Bretagne Supply Chain visite le port de Lorient

Le 07 mai 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn

La journée a débuté par une présentation rapide des activités du port par Vincent Tonnerre, responsable du développement logistique et commercial.

Lorient est résolument un port tourné vers l’international, avec au cœur de son activité l’import de matières premières agricoles destinées à la nutrition animale, d’hydrocarbures (premier port breton), et de vrac de construction. Mais Lorient dispose également d’autres atouts, notamment un terminal roulier ou un entrepôt frigorifique.


Dans un contexte économique tendu, le port s’engage pour maintenir et développer son activité (trafic de 2.4 tonnes en 2014 contre 2.7 en 2011) en travaillant sur plusieurs axes parmi lesquels :

  • l’amélioration de la performance portuaire (organisation du travail, outils de pilotage de la performance, …) : c’est un enjeu majeur pour réduire le transit time et attirer de nouveaux flux,
  • le développement des trafics de vrac agroalimentaire, 
  • le développement de l’export de céréales,
  • le développement de d’un parc terrestre à containeurs en association avec des armateurs et transitaires du grand ouest,
  • une étude sur la faisabilité d’une ligne RORO Irlande/ France/ Espagne.

Jean-Marie Barrière, responsable d’exploitation, nous a ensuite fait visiter les infrastructures :

  • le quai de l’entrepôt frigorifique (capacité de stockage de 22 400 m3 en froid négatif jusqu’à – 25 °C et 1 800 m2 pour le transit en froid positif). 
  • le quai de déchargement des divers (fonte, pâte à papier, bois, engrais, kaolin, ferraille, pneus broyés…).
  • le terminal où sont déchargés les engrais, le terminal vrac agro avec ses silos, ses tapis, et ses grues permettant de décharger jusqu’à 900t/ heure,
  • le terminal agro-alimentaire avec son silo, sa station de transit rail route, ses portiques de déchargement et ses grues pouvant décharger jusqu’à 900 t/heure par engin et 1 600t/heure au global,
  • l’appontement pétrolier.

Le Port de Lorient peut répondre également à d’autres types de demandes, comme les escales de paquebots de croisière, ou l’accueil des voiliers de courses au retour de la Route du Rhum ou de la Transat Jacques Vabre.

Jean-Marie Barrière nous a également expliqué les exigences en termes de sûreté portuaire (le responsable des quais est habilité par l’état pour surveiller l’espace entre les navires et le public), mais aussi en termes de sécurité sanitaires des produits. Certification HACCP, processus de nettoyages très rigoureux sont de mises pour répondre aux exigences des clients.


Et pour lutter contre les rongeurs et oiseaux attirés par la nourriture sur les quais, le port a développé un plan pour réguler les nuisibles. L’une des actions a été l’introduction de faucons naturels en collaboration avec la Ligue de Protection des Oiseaux !


Nous avons également évoqué les métiers, les acteurs du port, et leurs responsabilités, avec les entreprises effectuant la manutention, la consignation et le transit.


Cette visite nous a permis de mieux comprendre le fonctionnement du port de Lorient, et ses atouts : comme les collaborateurs le disent, Lorient est un port de proximité par sa dimension, sa polyvalence, et sa capacité à faire du sur-mesure! C’est d’ailleurs l’axe sur lequel travaille le directeur Sébastien Rault : plutôt que de concurrencer les grands ports, utiliser ce savoir-faire pour développer les activités de niche.


La matinée s’est conclue autour d’un buffet où les échanges se sont prolongés dans la convivialité, et sous le soleil !

A lire également

Le management visuel en entrepôt chez ISS Logistique

Le 11/09/2017

La visite BSC du mois de septembre est consacrée au management visuel en entrepôt chez l'acteur majeur du facility management, ISS Logistique et Production. Les inscriptions sont ouvertes !

Retrouvez BSC sur LinkedIn

Le 24/08/2017

Bretagne Supply Chain est désormais sur le réseau social professionnel.

GNV : cherche transporteurs et chargeurs souhaitant s'engager

Le 03/08/2017

L’Ademe va subventionner l’achat de véhicules au GNV jusqu’à 10.000 euros. C’est une opportunité pour les acteurs régionaux pour le déploiement du GNV en Bretagne.