Les usages de mobilité quotidienne, relais de croissance du vélo

Le 02 juillet 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Popularisé par le libre service (VLS), stimulé par les collectivités grâce notamment au développement d'infrastructures, l'usage en mobilité quotidienne du vélo se développe depuis quelques années. Le vélo à assistance électrique et les formules de location longue durée prennent le relais du VLS.

Vélo « mobilité » : des volumes encore faibles en proportion mais en croissance

Les usages loisirs du cycle sont aujourd’hui arrivés à maturité en France tant du point de vue technologique que des ventes. Ils sont néanmoins encore largement majoritaires avec près de 90 % des ventes dans un classement par type de vélo. Les vélos « mobilité » qui regroupent les vélos de ville, les vélos à assistance électrique (VAE) et les vélos pliants représentent 10 % du marché mais connaissent des taux de croissance importants sur ces dernières années : il s’est vendu en France 77 500 VAE en 2014, en croissance de 37,5 % par rapport en 2013. Les vélos de ville et les vélos pliants sont également sur des trajectoires de croissance.

Dans un classement par type d’utilisation, le CNPC estime que la part de vélos achetés pour la mobilité représente 26 % en 2012 (18 % en 2000).  

Evolution usages du Vélo CNPC

La part modale du vélo est estimée à 3 % en France, alors qu’elle est de plus de 20 % au Danemark, et comprise entre 7 et 15 % dans les pays du Nord (Sources DGSIS). Le potentiel de développement est ainsi très important ; le plan national vélo vise 10 % de part modale en 2020 avec un axe fort « au travail à vélo » !

 

Le vélo « moyen de transporteur » stimulé par le libre-service

Longtemps cantonné au loisir, le vélo en libre-service (VLS) a popularisé et développé le vélo pour des usages de mobilité au quotidien. Toutes les grandes villes de France proposent désormais ce service dans le cadre de délégations de service public. Ces services ont l’avantage de la flexibilité d’usage, de réseaux denses et des possibilités de « one way ». Ils complètent dans les métropoles l’offre de mobilité et contribuent ainsi à réduire la part modale automobile. Ils sont néanmoins chers pour les collectivités, entre 2000 et 4000 € par an et par vélo (source Le Monde), pour un coût unitaire du vélo de l’ordre de 750 €. Selon la même source, la moitié du coût est liée à la logistique des vélos permettant le « one way » et un tiers au vandalisme.

Carte VLS en France

Ce mode de mobilité est ainsi largement subventionné comme l’est le transport en commun ; le reste à charge pour l’usager est évalué entre 5 et 10 %, nettement en dessous  du bus ou du métro situé entre 20 et 30 %. Tout en tentant de réduire la facture, les municipalités maintiennent néanmoins ces services qu’il est aujourd’hui difficile de remettre en cause au vu de leur succès. Mais il est admis que ce marché soit aujourd’hui arrivé à maturité compte tenu de ces raisons.

 

Vers des modèles de location longue durée

Des formules de location longue durée se sont développés ces dernières années, par exemple à Strasbourg (Vélhop, 3300 vélos) ou Grenoble (Métrovélo, 4640 vélos, la plus grosse flotte). Avec ce service public de location de vélo, les locataires sont responsables du vélo, ce qui réduit le vandalisme et il n’y a pas de besoin de logistique de vélos. Le coût pour la collectivité est ainsi réduit par rapport au VLS, de l’ordre de 400 € par vélo et par an estimé pour Vélhop à Strasbourg. Ces modalités de location sont aussi initiées par des collectivités de taille plus réduite pour lesquelles la formule VLS n’est pas adaptée.

C’est ainsi le cas de la Communauté de communes du Val d’Ille en Bretagne qui intègre une offre de location de vélos à assistance électrique dans un plan global de développement de l’usage du vélo sur son territoire péri-urbain. La collectivité n’a pas la vocation à fournir à chaque citoyen un vélo mais, par ces initiatives, à soutenir le développement du vélo en donnant la possibilité d’essayer.

Au global, il existe en France une cinquantaine de services de location longue durée (32 000 vélos) portés par des collectivités (chiffres DGSIS) en forte progression depuis 2009, des chiffres à mettre en perspective des 32 services de libre-service en France (46 000 vélos).

 

Les atouts du Vélo à Assistance Electrique pour la mobilité quotidienne

Le Vélo à Assistance Electrique (VAE) est particulièrement adapté aux usages quotidiens domicile-travail. L’assistance électrique permet en effet un autre usage du vélo, en permettant de se déplacer sur des distances plus longues sans fatigue et sans transpiration ni de besoin d’une douche avant de retrouver son lieu de travail. Grâce à l’assistance électrique, un des freins est donc levé pour accroitre la part modale du vélo pour ces trajets quotidiens.

L’intérêt de la location longue durée est dans ce cadre de permettre la location de vélos à plus forte valeur unitaire comme le VAE. Les problématiques de vandalisme du VLS et des coûts d’entretien générés apparaissent comme un frein au développement en libre-service du VAE. La valeur unitaire du VAE est au minimum le double d’un vélo classique.

Quelques initiatives existent néanmoins comme à Nice mais ne concernent encore que quelques vélos. Vinci Park en partenariat avec Green On a également annoncé le projet de développer à Paris et dans les grandes villes une offre de location de VAE au sein des parkings du groupe. L’objectif est de proposer une offre de mobilité douce à partir des parkings en complément de la voiture. On peut néanmoins penser que les formules de location longue durée seront plus adaptées au VAE, portées par des offres de collectivités ou dans le cadre de PDE avec le soutien des entreprises.

Assistance électrique du vélo et formule de location apparaissent comme une combinaison séduisante pour le développement de l’usage du vélo mobilité. La loi de transition énergétique actuellement en discussion devrait logiquement étendre le principe de l’indemnité kilométrique au vélo et ainsi soutenir cette solution.

A lire également

A l’aube d’une révolution des industries de la mobilité ?

Le 30/06/2017

Depuis 2008, l’industrie automobile dans son ensemble a été traversée par une tectonique qui a redessinée la carte des acteurs.Themavision Véhicules & Mobilités est né du constat de ces premiers mouvements au sein de l’industrie automobile et d’une anticipation volontariste des recompositions à venir …

La place de la voiture demain : l'équilibre difficile du secteur automobile

Le 09/06/2017

Comment concilier des objectifs économiques et des objectifs écologiques sans faire de compromis ? L'institut Montaigne a publié ce mois-ci un rapport intitulé "Quelle place pour la voiture demain ?" et fait 10 propositions pour répondre à ces questions. Voici notre synthèse de la synthèse :-)

Dossier InOut 2018 - le meilleur des mobilités numériques

Le 02/06/2017

Rennes Métropole organise en 2018 un événement économique international qui rassemblera les professionnels du numérique et de la mobilité, et les usagers. Tous vivront l’expérience inédite d’inventer et de tester les mobilités de demain. Nous avons décidé de vous partager dans ce dossier permanent les éléments marquant de InOut 2018.