L'usine du futur propulse la supply chain au premier plan

Le 18 septembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Dans la smart factory, l’usine 4.0 ou l’usine du futur, les opérateurs, les machines, les produits, les chaînes et les sites de production communiquent et interagissent entre eux. Et le chef d’orchestre de tous ces échanges n’est autre que la supply chain.

Les critères de l’usine 4.0

  • Des produits intelligents, qui communiquent entre eux, avec les opérateurs et les machines (Internet des objets) et qui sont bien conçus, dès le début (maquettes numériques 3D).
  • Des machines en réseau : les systèmes de fabrication sont autonomes (ex : M2M). Les écarts et les défaillances sont détectés immédiatement et les données collectées et traitées en temps réel.
  • Des opérateurs « augmentés » (ex : interventions de maintenance avec des lunettes connectées).
  • Des unités de production virtuelles (« usine numérique ») permettant de concevoir des ateliers optimisés (ergonomie, pénibilité, sécurité, usure des machines, consommation d’énergie, flexibilité de l’outil, etc.) puis de les gérer intelligemment et en temps réel.
  • Des places de marché interconnectées (ex : mutualisation des stocks).
  • Des systèmes d’information interfacés aux processus physiques (ex : pilotage automatique)

Illustration de l'intégration des nouvelles technologies dans l'usine: Visite virtuelle d'une usine du futur

 

Supply chain et usine du futur : des objectifs partagés

La satisfaction du client et l’efficience conditionnent aussi bien les processus de la supply chain que ceux de l’usine du futur. Pour répondre à des demandes de plus en plus personnalisées (ex : voitures ou chaussures « customisées » par le client lui-même), la production s’assouplit : flexibilisation des outils, différenciation retardée… mais pas à n’importe quel prix ! La production à grande échelle a permis bon nombre d’optimisations qui ont assis la compétitivité de l’industrie sur le territoire.

Pour instaurer le bon équilibre entre satisfaction client et efficience, la supply chain et l’usine du futur privilégient la communication et l’interaction en temps réel. L’enjeu est prévoir l'équilibre charge / capacités, de détecter au plus vite les écarts de production, les dysfonctionnements et d’anticiper les correctifs afin de  :

  • gagner du temps (temps de cycle, time to market)
  • améliorer la qualité produit
  • améliorer les conditions de travail
  • réduire les gaspillages (déchets, énergie, usure)

La supply chain pour coordonner la réponse au client

Le mariage de la supply chain et de l’usine du futur va plus loin qu’un travail main dans la main. Toute en réseaux, l’usine du futur place la supply chain au cœur de son fonctionnement pour que la réponse apportée au client soit coordonnée tout au long de la fabrication et de la distribution.

Au niveau de la fabrication, l’activité est déterminée à l’aide de prévisions (les principes du S&OP ou du DDMRP), en intégrant une maintenance préventive. Des progiciels de pilotage de la production (Manufacturing Execution System) prennent ensuite le relais pour suivre au plus près du terrain et surtout en temps réel la performance de l’atelier de bout en bout (approvisionnement, ordonnancement, cheminement des produits, gestion des ressources humaines et matérielles, stockage de produits finis, etc.). L’usine est alors sous contrôle, les décisions peuvent être prises rapidement et le client peut être informé… et rassuré ! Une plus grande intégration à la production des clients mais aussi des fournisseurs, en partageant davantage l’information, accroit bien sûr cette réactivité. Plus largement, les gains de productivité des prochaines années sont d’ailleurs à chercher dans le modèle en réseau des usines.

Jusqu’à la distribution, une bonne communication entre production et logistique permet des optimisations en temps réel (ex : projet smaRTI Smart reusable transport items) qui réduisent les temps d’attente… et donc les coûts associés !

 

Pour satisfaire le client dont les demandes sont de plus en plus personnalisées, l'usine du futur mobilise les nouvelles technologies à tous les niveaux, de la conception à la distribution en passant par la production. La coordination entre ces niveaux est assurée par les processus supply chain, ce qui donne indiscutablement à cette fonction un rôle primordial dans l'industrie de demain.

Auteur(s)

Elodie Le Provost, CCI Rennes

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?