreprises liées à l'alimentaire ont déjà largement exploité le terrain du bonheur ces derniers mois. A titre d'exemple la nouvelle campagne d’affichage Happy’Life d'Haribo regroupant les bonbons "best of" de la marque ou encore J’optimisme avec l'enseigne Carrefour ou Coca Cola et son nouveau slogan de la Positive attitude.

Les industriels de l'agroalimentaire se lancent désormais sur le champ émotionnel de l'amour. Codes graphiques et visuels liés à l'amour, dénominations affectives, ... Autant de leviers de communication que l’on retrouvera de plus en plus dans notre environnement actuel, incertain et anxiogène, où s'expriment des besoins d’amour, de douceur et de plaisir.

A lire également

Substituts de viande : vers des appellations misant sur les caractéristiques propres au végétal ?

Le 14/05/2018

Alors que Le Boucher Vert vient de changer son nom pour Hari&Co, la marque va peut-être devoir réaliser une seconde refonte de ses packs… Un amendement adopté le 19 avril 2018 compte interdire aux acteurs du végétal d’utiliser les noms propres à l’univers de la viande.

Viande persillée : comment le packaging peut favoriser l'acte d'achat ?

Le 07/05/2018

En décembre dernier, Interbev livrait ses objectifs dans le cadre du plan de la filière viande bovine, mettant notamment l'accent sur l’amélioration de l’expérience gustative. Le persillé, synonyme de jutosité et de tendreté, fait partie des réflexions. Encore faut-il s'attacher à la présentation pour inciter les consommateurs à l'achat...

Tendances culinaires : du vintage dans l’assiette ! Un poireau vinaigrette, une blanquette de veau et un Saint Honoré, s’il vous plaît !

Le 18/04/2018

La tendance néo-conservateur arrive en force dans les assiettes et avec elle le poireau vinaigrette, le céleri rémoulade ou la blanquette de veau, ces plats "canaille" d'autrefois qui n'étaient plus guère en vogue... Dans un monde où les "vraies" valeurs s'étiolent, le vintage dans l’assiette résonne comme un retour aux valeurs fondamentales…