Navettes autonomes : expérimentations en milieux urbains des transports publics de demain

Le 27 octobre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

Le transport de passagers au sein de navettes sans chauffeur se développe à travers de nombreuses expérimentations. Des projets à l’échelle européenne ont pour objet d’évaluer les performances techniques et l’acceptation du public de ces systèmes autonomes.

Se déroulant sur des voies souvent privées, ces expérimentations permettent de tester des véhicules autonomes en simplifiant le cadre juridique et réglementaire autorisant la circulation de ce type de véhicule. Il s’agit pour plusieurs d’aéroports, de sites privés comme le CHU de Clermont Ferrand ou la centrale nucléaire de Civaux. 3 projets de financés par le programme Européen City Mobil 2 intègrent le test de véhicules de transport en commun autonomes en milieu urbain publique. Plusieurs acteurs se positionnent sur ce marché comme les français Navya, EasyMile, Robosoft…

Il s’agit pour le moment de démonstrateurs grandeur réelle visant à valider les concepts, leur acceptabilité. Les technologies sous-tendant ces véhicules évoluent rapidement ; les constructeurs automobiles en ont fait un axe de développement stratégique et annoncent pour avant la fin de la décennie le lancement commercial de véhicules dit autonomes. C’est en réalité plus la réglementation et les investissements d’infrastructures qui dicteront la vitesse d’intégration des différents niveaux d’autonomie. Les cas d’usages en sites propres privés sont moins soumis à ces contraintes réglementaires, et moins complexes en termes de situations à gérer.

Ce marché du véhicule autonome de transport de passagers pourrait par conséquent prendre une part significative dans les prochaines années. Sans remettre en cause les systèmes de transports en commun et les emplois liés, les derniers kilomètres, les parcours en zones urbaines denses, les parcours en zone privés paraissent un débouché intéressant pour ces technologies autonomes. A titre d’exemple, Proxiway, filiale de Transdev, adresse ce marché auprès de leur clients collectivités locales et aux entreprises soucieuses d’organiser la mobilité dans des zones contraintes. Proxiway exploite à La Rochelle les services de navette autonome.

Cet article liste quelques démonstrations de transports de passagers en navettes autonomes au sein de plusieurs sites en Europe permettant un aperçu des projets en cours et de la maturité du marché.

Trois démonstrateurs font l’objet d’un financement dans le cadre du projet européen de recherche, développement et de démonstration CityMobil2. Il s’agit d’expérimentations de navettes autonomes menées en Europe au sein d’environnements urbains à La Rochelle, Lausanne et Trikala décrit ci-après.

 

la rochelle

 

La Rochelle

Entre décembre 2014 et avril 2015, la Rochelle a accueilli une expérimentation de navettes autonomes prenant à son bord jusqu’à 8 places. Se déplaçant sans chauffeur (un opérateur reste présent dans l’habitacle en conformité avec les réglementations actuelles), ces véhicules sillonnent les rues de la ville à travers un parcours défini. 6 véhicules ont ainsi roulé et transporté plus de 14000 passagers.

La Communauté d'Agglomération et la Ville de La Rochelle, l'EIGSI et Proxiway ont pris part à cette démonstration de véhicules automatisés dans le cadre du projet européen CityMobil2, la première démonstration de cette ampleur en Europe.

 

 

Lausanne


Lausanne

Une démonstration d’une durée de 4 mois s’est ouverte au public dans la ville de Lausanne en avril 2015. Dans le cadre du projet européen de recherche et de développement CityMobil2, l’expérimentation a réuni des véhicules de l’entreprise française EasyMile avec l’intervention de BestMile dans le cadre de l’aide du logiciel de supervision et de contrôle. Ces navettes autonomes ont été déployées sur le campus de l’EFPL (Ecole polytechnique fédérale de Lausanne) et ont vu défiler, lors de cette phase de test, plus de 6000 passagers. L’EFPL avait débuté sa participation au projet de recherche CityMobil en 2008.

 

 

Trikala



Trikala, des navettes pour donner la priorité aux piétons

Ville grecque de taille moyenne, Trikala est le lieu d’expérimentations dans le cadre du projet citymobil2. Les points de congestion de la ville se situent autour de 3 ponts. L’objectif de la ville est de rendre la zone piétonne. Le service de transport automatisé a pour rôle de déplacer les personnes entre les parkings, la gare routière et le centre de la ville. 

 

 

Civaux

 


Centrale nucléaire de Civaux

Au sein de la centrale nucléaire Civaux, des navettes autonomes ont été testées du 22 juin au 3 juillet 2015 afin de proposer des trajets d’un bâtiment à l’autre aux salariés. Trois prototypes de la société lyonnaise Navya ont ainsi pu transporter les passagers avec pour objectif de tester l’efficacité du dispositif et la possibilité de déployer 5 à 6 navettes en 2016. Le projet est le fruit d’un partenariat entre EDF et Navya.

 

 

Clermont Ferrand

 

CHU Estaing de Clermont-Ferrand

À destination du grand public, le CHU de Clermont-Ferrand dispose d’un véhicule électrique se déplaçant sans chauffeur. Défini comme un ascenseur autonome, le VIPA (Véhicule Individuel Public Autonome) peut transporter jusqu’à 6 personnes et est conçu pour réaliser des trajets courts. L’expérimentation au CHU permet d’aider les personnes ayant des difficultés à se déplacer pour réaliser un trajet d’une distance de 250 mètres au sein de l’hôpital. En extérieur, le VIPA a pour objectif de simplifier le parcours du parking visiteurs à l’entrée du CHU.
VIPA est le véhicule autonome conçu par LIGIER. Le projet de Clermont a reçu la collaboration de Michelin qui envisage d’effectuer une expérimentation sur son site de R&D à Clermont.

 

 

 

 

Bruxelles

    

    


Des bus autonomes pour Brussels Airport en 2018

L’aéroport de Bruxelles a démarré un projet visant à introduire à l’horizon 2018 un service de bus sans chauffeur afin de relier les différentes zones de l’aéroport. Les navettes utilisées ont pour objectif de transporter 250 passagers avec une vitesse de 15 à 20 km/h. Le parcours prévu couvrirait 5 kilomètres entre le parking pour le personnel, les parkings des zones cargo et les entreprises de la zone aéroportuaire. Le projet est porté par la société de transport en commun flammande De Lijn et Brussel Airports. Les coûts seraient ainsi divisés entre les deux entités avec un montant initial de préparation du projet évalué à 360 000 euros. Le tracé prévu pour le bus n’étant pas une voie publique, aucune adaptation du code de la route n’est nécessaire en Belgique pour pouvoir tester ces navettes sans chauffeur.
Un appel d’offre va être lancé fin 2015 pour un service de navette autonome.

 

 Heathrow


Un transport rapide autonome à l’aéroport d’Heathrow

Depuis 2011, l’aéroport d’Heathrow a mis en place des véhicules reliant un terminal à des parkings d’affaires. Environ 800 passagers sont transportés chaque semaine. Le système de navettes utilisé repose sur des podcars autonomes électriques pouvant transporter jusqu’à 4 passagers et pouvant atteindre une vitesse de 40 km/h. 22 podcars sont disponible à la demande sur un parcours de 4 km. Il est venu en remplacement d’un service de bus diesel faisant la même rotation. Ce Personal Rapid Transit (PRT) a été commandé par l’opérateur de l’aéroport d’Heathrow (BAA).

A lire également

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?

Nouveau cycle 2016-2023 de la production Européenne

Le 09/11/2016

Denis SCHEMOUL d’IHS Markit donne sa vision du marché européen 2016 et ses prévisions : Le 2ème semestre 2016 marque la fin d’un cycle de croissance de la production en Europe et un nouveau cycle 2017-2023 marqué par une stabilisation.Synthèse en quelques points des prévisions explicitées par Denis SCHEMOUL.