Palmes de Bronze pour le restaurant "Privé de Dessert" aux Palmes de la Restauration by Leaders Club, la folie du mélange des genres dans l'univers du sucré

Le 29 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
La pâtisserie et plus globalement l'univers du sucré séduit toujours autant avec encore plus de gourmandise et de plaisir. Les nouveaux acteurs d'aujourd'hui fans de la petite note sucrée n'hésitent plus à se démarquer en laissant libre cours à leur créativité et en osant le mélange des genres.

 

Médaille de Bronze au Palmes de la Restauration pour le restaurant Privé de Dessert

Le 30 mars dernier au Théâtre de la Porte Saint-Martin (Paris 10ème), les Palmes de la restauration by Leaders Club France ont récompensé de nouveaux concepts de restauration. Alors que le restaurant Persillé a reçu la Palme d'Or et Capucin signé Bras celle d'Argent, le restaurant Privé de Dessert a, quant à lui, obtenu la Palme de Bronze.

Imaginé par sa propriétaire, Séphora Nahon, ce restaurant parisien du 9ème arrondissement est fondé sur un concept original de plats en trompe l'oeil aux visuels sucrés. A la carte, la Religieuse (tomate et crabe), l’Opéra (foie gras et pain d’épices), le Mille-feuilles (tomates et burrata), le Saint Honoré (burger) et ses churros de pomme de terre. En dessert, une véritable note sucrée avec une gaufre maison et son émulsion de Nutella. Six ou sept entrées sont proposées à la carte, autant en plats. Le choix de la carte est volontairement réduit car tous les produits sont frais, de saison et 100% maison. Ce nouveau restaurant compte environ 40 couverts avec une terrasse pouvant accueillir 12 convives supplémentaires. L'ambiance du restaurant est conviviale avec un décor "comme à la maison". Le ticket moyen est de 33€.

Ce concept repose sur des frontières totalement perméables entre l'univers du sucré et du salé. Ici le salé revêt son déguisement de sucré permettant aux convives de vivre une expérience culinaire surprenante et originale.

 

Les desserts hybrides ont le vent en poupe.

Qu'est-ce qu'un dessert hybride ? C'est une union de desserts différents pour n'en faire qu'un seul au final. Ce mouvement a été initié en 2012 à New-York par le célèbre pâtissier français Dominique Ansel et son célèbre Cronut®. Cette pâtisserie d'un nouveau genre est un croisement de la viennoiserie star française, le croissant et le donut, pâtisserie chérie par les Américains. Le Cronut est frit dans de l’huile de pépin, roulé dans du sucre, garni avec une crème et agrémenté d’un glaçage. Celui-ci a fait un véritable buzz aux Etats-Unis avec plusieurs centaines de Cronuts par jour écoulés aux prix de 5 dollars pièce.

Devant l'ampleur de ce phénomène de croisement de desserts, d'autres pâtisseries ont vu le jour comme le Cragel (Croissant & Bagel), le Wonut (Gaufre &  Donut), le Brookie (Brownie & Cookie), le Dufin (Donut & Muffin), le Whoopie (Macaron & Cookie), le Cookie cup (cookie en forme de cup)...

patisseries hybrides

 

gamme-muffins-BDLa restauration rapide s'est également engouffrée dans la brèche. A l'image de Brioche Dorée qui a revisité le croissant en muffin à travers ses Muffinoiserie® en sucrées et salées. Cette toute nouvelle gamme est sortie le 9 avril dernier.

  • Deux références proposées à date en salé : façon croissant-jambon et saumon œufs brouillés-ciboulette, à déguster chaudes ou froides.
  • Et deux références également en sucré : celui au Nutella, développé avec Ferrero, et le Maxi choc, un véritable pain au chocolat en format muffin avec un topping noisettes concassées et chunks de chocolat noir.


Les Muffinoiserie® sont des produits qui se dégustent à tout moment de la journée, adoptant un format qui se plie à toutes les envies : du petit-déjeuner au dessert en passant par les petites faims. Ils sont proposés aux alentours de 2.50€ pièce.

Force est de constater que le domaine du plaisir sucré reste source d'inspiration et moteur d'innovations. Reste maintenant à savoir, si ces "desserts hybrides", nés d'alliances entre différents desserts, réussiront à s'implanter pérennement en France.

A lire également

La restauration, initiatrice des tendances en GMS. Quid de l'offre végétale ?

Le 14/02/2018

La restauration impulserait-elle les tendances à venir ? Et bien oui !
L'offre en GMS se flexitarise de plus en plus, à en voir toutes les innovations végétales.
Tendance loin d’être nouvelle, puisque nos grands chefs l'avaient prédite depuis longtemps...

Les nouveaux outils promotionnels : au lieu d'offrir du prix, offrons des solutions…

Le 08/02/2018

Les enseignes utilisent souvent le levier de la promotion ponctuelle pour se démarquer de leurs concurrents, avec des remises faisant parfois grand bruit… En anticipation du projet de loi limitant les promotions sur les produits alimentaires, certaines marques avaient déjà imaginé de nouvelles façons de présenter les promotions.

Viande : retour en force des bas-morceaux ?

Le 06/02/2018

Au premier abord péjoratif, le terme bas-morceau désigne des morceaux de deuxième et de troisième catégorie (à braiser et à bouillir), qui ne sont pas considérés comme des morceaux "nobles" de la viande. Et pourtant, ils collent parfaitement aux tendances : anti-gaspillage, tradition culinaire, saveurs d'antan...