Congrès du snacking 2015 : saisir les opportunités du snacking

Le 23 juin 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La 6ème édition du Congrès du Snacking a eu lieu à Paris le 4 juin dernier. Un rendez-vous incontournable pour toute la filière de la restauration rapide et de l’alimentation nomade. Une journée riche d'enseignements avec une nouveauté : le pôle Experts qui a dévoilé les données chiffrées et la vision prospective de ce marché.

 

Etat des lieux et perspectives de la restauration rapide

Parmi les experts, Maria BERTOCH, Industrie Manager, de la société NPD Group nous a transmis un état des lieux de la restauration rapide selon les résultats du panel CREST (panel consommateurs online). Les chiffres clés (CAM à fin mars 2015) nous montrent que la restauration rapide en France rencontre des difficultés :

 

 

  • Le nombre de visites en restauration rapide en 2015 est de 3.3 milliards, en récession de -1.8% par rapport l'année dernière,
  • Les dépenses totales représentent 16.2 milliards d'euros, en baisse de -0.6% vs N-1,
  • Le ticket moyen est de 4.80€ en hausse de +1.2%.

 

Malgré un contexte difficile, certains segments sont plus attractifs que d'autres et connaissent une véritable "success story". NPD Group signale la progression du segment Fast casual surtout auprès de la génération des millenials, les 18-34 ans en quête permanente de gain de temps, de goût et de consommation responsable. La cible des Seniors (+ de 50 ans) suscite de l'intérêt et dispose d'un potentiel prometteur. Entre 2008 et 2015, le nombre de visites par an et par senior en restauration rapide a augmenté de + de 50%. Par ailleurs, cette cible représente un tiers de la population française et réalise 1 visite sur 5 en RHD.

 

Focus Boulangerie / Pâtisserie : un nouveau circuit de distribution en restauration rapide

Nicolas NOUCHI, directeur général de CHD Expert a quant à lui présenté un des nouveaux circuits de distribution de l'alimentation rapide, celui de la boulangerie/pâtisserie. Ce "circuit phare de demain" a largement évolué depuis les années 2000 avec aujourd'hui des concepts nettement plus aboutis avec de nouveaux espaces de vente aux parcours clients différents et une gamme de produits plus large. A la recherche de nouveaux relais de croissance autres que la vente du pain, les boulangers ont largement développé leur offre à emporter. Ce relais repose plus particulièrement sur les sandwiches et l'offre traiteur avec des produits sains et de qualité, un large choix, une offre diversifiée et une mise en scène attractive et organisée.

Poids des ventes dans CA boulangerie

 

Les attentes des snackeurs

Magali CAUFMAN, consultant senior de Food Service Vision a ensuite exposé les attentes des snackeurs avec son étude "Paroles de Snackeurs 2014".  Trois souhaits  principaux émergent :

  • De nouvelles attentes vis-à-vis de l'offre. Volonté d'avoir davantage de formules en dehors de celle du midi (petit déjeuner, goûter, brunch ...), des propositions "à partager", une carte changeante tous les jours avec une offre du jour et une véritable transparence quant aux ingrédients utilisés avec notamment le nom des fournisseurs.
  • Des attentes sur des petits prix et un repas avec plat et boissons pour moins de 5 euros
  • Des attentes en termes de nouveautés de services, notamment avec la possibilité de réaliser des pré-commandes sur internet et de retirer la commande sur le lieu de vente, le paiement en ligne ou sur mobile, ou encore la proposition de plats à emporter via des vélos ou camions pour plus de proximité et de praticité.

Selon Magali CAUFMAN, les attentes des snackeurs sont de plus en plus pointues mais les acteurs sur ce marché ont encore de belles cartes à jouer en termes d'offre notamment sur celle du jour et la provenance des ingrédients ainsi que sur les services.

En avant-première pour le Congrès du snacking, Food Service Vision nous a dévoilé les résultats de son étude "Paroles de Snackeurs 2015 - focus Boissons" réalisée en mai dernier. Pour accompagner leur repas snacking sur place ou à emporter, 94% des consommateurs achètent des boissons rafraîchissantes non alcoolisées, 58% des boissons chaudes et 51% de la bière. Parmi les boissons fraîches les plus consommées lors du repas snacking, les eaux plates et gazeuses remportent la palme avec 24% d'achat à chaque repas sur le pouce, puis viennent les soft-drinks (16% de prise à chaque fois). Lors de l'achat d'un sandwich, le consommateur français préfère acheter une eau plate (25% de préférence) alors que lorsqu'il consomme un hamburger il privilégie le cola (28% de préférence).

Attentes des consommateurs à propos des nouveautés :

  • 70% souhaitent des jus de fruits frais,
  • 50% souhaitent des contenants biodégradables,
  • 43% souhaitent des eaux aromatisées,
  • 40% souhaitent des boissons d'origine locale,
  • 39% souhaitent des ingrédients naturels.

Pour plus d'informations sur cette étude vous pouvez cliquer sur le lien suivant : Paroles de snackeurs 2015 - focus Boissons.

 

Le développement du snacking en restauration collective

Pour conclure, Olivier SCHRAM, directeur associé de PH Partners  a fait une présentation spécifique de la restauration collective rappelant qu'elle a également son rôle à jouer dans la restauration rapide. En effet, les 3 grands piliers qui la composent, à savoir les Entreprises, l'Enseignement et la Santé ont tous su s'adapter à cette nouvelle manière de consommer :

  • Face aux nouveaux modes de travail (nomadisme, gestion des projets en mode collaboratif, horaires à la carte) et à la baisse de fréquentation, la restauration d'entreprise a pris un nouveau virage. Elle a effectivement réorganisé ses espaces en de véritables lieux de vie multifonctionnels : espaces de détente, de travail, de restauration sur place ou à emporter. L'offre s'est diversifiée et amplifiée avec de nouveaux formats, des formules et un élargissement des horaires de services.
  • Face à un large public, la restauration scolaire a su également adapter ses formats aux différentes classes d'âge et rythmes scolaires en accordant une place toute particulière aux produits de base.
  • Afin de faciliter la logistique, la restauration dans le secteur de la santé a opté pour la cuisine d'assemblage avec une offre plus qualitative donnant aux pensionnaires des zones de confort et de convivialité.

Olivier SCHRAM rappelle que le facteur clé de succès de la restauration collective quel que soit le segment tient dans "la maîtrise du temps" auquel on rajoutera désormais la "modularité" et la "pluri-fonctionnalité" des lieux.

 

 

A lire également

Les solutions repas Feed "all in one" ou l'apologie de la pause déjeuner au format XS

Le 17/05/2017

Repas simplifiés, raccourcis, grignotés en solo, abandon de la table au profit de produits nomades, à manger sur le pouce... L’arrivée remarquée de Feed, smart food "all in one" en réponse à ces nouveaux rythmes interpelle à l’heure où une récente enquête du CREDOC annonce qu’en France,en 2016, la désinstitutionnalisation des repas s’essouffle… [...]

Restauration collective : les derniers chiffres clés 2016 et les tendances à venir

Le 09/05/2017

La restauration collective représente 23.8 % de la RHD, avec 20 milliards d'euros de CA. Population scolaire en augmentation, vieillissement de la population, durées de séjour diminuées, dynamique du trafic aérien, mais aussi évolution des habitudes de consommation offrent de nouvelles perspectives à la restauration collective.

Chiche! L'apéro, un nouvel usage pour les légumineuses

Le 05/05/2017

Des légumineuses à l’apéro : la marque Chiche! offre une nouvelle place aux légumineuses. Souvent positionnées sur l’axe santé, les légumineuses ne sont pas synonyme de plaisir. Et pourtant, une start-up incubée par l’Isara de Lyon, mise sur un instant de consommation inattendu et un marketing plutôt fun pour ces légumes secs.