Des nutriments là où on ne les attend pas : des protéines dans la bière ou des lipides dans l'eau…

Le 09 novembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Chez les Français, il existe une forte corrélation entre les valeurs santé et naturalité. Il n'en est pas de même aux États-Unis, où les consommateurs sont plus familiarisés avec les éléments nutritifs. D'où des innovations qui misent sur la surprise en incorporant certains nutriments (lipides, protéines) dans des aliments plutôt inattendus…

 

De l'eau grasse...

Après de longues décennies de diabolisation du gras, les Américains feraient-ils marche arrière ? Jusqu'à même en ajouter là où on l'attend le moins : dans l'eau…

La tendance du fat-free qui a guidé les choix alimentaires depuis les années 70 a poussé les Américains à compenser par des sucres, notamment simples, entrainant ainsi une forte progression de l'obésité. Il semble qu'aujourd'hui la vision du gras soit en train d'évoluer Outre-Atlantique : alors que les gras saturés ont longtemps dominé, les consommateurs seraient enclins à manger, non pas "moins gras", mais "mieux gras".

 

Déjà à l'origine du  "Bulletproof coffee", un café infusé au beurre et aux huiles de coco et de palme, Dave Asprey lance Fat Water, un produit se présentant comme "bénéfique pour la vitalité et le système nerveux". Avec 20 calories, une bouteille de Fat Water combine 2g d’huile brevetée (sous le terme commercial Bulletproof XCT), riche en acides gras à chaîne moyenne, précurseurs de vitamine B, avec de l’eau purifiée et édulcorée au xylitol (donc index glycémique nul).

 

A défaut d'être un succès commercial assuré, c'est au moins une manière de détourner l’inconscient collectif américain qui a longtemps considéré toutes les matières grasses sous la même étiquette d’éléments "nutritionnellement incorrects".


Des chips protéinées...

nutriments protides dans les chipsA l'occasion de Vitafoods, le Laboratoire Pyc a remporté le prix du "Best Tasting Functional Food" au "Finished Products Europe 2015" avec Tortitos®, des chips hyperprotéinées. Le produit affiche une teneur protéique de 47% et est en parallèle pauvre en lipides (-70 % par rapport aux chips de référence) et pauvre en glucides (-70 %).

Plusieurs aromatisations sont proposées :

  • poulet-maïs,
  • bacon,
  • cheddar,
  • hot chili-lime,
  • paprika,

Et le grignotage devient plus sain...


Des bières protéinées comme boissons fonctionnelles destinées aux sportifs 

Brewtein et Nutribear : la "bière de récupération"… Une start-up américaine, Supplemental brewing, souhaite lancer 2 nouvelles bières enrichies avec un concentré de protéines de lactosérum :

  • Brewtein est composée de 7 g de protéines, 13 g de glucides pour une valeur énergétique de 178 kcal et 5% d’alcool. C’est une bière de blé américaine.
  • NutriBeer est une bière blonde "à faible teneur en glucides", idéale pour ceux qui cherchent à limiter leur apport calorique. Elle contient 4 g de protéines, 7 g de glucides, pour une valeur énergétique de 122 kcal et 4% d’alcool.

nutriments bièrenutriments bière bis

Ces bières ciblent les consommateurs qui souhaitent concilier les plaisirs du week-end avec l'entrainement sportif : consommer plus de protéines, tout en étant un "buveur de bière" décomplexé. Le fondateur cherche à récolter 40 000 $ pour financer son projet

Face à un marché de la nutrition sportive en effervescence et une consommation mondiale de bière qui augmente tous les ans depuis près de 30 ans, ces bières se positionnent sur deux marchés en pleine expansion. Mais ces deux positionnements sont-ils compatibles ? Les consommateurs attendent la bière dans la sphère du plaisir et peut-être pas comme vecteur de bienfaits nutritionnels…

 

Des innovations sur un terrain où les connaissances des consommateurs sont assez limitées.

A l'heure où l'étiquetage nutritionnel divise les opinions quant à la meilleure façon d'informer le consommateur, n'oublions pas que la culture nutritionnelle des Français reste à parfaire : nos concitoyens sont à peine plus de 50% à faire le lien entre graisses/lipides, sucres/glucides ou viandes-poissons-œufs/protéines, selon une étude de TNS Sofres.

nutriments

Constat partagé par Mohamed Merdji, directeur du Lesma (Laboratoire d’étude et de recherche en stratégie et marchés des produits agroalimentaires), qui, au travers de l'étude Allegnutri, révèle que les Français affichent un niveau de connaissance extrêmement faible en matière de nutrition. Et, puisqu'ils ne comprennent pas les étiquettes, les consommateurs s'orienteraient plutôt sur les mentions "terroir", "local" ou "naturel" et rejèteraient les ajouts nutritifs

Mais, s'ils méconnaissent les nutriments et leurs sources, quelques molécules (les protéines ou les acides gras insaturés) ont malgré tout bonne presse auprès de certaines cibles ...

Ces initiatives pourraient-elles emporter l'adhésion des consommateurs Français en les séduisant sur certaines promesses de santé à défaut d'améliorer leur niveau de connaissance nutritionnelle ?

 

Pour en savoir plus sur la nutrition santé : Portail Nutrition-Santé "Invest In Bretagne".

 

A lire également

Un café aux actifs minceur

Le 12/09/2017

Porté par les préoccupations santé, le marché des compléments alimentaires affiche une forme au top ! La phytothérapie prend,aujourd'hui, une place prépondérante, notamment sur le secteur de la minceur. Fitalety, une start-up bretonne profite de cet engouement pour lancer une capsule de café aux actifs minceur.

Lipides contre glucides : l'offre de produits dédiés au régime cétogène s'étoffe.

Le 04/09/2017

Depuis plusieurs années, le discours diététique sur les lipides a beaucoup évolué et la diabolisation des graisses n'est plus de mise. Les nouveaux ANC de 2010 ont d'ailleurs marqué un tournant. Et si le régime low carb – high fat type diète cétogène devenait le nouveau "régime Dukan" ou " Weight Watchers" en terme de succès commercial ?

Habitudes alimentaires des Français : les principaux enseignements de l’étude INCA3.

Le 22/08/2017

L’Anses a publié en juillet les résultats de sa troisième étude sur les consommations et habitudes alimentaires de la population française, INCA 3. Trop de sel, pas assez de fibres, sédentarité, comportements à risque : de nouveaux enjeux en matière de sécurité sanitaire et de nutrition sont mis en lumière...