Naissance de la première ferme verticale au monde, vers davantage de consommateurs "auto-producteurs" ?

Le 28 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Aujourd'hui, près de 60% de l'Humanité se concentre dans les zones urbaines. D'ici 2050, ce pourcentage atteindra 80% avec environ 3 milliards d’habitants supplémentaires dans le monde. L'agriculture traditionnelle ne suffira plus à nourrir la population. Par conséquent de nouvelles solutions responsables émergent ...

Première ferme verticale au monde : un parking

Imaginée par Nona Yehia et Penny McBride de l'entreprise Vertical Harvest, la première ferme verticale voit le jour à l'ouest des Etats-Unis dans l'Etat de Wyoming à Jackson précisément. Les travaux ont démarré en décembre dernier et cette ferme verticale devrait être opérationnelle début 2016, les premières récoltes seraient attendues deux mois après.

 

Cette ferme verticale est construite sur 3 étages le long d'un parking de la ville. Elle sera capable de produire environ 20 tonnes de tomates, 16 tonnes de pousses vertes et près de 2000 kg d'herbes aromatiques. Selon ses concepteurs, la production de ces 4000 m² de culture serait équivalente à la production d'un champ traditionnel de 2 hectares.

Ces fermes verticales reposent sur la technique de culture hydroponique alliant la culture hors-sol et l'aquaculture. L'objectif est de créer un climat artificiel dans ce bâtiment : la graine est posée sur une "éponge" et ses racines trempent dans l'eau. L'éclairage se fait via des LED. Ce système a des impacts bénéfiques sur l'environnement il utiliserait 90% d'eau en moins qu'une agriculture classique, pas d'utilisation de pesticides ou herbicides chimiques et le développement des plantes se ferait 30% plus vite. Non seulement ces fermes verticales répondent aux enjeux de développement durable mais elles sont également une réponse à la densification de la ville de demain.

 

 

Tendance Produce-it-Yourself : de nouvelles solutions à la production alimentaire chez soi

 

Selon un sondage TNS Sofres datant de juin 2014, 43% des Français produisent chez eux des fruits, des légumes, des salades, des herbes aromatiques et même un Français sur dix dispose d'œufs pondus à domicile. Toujours selon TNS Sofres, ce phénomène est en croissance. Il est lié à une perte de confiance envers les produits alimentaires (-8 points selon les études de son institut entre 2012 et 2014), notamment après le scandale des lasagnes de cheval.

Le système d'auto-production est effectivement à prendre au sérieux et pourrait fait partie, dans un futur proche, du paysage agroalimentaire de demain. Outre les produits qui ont déjà fortement fait parler d'eux, notamment au SIAL 2014, comme le kit de Champignons de Prêt à pousser à faire pousser chez soi ou encore le kit pour brasser sa bière à domicile de Brooklyn Brew Shop, d'autres signaux faibles se révèlent :

 

  • polailler urbain polailler urbain 1A l'instar des poulaillers urbains. Avoir un élevage de poule et produire ses propres oeufs redevient très à la mode avec des poulaillers de balcon parfois très designs. La vente de poulaillers a d'ailleurs augmenté de 50% chaque année depuis 2008 selon les magasins Truffaut.

 

  • la-ruche-du-futur-urban-beehiveProduire son propre miel à la maison est possible avec les ruches urbaines domestiques de Philips : Urban Beehive. Côté extérieur, un bac à fleurs pour attirer les abeilles, et une ouverture pour leur permettre d’entrer et sortir de la ruche. Côté intérieur, une paroi translucide permet d’observer l’activité de la ruche. Une ouverture sous la ruche permet d’enfumer les insectes et de récolter le miel sans danger.

 

  • local river 4Les "unités domestique de stockage pour poissons et légumes appelées Local River. Imaginé par Mathieu Lehanneur, ce mobilier permet au consommateur d'élever ses propres poissons d'eau douce, crustacés et de produire son propre potager domestique dans un espace commun. Le principe : il suffit simplement de donner à manger aux poissons, puis les crustacés se nourrissent des déjections des poissons et l'eau des poissons sert à la pousse des plantes.

 

  • window farmsLes Window farms ou mini fermes verticales d'intérieur se développement aux Etats-Unis notamment. Concrètement il s’agit de colonnes de dix plants (laitue, mâche, herbes aromatiques, fraises, etc.) irriguées au goutte-à-goutte et placées à proximité de la lumière d’une fenêtre. On vient ensuite récupérer selon son envie et ses besoins sa récolte. 

 

Même si ce phénomène "Produce-it-yourself" est encore émergent, il pourrait dans les années à venir faire partie des nouveaux modes de consommation de demain. Charge aux industriels d'anticiper et de proposer de nouvelles offres conformes aux attentes naissantes de ces auto-producteurs-consommateurs.

A lire également

Ooho encapsule l’eau dans une membrane biodégradable aux algues

Le 18/09/2017

Ooho marque les esprits et connait déjà un gros succès sur les réseaux sociaux avec une capsule d’eau comestible et durable sous forme de bulle biodégradable. Elle fait de l’ombre aux bouteilles en plastique, ouvrant des perspectives d’évolution des pratiques de consommation d’eau, à commencer par les usages nomades ou sportifs...

Les chiffres clés de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire en Bretagne - Edition 2017

Le 18/09/2017

Le document "ABC Agriculture et Agroalimentaire de Bretagne en clair - les chiffres", édition 2017, vient d'être publié.
Synthèse des principales données.

En quoi le consommateur bio diffère du consommateur de produits conventionnels ? Etude Bionutrinet

Le 06/09/2017

En quoi manger bio est-il différent de ne pas manger bio ? Les consommateurs sont-ils plus ou moins riches, plus ou moins urbains ou plus cools que les autres ? La web-BD de Bio Consom'acteurs issue de l'étude Bionutrinet montre que la réalité est bien plus complexe, qu'il n'existe pas une mais de nombreuses façons de consommer bio...