Au delà du pack, la personnalisation ou marketing one-to-one, s'applique aussi au produit ! Exemple des compléments alimentaires.

Le 19 mai 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
De plus en plus, il faut faire du sur-mesure et s’adresser directement au consommateur, répondre à ses besoins comme s’il était unique. De nombreuses initiatives autour de la customisation du packaging ont vu le jour. Place aujourd'hui à la personnalisation du contenu avec Bloomizon qui applique le principe aux compléments alimentaires.




Nouveau pilier du marketing alimentaire, la personnalisation monte en puissance. Deux grandes stratégies se démarquent : la communication personnalisée (favorisée par le Big Data) et la customisation du produit.

 

 

 

Côté packaging, les exemples sont nombreux.

Côté formulation des DA cocainitiatives apparaissent en DA ou en e-commerce :

  • Le site My Muesli offre la possibilité de personnaliser ses céréales pour une réception directement à domicile.
  • Freestyle, un distributeur de boisson créé par Coca-Cola propose plus de 100 choix de boissons grâce à différents mélanges de saveurs.
  • Pour concurrencer son grand rival, Pepsi a lancé Spire, un distributeur contenant la totalité du catalogue de boisson de Pepsi (7Up, Tropicana, Ice tea…) ainsi qu'une très large variété de parfums. L’utilisateur choisit sa boisson de base via un écran tactile et peut ensuite rajouter des goûts et saveurs additionnels pour créer un mélange unique.
  • Button Barista App. est une application destinée à la distribution automatique qui permet de créer des boissons et de les commander directement depuis un portable. Les usagers de certains distributeurs automatiques (identifiables avec le symbole "Button Barista App") peuvent régler à leur goût l'intensité du café ou du thé, le volume d'eau ou de lait et la quantité de sucre.

 

Après le muesli ou les boissons personnalisables, place aux compléments alimentaires.

La start-up Bloomizon est à l'origine d'un programme personnalisé destiné à apporter à chacun des vitamines en fonction de ses besoins. La start-up a levé 160 000 euros auprès d'investisseurs privés et a lancé en parallèle une campagne sur Kisskissbankbank.  

Bloomizon2Fondé par Mélanie et Benoît Jonniaux, Bloomizon est le fruit d'un an de travail en collaboration avec des chercheurs du CNRS et d'un partenariat noué avec le laboratoire Capsugel.

Partant du constat que chaque individu est différent et n’a donc pas les mêmes besoins en vitamines, le programme est construit sur mesure et s’adapte aux caractéristiques physiques (âge, taille, sexe…), au mode de vie (activité physique, lieu d’habitation…), et aux habitudes alimentaires de chacun. Grâce à un algorithme qui détermine les besoins en vitamines de l'internaute, celui-ci reçoit ensuite des boîtes de vitamines personnalisées. Le consommateur paye à chaque commande (10 euros pour la boîte de 30 capsules), et non par abonnement. Il peut ensuite suivre son évolution depuis une application mobile dédiée.

Bloomizon1"Vous ne changez pas votre mode de vie, c’est le programme Bloomizon qui s’adapte à vous".

Les vitamines sont fabriquées en France, à Ploërmel, dans le laboratoire partenaire Capsugel.

 

Xerfi prédit un bel avenir aux compléments alimentaires.

Les déficits en vitamines, minéraux, acides gras ou certains acides aminés sont fréquents, et leur occurrence augmente lorsque l’on avance en âge. Si le marché des compléments alimentaires a vécu deux années dans le rouge (2008 à 2010), il affiche, selon Xerfi, une croissance de 6,5 % en 2014, sur 1,5 milliard d'euros, croissance qui devrait se confirmer dans les années à venir sur un rythme de + 5 % en moyenne entre 2015 et 2017 pour atteindre 1,7 milliard d'euros.  

Bloomizon et comp; alim

Les experts de Xerfi ont identifié plusieurs leviers stratégiques à destination des fabricants :

  • Innover pour élargir la cible commerciale, aujourd’hui essentiellement féminine, vers des publics encore peu réceptifs mais à fort potentiel (seniors, hommes, enfants...)
  • Communiquer de façon plus offensive en priorisant notamment les réseaux sociaux.
  • Coopérer davantage avec les circuits conseils, qui captent plus de la moitié des ventes.

Et Bloomizon ajoute un quatrième levier, celui de la personnalisation de l'offre, à l'heure où la DATA permet de collecter des renseignements qui valent de l’or et qui peuvent mener à une approche quasiment one-to-one du consommateur… Résultats de la start-up à suivre de près !

A lire également

Le sport, un engouement tel que même des marques alimentaires inattendues entrent dans la ronde

Le 21/11/2016

Le sport c'est la santé, et le sport est en pleine forme ! L'année 2015 a battu tous les records en terme d'engouement des Français et enregistre ses meilleurs résultats depuis 5 ans, selon une étude réalisée par NPD Group. Cet enthousiasme pour le sport suscite des convoitises de la part de nombreuses marques alimentaires.

Les substituts de viande et de lait s'attèlent de plus en plus à reproduire l'aspect et le goût du produit original.

Le 17/11/2016

La vague végétale, en même temps que le nombre d'allergiques et d'intolérants, ne cesse de progresser. En réponse à des préoccupations grandissantes quant à l'éviction de certains aliments, les industriels parviennent à proposer des succédanés visuellement et gustativement très proches de l'aliment mimé.

La vague végétale s'immisce dans l'univers de la boucherie… Jusqu'à en prendre le nom.

Le 25/10/2016

"Boucherie" et "Végétal" : deux vocables antinomiques ? Plus aujourd'hui puisque des concepts, en RHD comme en GMS, les réunissent pour faire valoir leur vision flexitarienne de l'alimentation. Focus sur "Le Boucher Vert", SIAL d'or 2016, et "La Boucherie Végétarienne", une adresse parisienne pour découvrir la Slow Food en version végétale.