Chasser les gaspillages en dessinant vos flux

Le 16 novembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Votre entreprise n’a de raison d’exister que pour apporter un produit/un service à un client. Pour le réaliser, de nombreux flux (biens, personnes, informations, argent) sont nécessaires. Mais tous ces flux, créent-ils vraiment de la valeur pour le client ? Ne seraient-ils pas plutôt une source de gaspillages ?   

  

Le flux de valeur

Un flux est un déplacement d’éléments (matières, informations, personnes, euros,…) d’un point départ vers son point d’arrivée.

Il devient un flux de valeur au travers des étapes où sont réalisées des activités de transformation et d’assemblage qui contribuent à la réalisation du produit/service vendu.

La notion de valeur ajoutée est directement liée au client, seul juge pour la percevoir ; elle correspond à ce que le client est prêt à payer. Elle se concrétise par toutes les opérations qui contribuent directement aux attentes du client. Elle représente une part moindre des activités totales du processus.

VA

Toutes les autres activités génèrent coût, temps, ressource, espace, sans pour autant augmenter la valeur du produit/service acheté.

Cette non-valeur ajoutée est appelée gaspillage. Elle est parfois visible (temps de nettoyage), parfois cachée (double saisie) ; elle est parfois nécessaire (changement d’outil) parfois inutile ou superflue (vérification).

Pour savoir si une opération apporte de la valeur ajoutée, il faut toujours se demander si le client perçoit cette valeur au niveau du produit/service acheté et bien valider que chaque opération de valeur n’est réalisée qu’une seule fois (double saisie, rebut). 

Toutes les autres opérations de non-valeur doivent être analysés en distinguant l'« utile » et l'« indispensable » pour garantir la création de valeur ajoutée (changement de moule, pause de l'opérateur).

Dans votre analyse, il ne faut pas omettre d’identifier l’origine de ces gaspillages (urgence, contrainte technique ou humaine, réglementation) pour en éliminer la cause ou mieux appréhender la solution d’amélioration afin de réduire au maximum ce gaspillage.

  

Pour identifier la non-valeur, il faut la rendre visible 

La cartographie des flux est un outil efficace pour matérialiser vos flux dans l'espace et dans le temps en mettant en valeur votre processus. La force de cet outil est de pouvoir améliorer globalement la performance d’un processus et non pas d’une solution ponctuelle et isolée sur une seule activité. 

La cartographie est applicable à tous les processus de l’entreprise (administratif, production, logistique) et à tous les types de flux (physique, information, personne, financier). 

Elle peut être simple (diagramme spaghetti) ou plus élaborée (VSM Value Stream Mapping), micro (une partie du processus) ou macro (ensemble de processus). 

Elle permet de représenter graphiquement : 

  • les opérations de transformation, d’assemblage : la valeur ajoutée
  • les autres opérations : nettoyage, contrôle, réglage
  • les déplacements : manutention, transfert, transport, diffusion, collecte 
  • les attentes (des flux immobilisés ; le temps s’écoule) : stock, pièces/documents en attente de traitement ….

La cartographie permet de visualiser tous ces éléments, de détecter les points de faiblesse de vos flux (croisement, diversité, variabilité, irrégularité) et se projeter vers un processus optimisé pour gagner en coût et en délai

 

Et au-delà du délai et du coût, vous contribuez aussi à…

Partager une même vision d’une situation donnée avec un langage commun est aussi l’occasion de prendre conscience des perceptions différentes qu’on peut avoir sur une même activité selon sa position dans l’entreprise (opérateur, dirigeant, commercial). C’est un moment privilégié pour dialoguer et comprendre les contraintes de chacun.

C’est également se projeter ensemble vers une situation optimisée, grâce à l’implication de tous dans la conception du travail ; chacun perçoit le bénéfice du travail réalisé et s’approprie le changement pour rendre la situation meilleure.

Il faut cependant être particulièrement vigilant dans l’amélioration du processus et bien valider que les solutions retenues préservent la santé et la sécurité du personnel (ergonomie, pénibilité, nuisances, stress..) et des clients (qualité produit/service, dangerosité, nocivité). Attention également à l’exposition à de nouveaux risques ou à leur déplacement sur un autre processus !

Améliorer ses flux, c’est gagner en confort de travail et en efficience. 

Chasser les gaspillages, c’est aussi améliorer son produit/service pour répondre au plus près des attentes clients et être plus compétitif et réactif.

Ce gain en temps et en coût pourra être investi pour créer encore plus de valeur pour vos clients en développant de nouvelles solutions (offre différenciée, prestations de service, solutions innovantes) et rester précurseur sur votre marché.

Regarder et analyser ses flux, c'est contribuer à votre performance !

Crédits

© Sens&co

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?