Etude CREDOC : "Restauration collective au travail - Le bon équilibre alimentaire face à la concurrence commerciale"

Le 13 octobre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Publiée en Août 2015, une note de synthèse Consommation et modes de vie du CREDOC analyse la restauration collective au travail. Concurrencée par d'autres modes de restauration, la fréquentation de la restauration collective au travail connait aujourd’hui des difficultés avec une part de marché avoisinant seulement 20% des déjeuners des actifs.

 

La fréquentation de la restauration collective

 

A peine 1 actif sur 5 déjeune à la cantine. Ils ne sont plus que 20% en 2013 à s'y rendre au moins une fois par mois contre 26% en 2010. Les actifs d'aujourd'hui se tournent vers d'autres solutions pour se restaurer :

 

 

  • les actifs sont effectivement 40% à déjeuner sur leur lieu de travail alors qu'ils étaient 34% en 2007,
  • ils sont 29% à déjeuner au moins une fois par semaine en restauration rapide en 2013 contre 18% en 2007, avec des circuits qui se diversifient tels les boulangeries, traiteurs, sandwicheries qui proposent une offre de restauration rapide et variée à prix attractifs.

 

Le profil des actifs

Les catégories de cadre, professions libérales, chefs d'entreprises et professions intermédiaires sont les catégories qui fréquentent le plus les restaurants d'entreprises. Les foyers dont le niveau de vie est supérieur à 30490€ par an sont plus nombreux dans ces lieux. La région et le lieu d'habitation influencent également le taux de fréquentation des cantines puisque 34% des déjeuners en restaurants d'entreprise se font en région parisienne contre 16% en région Nord par exemple.

 

Les motivations

  • la variété et la diversification des repas selon les jours de la semaine
  • l'équilibre alimentaire avec des repas complets entrée-plat-dessert proposant des fruits et légumes, poissons ...
  • la convivialité et le partage
  • la régularité des prises alimentaires dans la journée, respectant ainsi le modèle alimentaire français
  • la rapidité, praticité et proximité
  • le rapport qualité / prix

 

Les freins

  • le cadre et l'ambiance des lieux pas toujours agréables et souvent bruyants
  • la non coupure avec son environnement de travail
  • le temps d'attente aux heures de pointes
  • la monotonie des menus qui reviennent toutes les semaines

Afin d'améliorer la fréquentation de ces établissements, la restauration collective doit s'adapter à la concurrence et proposer d'autres formes de prises alimentaires au déjeuner. Elle doit également pouvoir proposer une offre plus large et diversifiée avec des plats exotiques ou des plats typiques par exemple. L'organisation en interne doit être également plus fluide avec par exemple une organisation en îlots afin de freiner les temps d'attente.

 

Vous pouvez consulter la synthèse de cette étude en cliquant ICI

 

Pour aller plus loin et visualiser l'intégralité de l'étude, cliquez ICI

A lire également

Des huîtres "originales"...

Le 09/06/2017

Suite à un concours " l'huître sort de sa coquille", une idée émerge chez Johan Leclerre, MOF cuisinier 2007 et chef du restaurant La Suite à la Rochelle : vendre à ses pairs des huitres décoquillées. Distribuées chez Métro, ou par Chronopost via une commande sur le site, les huitres.0, séduisent les restaurateurs. A quand le B to C?

L'houmous, nouvelle tendance culinaire parisienne

Le 09/06/2017

Face à l’évolution des modes de vie et des comportements alimentaires des Français, les bars à thèmes ne cessent d’innover afin de séduire une clientèle plutôt branchée. En Avril, 2 délis israéliens ont ouvert leurs portes à 10 jours d’ intervalle seulement, Yafo et Soum Soum

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.