La logistique au cœur de la compétitivité française

Le 10 septembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La logistique représente près de 2 millions de salariés et contribue à elle seule à 10 % du PIB de la France. Ressource clé et fonction stratégique pour les entreprises, on estime qu’en moyenne la logistique représente 12% de leur chiffre d’affaires.   

 

Une logistique française performante ?

Elle ne se situe qu’au 13ème rang mondial loin derrière nos voisins l’Allemagne, les Pays-Bas, la Belgique et le Royaume-Uni, qui occupent les quatre premiers rangs (source : Classement LPI Banque Mondiale, 2014). Des progrès restent donc à accomplir.

Le gouvernement a décidé de prendre les choses en main en concertant les acteurs de la logistique pour nouer le lien et bâtir une politique commune et partagée pour que la logistique française de demain devienne un levier de compétitivité pour les entreprises françaises.

Six mois de travaux ont été nécessaires pour : 

  • rassembler les acteurs de l’économie et des territoires 
  • effectuer un diagnostic de l’offre logistique française
  • déterminer les besoins pour les années à venir
  • évaluer l’opportunité de mettre en œuvre un schéma directeur national de la logistique 
  • identifier les priorités d’investissement et de service 
  • inviter les régions et les métropoles à mettre en œuvre sur leur territoire des plans d’action, afin d’articuler les stratégies nationales et locales

Il résulte de cette étude une feuille de route pour que la France gagne en maturité logistique et exploite les potentiels de croissance offerte par la transition numérique et digitale afin de lui donner les moyens d’être compétitive et gagner des marchés à l’international.

 

Une première conférence nationale logistique comme point de départ

Le 8 juillet dernier, s’est déroulée la première conférence nationale logistique, initiée par le Gouvernement, qui a réuni plus de 300 acteurs de l’ensemble du secteur de la logistique et de la supply chain.

Cette conférence a ponctué un point d’étape essentiel vers une démarche pérenne de dialogue et de coopération entre l’Etat, les collectivités territoriales et les entreprises du secteur.

Pour Alain Vidalies, Secrétaire d’État chargé des Transports, « cette Conférence n’est pas un aboutissement mais le point de départ d’une démarche, partagée par tous, pour bâtir une vision commune de ce que nous voulons pour la logistique en France : une logistique plus compétitive, une logistique plus durable et une logistique adaptée au futur ».

Cette volonté se traduira d’ici la fin de l’année vers la publication d’un plan stratégique de la logistique pour la France.

 

Une France logistique à horizon 2025

Ce  plan baptisé « France Logistique 2025 », s’articule autour de quatre grandes orientations :

  • optimiser les flux logistiques et les infrastructures de transport. Alain Vidalies a annoncé le lancement d’un nouvel appel à projets « Logistique et Intermodalité », visant à financer des projets de recherche et développement dans le cadre du Programme d’Investissement d’Avenir 

  • renforcer l’attractivité des métiers et développer la formation. La Stratégie nationale travaillera à mieux définir les métiers et les compétences, et à renforcer la formation professionnelle, pour s’adapter à la transition numérique et à l’automatisation de certaines fonctions 
  • harmoniser et simplifier la règlementation. Dans le cadre du chantier de simplification mené par le Gouvernement, un programme de simplification sera dédié aux enjeux de la logistique 
  • préparer la logistique de demain, aux nouveaux modèles économiques, à la transition numérique et à la transition énergétique. Un dialogue permanent avec la profession permettra la mise en place d’un référentiel simplifié de Responsabilité Sociale et Environnementale commun pour l’ensemble des acteurs afin de s’adapter aux nouveaux enjeux

 

Pour une supply chain compétitive, digitale et durable

Se concerter, s’unir pour gagner en compétitivité et en agilité est une évidence. Cette nouvelle politique nationale va donner un nouvel élan à la supply chain, c’est une reconnaissance de la profession et aussi la mise en évidence de son impact sur la performance de l’entreprise tant sur un point de vue financier que de la  garantie d’une satisfaction client.

C’est également une opportunité de concertation entre acteurs économiques et territoires afin de créer un écosystème efficient. Des initiatives sont déjà lancées notamment dans la logistique urbaine, comme la charte d’engagement et  l’appel à projet d’expérimentation pour une logistique urbaine durable à la Ville de Paris, qui permet de décongestionner les centre villes, de favoriser une ville plus respectueuse de l’environnement  mais également de redynamiser les cœurs de ville, d’ouvrir de nouvelles offres de service pour les citoyens et aussi de faciliter la livraison des transporteurs (création d’espaces logistiques urbains, révision de la réglementation et des conditions d’arrêts et de stationnement, livraison de nuit,…).

Cette nouvelle politique ouvrira également le champ du digital en facilitant le lien entre les acteurs économiques. Ce sera l’opportunité d’intégrer des nouveaux outils digitaux dans la supply chain pour gagner en performance comme l’analyse du big data pour incrémenter des données prédictives à l’élaboration des prévisions, ou encore l’usage du multicanal pour faciliter les achats des consommateurs, et aussi l’intégration d’une usine 4.0 avec l’internet des objets qui garantit une plus grande adaptabilité de la production et une allocation plus efficace des ressources, ou encore développer de nouveaux modes de livraison donnant la possibilité au client d’être livré au plus près de son besoin (domicile, travail, consigne, relais colis, coffre voiture, boîte aux lettres connectée…) à l’heure qui lui convient le mieux pour un service « door to door ».

La logistique est un levier de compétitivité incontestable ; l’intégrer dans une politique nationale en prenant en compte les enjeux du digital et du durable, c’est aller au-delà de la réduction des coûts pour une logistique différenciante, innovante et compétitive !  

A lire également

Logistique, transport, supply chain : la blockchain va changer votre métier !

Le 28/11/2016

La 1ère Conférence Nationale Blockchain et Supply Chain a eu lieu le 23 novembre : point de vue sur la manière dont cette nouvelle technologie va bouleverser en profondeur la performance et les métiers de la logistique, du transport et de la supply chain.

Laurent Vigouroux

DDMRP : quand la supply chain crée de la valeur pour l’entreprise

Le 15/04/2016

Pour tout savoir sur le Demand Driven Material Requirements Planning, BSC a interviewé Laurent Vigouroux, consultant indépendant et expert en DDMRP.

Le transport de marchandises « s’uberise », le marché se déstabilise

Le 18/02/2016

Quand le collaboratif devient marchand, c’est l’uberisation. Et cette vague de transformation numérique (BlablaCar, Air B&B, etc.) atteint aussi le secteur du transport de marchandises : comment ? Pourquoi ? Que faire ?