Transmission culinaire : aujourd’hui féminine, demain numérique ?

Le 26 juin 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Publiée début 2015, une étude menée par l’IFOP/Lesieur pour l’Observatoire des Cuisines Populaires, décrit les usages de la pratique culinaire des Français et la manière dont les savoirs faire sont transmis entre générations. Principaux enseignements.


Pratiques culinaires actuelles

  • La cuisine quotidienne reste encore une affaire féminine.
  • Les jeunes (18-24 ans) cuisinent plus ponctuellement que leurs aînés.
  • 87% des Français aiment faire la cuisine mais ce goût décroît avec l’âge.
  • Les jeunes et les hommes vivent la cuisine comme des moments de détente, de partage et de convivialité quand les femmes y voient une nécessité et les seniors une corvée.
  • Les Français se disent expérimentés en cuisine, tout en reconnaissant apprendre sans cesse.

Transmission culinaire

  • La transmission culinaire s’opère, à l’origine, principalement via la mère, puis se poursuit en autoformation.
  • Le livre de cuisine reste le vecteur d’apprentissage le plus important plus les plus âgés, mais le media Internet a pris sa place sur toutes les générations.
  • On apprend la cuisine prioritairement pour se faire plaisir. Mais la variété de l’alimentation et l’équilibre nutritionnel sont aussi des raisons majeures d’apprendre à cuisiner, sauf pour la génération des moins de 25 ans, peu concernée.
  • La transmission culinaire s’opère principalement en « faisant avec ».
  • Les mères transmettent principalement la cuisine au quotidien, les pères, le plaisir de bien manger et les conjoints et amis, des recettes festives, la présentation et le métissage culinaire.
  • Ce sont les plats traditionnels qui représentent le mieux l’apprentissage (bœuf bourguignon, blanquette de veau, pot au feu…), mais un glissement s’opère vers le métissage culinaire.
  • Le lien de transmission reste très fort entre la mère et la fille mais glisse progressivement aussi vers le fils.
  • La transmission culinaire est une valeur forte que les Français souhaitent maintenir.

 

Pour en savoir plus, télécharger l’étude Les Français et la transmission culinaire

A lire également

La restauration, initiatrice des tendances en GMS. Quid de l'offre végétale ?

Le 14/02/2018

La restauration impulserait-elle les tendances à venir ? Et bien oui !
L'offre en GMS se flexitarise de plus en plus, à en voir toutes les innovations végétales.
Tendance loin d’être nouvelle, puisque nos grands chefs l'avaient prédite depuis longtemps...

Les nouveaux outils promotionnels : au lieu d'offrir du prix, offrons des solutions…

Le 08/02/2018

Les enseignes utilisent souvent le levier de la promotion ponctuelle pour se démarquer de leurs concurrents, avec des remises faisant parfois grand bruit… En anticipation du projet de loi limitant les promotions sur les produits alimentaires, certaines marques avaient déjà imaginé de nouvelles façons de présenter les promotions.

Viande : retour en force des bas-morceaux ?

Le 06/02/2018

Au premier abord péjoratif, le terme bas-morceau désigne des morceaux de deuxième et de troisième catégorie (à braiser et à bouillir), qui ne sont pas considérés comme des morceaux "nobles" de la viande. Et pourtant, ils collent parfaitement aux tendances : anti-gaspillage, tradition culinaire, saveurs d'antan...