GNV et bio(GNV), une alternative crédible au diesel pour le transport de marchandises en Bretagne

Le 03 décembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le GNV, un carburant du futur

Plusieurs scénarios donnent le GNV, Gaz Naturel Véhicule, comme un carburant d’avenir. Le scénario proposé par GrDF (Gaz Réseau Distribution France) indique qu’en 2050 42% de l’énergie du transport viendrait du GNV et qu’au global 73% du GNV serait du biogaz. L’ADEME fourni un scénario assez similaire.

Si le biogaz est un carburant du futur, la question est de savoir comment s’amorce ce marché pour atteindre ces niveaux d’usage alors qu’ils sont proches de zéro aujourd’hui.

 

L’exemple de LIGER d’amorçage d’une filière locale bioGNV dans le Morbihan

Le projet LIGER de Locminé en Bretagne donne une piste avec la mise en œuvre prochaine d’une économie circulaire locale. Les déchets produits localement notamment par l’industrie agroalimentaire alimentent une unité de méthanisation. Cette dernière alimente un réseau de chaleur pour les usages de proximité des industriels et des collectivités (piscines, salles municipales) ; elle permettra aussi la production de biocarburant gaz qui serviront la logistique des déchets des industriels mais aussi des collectivités locales et des acteurs locaux de transport.

Ainsi dans ce cas d’école de l’économie circulaire, tous les acteurs de l’écosystème biogaz carburant se mettent en mouvement en même temps : de la production de biogaz, à sa distribution comme carburant, jusqu'au transport de déchets en camion GNV nécessaire au projet lui-même.

 

Pourquoi le transport de marchandises est-il pertinent pour amorcer les usages du (bio)GNV ?

  • La filière transport est hyper concurrentielle. Si la baisse du prix du baril redonne des marges de manœuvre aujourd’hui à la filière, la perspective de raréfaction du pétrole et d’augmentation des prix finira par imposer la recherche de solutions innovantes alternatives au diesel. Néanmoins, même à prix bas, le GNV montre dans certains cas d'usages des retour sur investissement de 5 ans.
  • L’enjeu environnemental va notamment se traduire par des interdictions de circulation dans les centres villes, en particulier des véhicules les plus polluants (Selon l’ADEME le transport lourd est le premier émetteur de NOx en France). Assez rapidement et dans certaines métropoles, il n’y aura tout simplement pas d’autres choix que de se convertir à des énergies alternatives diesel pour exercer son métier de transporteur. Carrefour vient ainsi d'annoncer des livraisons en camion GNV dans 5 grandes villes françaises.
  • Le GNV et le bioGNV apparaissent aujourd’hui comme la seule alternative technologique mature au diesel pour le transport de marchandises. La transition énergétique de la filière transport n’est clairement aujourd’hui possible qu’avec le gaz naturel carburant.
  • A une logique « punitive » d'écotaxe, une logique de transition vers un transport moins polluant au gaz et au biogaz serait plus pertinent pour adapter aux enjeux environnementaux cette filière indispensable à l'économie.

 

Pourquoi  la Bretagne a-t-elle des atouts dans cette transition ?

  • Son potentiel de biomasse. Terre de production agricole, d’élevage et agroalimentaire, la Bretagne pourrait rapidement devenir la première région de France pour la production de bio méthane et l’injection dans les réseaux gaz. C'est d'ores et déjà ce que montre les projets de raccordement en cours. Le développement d’usages locaux de biogaz comme le transport permettra de soutenir économiquement les projets de méthanisation.
  • Par sa situation géographique péninsulaire. 2/3 des flux de marchandises sont infrarégionaux et pour beaucoup compatibles avec l’autonomie actuelle des camions de l'ordre de 350-400 km.

 

Un collectif d’acteurs bretons du transport mobilisé et une mission d’étude chez Jacky PERRENOT

7 transporteurs bretons (DENOUAL Transporteurs, Transport LAHAYE, LE GUEVEL, LE ROY Logistique, Malherbe, SILL, STEF) ont fait le déplacement pour une mission d’étude chez Jacky PERRENOT. Celui-ci qui apparait aujourd’hui comme un des acteurs du transport français le plus avancé dans l’intégration des technologies GNV dans son activité. L’objectif était de profiter du retour d’expérience de Jacky PERRENOT, et à court terme de pouvoir expérimenter.

Si la baisse du coût du gasoil a tendance à ralentir la vitesse de déploiement du projet GNV de Jacky PERRENOT, l’objectif pour le groupe reste de convertir au GNV 30 % de la flotte à moyen terme. Coté motivations, le groupe de transport indique vouloir ainsi préparer l’avenir, anticiper la perspective de fermeture des centres villes et répondre à une demande croissante de leurs clients chargeurs, en particulier issus de la GMS. Ce projet s’est intégré dès le départ comme un projet d’innovation dont l'objectif est de maintenir la compétitivité du groupe.

Le témoignage de Jacky PERRENOT confirme la nécessité d’"un projet de direction et d’un accompagnement au changement". Les contraintes financières, techniques, d’acceptation par le personnel sont en effet importantes et nécessite un temps d’apprentissage : Difficulté à convaincre les chauffeurs d'un véhicule transportant du gaz, moins puissant et moins autonome. Difficultés avec le SAV des constructeurs et les contraintes d’approvisionnements en carburant. Néanmoins, à l’usage, les freins initiaux ont tendance à s’estomper grâce à un apprentissage progressif.

D’une logique d’expérimentation Jacky PERRENOT est aujourd’hui plus dans une logique de déploiement, dont la vitesse est en réalité plus freinée par le manque d’infrastructures que par la faiblesse du prix du diesel.

 

Plusieurs transporteurs bretons montrent ainsi une véritable intention à expérimenter le GNV. L'enjeu est ainsi maintenant d'organiser un premier réseau de distribution sur le territoire afin d'amorcer ces usages. Un projet qui prend tout son sens avec la possibilité de produire localement ce carburant, à l'image du projet LIGER et de sa marque déposé de carburant breton "KARRGREEN".

A lire aussi : Cap sur le bioGNV en Bretagne – Entretien avec Marc Le Mercier, Directeur de LIGER

 

A lire également

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

La mobilité parle à la mobilité #RadioMobilité

Le 15/11/2016

Pourquoi la mobilité devient plus qu’une question de transport ou de solution ? Comment les activités peuvent la reconfigurer ? Comment s’approprier une nouvelle culture de la mobilité ?

Voilà 3 questions auquel BMA veut répondre à travers ses expérimentations, un hashtag Twitter #RadioMobilité et un site web boosterdemobiliteactive.com.

Nouveau cycle 2016-2023 de la production Européenne

Le 09/11/2016

Denis SCHEMOUL d’IHS Markit donne sa vision du marché européen 2016 et ses prévisions : Le 2ème semestre 2016 marque la fin d’un cycle de croissance de la production en Europe et un nouveau cycle 2017-2023 marqué par une stabilisation.Synthèse en quelques points des prévisions explicitées par Denis SCHEMOUL.