La mobilité facteur d’attractivité touristique des territoires

Le 15 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Les activités de tourisme s’appuient sur des mobilités et proposent un champ d’innovation important pour proposer aux touristes des offres touristiques intégrant la mobilité. L’étape du Breizh Mobility Tour à Saint Malo le 26 mars dernier était l’occasion de faire le point sur ces enjeux à travers des initiatives en cours.

La mobilité facteur d’attractivité touristique ?

Comme les mobilités professionnelles ou celles du quotidien, les mobilités touristiques sont massivement réalisées en automobile personnelle. La capacité d’une automobile à pouvoir emmener famille et bagages jusqu’au lieu de vacances est en effet bien souvent un des critères d’achat de l’automobile. Néanmoins les pratiques changent. Sous l’impulsion d’un coût croissant d’usage de l’automobile, de l’amélioration de la performance des transports en commun (nouvelle liaison TGV), de la progression rapide de nouvelles solutions comme le covoiturage longue distance, de l’abandon de l’automobile personnelle de certains urbains, la demande de « vacances sans ma voiture » apparait comme une attente de plus en plus forte. C'est une tendance constatée par plusieurs témoignages partagés à Saint Malo. L’adaptation des solutions de transport des territoires pour les attentes des touristes devient ainsi un réel enjeu d’attractivité de ces territoires. L’intérêt touristique intrinsèque de la destination ne va plus suffire, mais d’ores et déjà la possibilité d’avoir accès à des solutions de mobilité multimodales sur son lieu de vacances fait partie des critères de choix d’une destination touristique. Pour le territoire, c’est bien-sûr un enjeu de consommation touristique. Son offre de mobilité doit pouvoir en effet favoriser des déplacements sans contraintes vers les sites touristiques, et ainsi favoriser la consommation d’offres touristiques.

 

Eléments d'une prise en compte des mobilités touristiques.

Un écosystème à mettre en mouvement

L’arrivée de la LGV comme déclencheur

L’arrivée du train à grande vitesse à Saint Malo apparait en effet comme un révélateur et probablement un accélérateur de ce besoin d’adapter l’offre de mobilité du territoire à ces attentes des touristes. Les travaux de la LGV sur l’axe Paris Rennes va mettre Saint Malo à 2h15 de Paris, 40 minutes de moins qu’aujourd’hui à partir de 2017. La SNCF prévoit au global un accroissement du trafic de l’ordre de 20 %. Le territoire de Saint Malo attend donc un accroissement des flux touristiques, en particulier de séjours courts sans voiture. Une perspective qui questionne les acteurs locaux du tourisme et du transport, et justifie une réflexion sur l’adaptation des solutions locales de mobilité accompagnant de manière cohérente cette nouvelle ligne à grande vitesse.

 

Des acteurs du tourisme précurseurs

Des acteurs du tourisme, plus souvent parce qu’ils sont éloignés des systèmes de transport en commun, tentent d’innover pour proposer des packages vacances sans voiture. L'enjeu est d'attirer malgré l'éloignement. Le parc de Branféré, le camping du Hallate dans le Morbihan, tout deux labellisés « Green Globe » mettent en œuvre une offre de tourisme à faible impact environnemental. Logiquement, ces structures se préoccupent de la mobilité de leurs clients. Tout d’abord en proposant une prise en charge du voyage jusqu’au site touristique puis en proposant sur place des services de mobilité. L'idée est d'intégrer la mobilité à l'offre de séjour pour simplifier la vie du touriste. Le parc de Branféré a expérimenté une offre sur un week-end intégrant depuis la gare d’arrivée à Redon la mise à disposition d’un véhicule électrique pour la durée du court séjour. Le parc cherche avec plusieurs acteurs à industrialiser cette offre. Sur le lieu de vacances, il s’agit de proposer plusieurs services de mobilité dont la location de véhicules électriques et de vélos électriques pour sortir du site. Des agences réceptives comme Fun Breizh se positionnent sur ces séjours sans voiture, notamment auprès d’une clientèle touristique parisienne en attente de package sans voiture. Ces séjours sont de l’ordre de 15% plus cher, selon l'agence, mais correspondent à des attentes croissantes.

 

Le rôle clé des collectivités

Les collectivités, autorités organisatrices du transport, ont un rôle clé à jouer. Il s’agit en effet pour elle de faire évoluer un système de mobilité massivement pensé pour la mobilité domicile-travail des résidents vers un système intégrant également la valorisation touristique du territoire. L'offre de transport en commun doit donc également adresser les besoins des touristes. Cette évolution est d’autant moins simple à mettre en œuvre qu’elle demande de la transversalité entre plusieurs compétences au niveau des collectivités (tourisme et transport) mais aussi des propositions sans investissement d’infrastructures, compte tenu de marges financières réduites de collectivités. Lorient Agglo a ainsi réussi à initialiser cette nouvelle approche dans l’animation du transport en prenant en compte les attentes des touristes. En complément du taxi bateau traversant la rade, une offre de découverte de la rade de Lorient est ainsi proposée ; le réseau d’arrêts de bus de l’agglo prend désormais en compte les départs de randonnées et les départs depuis les embarcadères permettant aux touristes des accès simplifiés à ces produits touristiques.

 

Deux exemples qui illustrent cette approche nouvelle.

Le vélo électrique, une des solutions adaptées aux usages touristiques

Vélektro, le service de location de vélos électriques opéré par l’office du tourisme de Lannion Trégor Agglo est un réel succès. Il confirme cette idée que l’expérience d’un séjour touristique sans sa voiture répond à des réelles attentes. Démarré en 2011 avec 40 vélos, le service en dispose aujourd’hui de 160 avec un réseau de 30 points incluant la recharge. Associée aux services classiques de l’office du tourisme, et proposée à un prix attractif, cette offre de location permet des nouvelles mobilités et la découverte de points d’intérêt touristique, notamment à l’emplacement des bornes de recharge. Les vélos sont proposés à la location à la demi-journée ou à la journée, mais un nombre croissant de demandes concerne la mise à disposition de vélos pour toute la durée du séjour. Il faut noter que les touristes ne sont pas les seuls usagers du service mais que les résidents l’utilisent également. Au départ pensé pour les touristes, Vélektro rend également service aux résidents pour leurs loisirs alors que des usages domicile-travail hors saisons sont envisagés pour optimiser l’utilisation des vélos.

Une initiative de location de vélos, Brocéliande Bike Tour, est en cours de lancement et vise de la même manière la découverte du pays de Brocéliande à vélo.

 

L'étape du Breizh Mobility Tour à Saint Malo a confirmé la largesse du champ d’innovation potentiel sur cette thématique et les attentes réelles des touristes sur ces offres, notamment pour des offres de «voyage sans sa voiture». Parce qu’il est pour beaucoup le moment d’une recherche d’expériences différentes, le temps des vacances est sans doute aussi pour cette raison un champ d’innovation pertinent pour tester de nouvelles pratiques. Les acteurs du tourisme, les acteurs du transport mais aussi les acteurs du numérique sont les briques essentielles de l’écosystème à mettre en mouvement pour mieux intégrer la mobilité dans l’expérience touristique.

A lire également

Véhicules et Mobilités 2017 : vos retours et vos attentes

Le 29/11/2016

Pendant ce dernier trimestre 2016, nous vous avons interrogé sur votre niveau de satisfaction, vos avis et vos attentes pour Véhicules et Mobilités : le site Web, la newsletter, Twitter et autres. Comme promis, voici un retour des résultats de cette enquête et nos axes de développement pour 2017 !

Open source : avenir ou concurrence de l'industrie automobile ?

Le 22/11/2016

Comment l’open source, le partage permettent d’arriver différemment à la construction d’une voiture ? Mais ces véhicules open source sont-ils réservés aux makers ou influencent-ils les pratiques de l'industrie automobile ? Quels sont les impacts des véhicules open source sur la chaîne de valeur, notamment la distribution des véhicules ?

La mobilité parle à la mobilité #RadioMobilité

Le 15/11/2016

Pourquoi la mobilité devient plus qu’une question de transport ou de solution ? Comment les activités peuvent la reconfigurer ? Comment s’approprier une nouvelle culture de la mobilité ?

Voilà 3 questions auquel BMA veut répondre à travers ses expérimentations, un hashtag Twitter #RadioMobilité et un site web boosterdemobiliteactive.com.