Les explorateurs d'avenir, Gabriel Plassat : L’innovation par le numérique dans le domaine de la mobilité

Le 01 septembre 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Synthèse du propos de Gabriel Plassat, Ingénieur Énergies et Prospectives, Transport et Mobilités à l’ADEME, durant la journée Auto-mobilité et intelligence territoriale.

Les nouvelles formes d’innovation dans la mobilité

Gabriel Plassat rappelle que notre modèle de pensée nous cantonne trop souvent à considérer l’innovation uniquement de manière technologique alors que le numérique introduit un champ des possibles bien plus large, notamment en matière de mobilité. Pour comprendre l’étendue de ce concept, il nous renvoie au rapport « Innovation Nouvelle Génération » élaboré par Bpifrance en collaboration avec la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING). Ce dernier dresse un nouveau référentiel de l’innovation.

Le numérique donne accès à l’information et aux outils de base au plus grand nombre, à un coût dérisoire, permettant à chacun, ayant les compétences, de devenir entrepreneur. C’est ainsi que le phénomène des start-up, en plein boom actuellement, peut se développer. Parmi la multitude d’initiatives, très peu arrivent à trouver des modèles d’affaire viables mais celles qui y parviennent peuvent atteindre des croissances très importantes et avoir un réel impact sociétal. Comme G. Plassat la définit, la start-up « est une organisation temporaire qui s’attaque à un micro-problème » et elle « est organisée structurellement pour changer ».

Il revient sur l’exemple de Waze, une application de GPS collaboratif lancée par une start-up israélienne pour illustrer cette nouvelle façon d’innover. Au départ, Waze est un système pair à pair, l’utilisateur reçoit la position des autres usagers et des informations sur le trafic en échange de sa propre géolocalisation. Puis Google y voyant un grand intérêt pour enrichir son outil Maps, la rachète pour un montant d’ 1,15 milliard de dollars à l’été 2013. On passe donc dans un système privé à pair, Google se plaçant au milieu des échanges, qui atteint les 70 millions d’utilisateurs un an après le rachat. Récemment, Waze est allé voir la ville de Rio pour lui proposer de lui donner toutes les informations collectées sur son territoire en échange de ce qu’elle connaît des travaux ou des capteurs qu’elle a elle-même installés ; le système devient aussi publique à pair. Voilà la richesse des innovations numériques. Il conclut par un scénario probable de l’extension de ce type de collaboration à d’autres villes qui à terme installerait Waze dans une situation de monopole pour l’information sur le trafic. Cette hypothèse s’est vérifiée pour le covoiturage en France où Blablacar est devenu l’acteur incontournable.

François BELLANGER, directeur de TransCity reprend également cette idée dans son intervention en répondant à la question : « Qui innove dans l’industrie automobile ? ». Il nous rappelle que ce sont des acteurs qui n’existaient pas il y a 4 à 5 ans ; c’est Google qui réinvente la voiture autonome, c’est Tesla qui invente la voiture électrique rapide et très autonome, c’est Local Motors avec une voiture en impression 3D, c’est Uber qui rentre en concurrence avec les taxis dans le monde entier.

La Fabrique des Mobilités : un nouvel écosystème propice à l’innovation

Fabrique mobilités  La Fabrique des Mobilités est née de ce constat d’incapacité pour les acteurs historiques à être moteur de l’innovation. L’idée est d’offrir les conditions favorables à l’innovation. Concrètement, c’est une plateforme d’outils, de ressources qui va être mise à disposition des start-up, c’est également un réseau d’acteurs, des territoires d’expérimentation pour leur permettre d’atteindre une masse critique. Le dispositif repose sur le concept de communs, sous-entendu de « biens » communs. Ces derniers ne sont pas des biens publics, ni des biens en libre accès, il s’agit ici de connaissances gérées par la communauté de la Fabrique qui les utilisent selon des règles préétablies, dans une perspective d'usage et non d'appropriation, assorti d'une obligation de restitution. Ainsi, l’écosystème de la Fabrique s’enrichit continuellement.

Le lancement officiel de La Fabrique des Mobilités est prévu en octobre 2015 lors du Congrès Mondial ITS à Bordeaux. 

A lire également

télétravail règlementation avocat

Les fondements et conséquences juridiques du télétravail

Le 25/01/2016

Retranscription des propos d'Isabelle Garin-Vigier, avocate chez MB&A, lors de la conférence "Travail en (im)mobilité" organisée dans le cadre du projet BMA. Elle y aborde les droits et obligations de l'employeur et du télétravailleur.

plassat multitude BMA numérique

Le numérique au coeur de la transformation de la chaîne de mobilité

Le 22/04/2014

Gabriel Plassat, ingénieur Energies et Prospectives au service Transports et Mobilités de l’ADEME, ouvre la journée du 23 janvier sur le véhicule serviciel en résumant les enjeux de l’irruption du numérique dans les pratiques de mobilité.

La mobilité : une valeur partagée ?

Le 18/02/2014

Professeur à Harvard, Michael Porter a dans ses derniers travaux mis en avant le concept de valeur partagée, désignant par là une nouvelle façon d'envisager la valeur économique. A la lumière de cette réflexion, ne peut-on pas dire que la mobilité serait un levier pour la création de valeur partagée ?