Burgers, paninis ou hot-dog, les industriels de la viande adaptent leur offre.

Le 07 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le marché du snacking affiche de belles performances et la valorisation des produits comme la qualité de l’offre ne cessent d’évoluer. Forme, découpe, formage, race ou cuisson, toutes les variations sont au rendez-vous pour offrir des produits différenciants aux restaurateurs comme à la GMS.

L’offre burger reste une véritable source d’innovation.

Les Français sont les deuxièmes plus gros consommateurs de burgers en Europe et 69 % des acheteurs de hachés déclarent réaliser des hamburgers fait-maison, selon une éude on-line réalisée par Meyring en février 2013.

 

 

Les industriels de la viande sont donc en quête de différenciation afin de conquérir des parts de marché sur ce segment porteur.

Socopa se positionne tout particulièrement avec :

  • des steaks hachés de bœuf « chrono » qui, grâce à une technologie de formage spécifique, offrent une cuisson rapide ;
  • des mini-steaks hachés pour hamburgers ;
  • des steaks  ronds façon bouchère de différentes races : Salers, Charolais, Montbéliard, Normand, permettant à l’industriel de jouer la carte du premium.

viande et snacking2

Pour la GMS, la filiale du groupe Bigard lance également l'Ultra Savoureux double haché cheddar, en complément des références sauce au poivre et sauce burger. Un produit spécialement  imaginé pour les hamburgers : 2 hachés ronds et une tranche de fromage cheddar fondant au milieu. Il se cuit à la poêle avant de s’intégrer dans un pain burger.

 

viande et snacking6L’offre de hachés pour les sandwiches autres que les burgers évolue également. Ainsi sont aujourd’hui disponibles :

  • des steaks hachés déjà cuits, idéal pour les buns, baguettes, bagels ou paninis ;
  • des références rectangulaires, adaptées pour garnir les baguettes et autres pains longs.


Des effilochés pour différents usages.

viande et snacking5Fajitas, salades composées, sandwiches et même burgers : les effilochés sont multi-usages.

  • Socopa propose des égrenés et effilochés cuits de bœuf.
  • Jean Routhiau développe une gamme d’effilochés cuisinés de poulet, de canard, de porc ou de bœuf assaisonnés.
  • Cooperl commercialise des effilochés de porc et jambons tranchés au format burger.


Les émincés

viande et snacking3En septembre dernier, Charal investissait l’univers des aides culinaires avec des émincés de bœuf, légèrement persillés et conditionnés en vrac en sachet de 500 g et donc portionnables à volonté.

C’est au tour de la branche Restauration de la marque de proposer aujourd’hui des émincés au bœuf cuit, destinés à simplifier le quotidien des professionnels de la RHD : ces lamelles élaborées à partir de muscles 100 % d'origine française, sont prêtes à l’emploi et peuvent être utilisées chauds ou froids dans de nombreuses préparations, permettant notamment de mettre en œuvre sandwichs, salades ou pizzas. 

 

Du côté du hot-dog.

Si Herta est bien positionné dans l’univers du hot-dog, d’autres intervenants lancent des offres adaptées à ce sandwich. Pour revisiter un hot-dog, Provol propose une saucisse bœuf-carotte, déjà cuite et épluchée, prête à l’emploi. Constituée de 60 % de bœuf (origine France) et de 10 % de carotte, elle ne contient pas de porc.


viande et snackingLes kits pour préparer soit même son sandwich.

Selon Bernard Boutboul, directeur général de Gira Conseil, le marché du sandwich en France est en croissance de 2,33% en 2014 par rapport à 2013 avec 2,19 milliards d'unités consommées. Le jambon-beurre y représente 58 % des sandwichs consommés pour un produit qui se veut de plus en plus qualitatif.

Partant du constat qu’aucun pain de sandwich conditionné n’atteignait le niveau de croustillance de la baguette élaborée par un boulanger, certains industriels ont développé une offre permettant au consommateur de réaliser lui même son sandwich dans une baguette qu'il aura choisie.

  • viande et snacking7Le Quart de Jambon Prétranché Aoste propose, dans une boîte fraîcheur refermable, 18 petites tranches de jambon, idéales pour confectionner sandwiches et autres encas.
  • Dernier en date, Fleury Michon propose au rayon charcuterie, deux gammes de duos jambon et fromage associant quatre tranches de jambon de Paris au format baguette et deux tranches de fromage (emmental ou cheddar). De quoi élaborer deux sandwiches. Le vendéen propose également au rayon des aides culinaires, trois déclinaisons en barquettes sécables : dés de jambon-emmental, émincés de poulet-emmental, allumettes de bacon-cheddar.

 

Malgré une morosité ambiante dont la restauration est l’une des premières victimes, le snacking continue de sortir son épingle du jeu. Gira Conseil note en effet une évolution de CA marquée de la GMS (rayons snacking), des commerces de proximité ou de la boulangerie, qui continueront de marquer des points à condition de bien mettre ces gammes en avant et d'élargir une offre peut-être encore perfectible.

Charge aux industriels de de poursuivre dans cette voie et de proposer aux restaurateurs comme à la GMS des offres pour toujours plus de praticité et de plaisir.

A lire également

Des usages culinaires pour Bonduelle

Le 12/10/2017

Recommandations nutritionnelles, mise en avant du végétal par les restaurateurs, nouvelle forme de socialisation, politique de restauration collective en faveur du flexitarisme, le végétal est au centre des débats et de l'assiette ! Bonduelle réagit et innove en termes d'usages culinaires avec "Mes astuces légumes", au rayon surgelé.

Du "ready to cook" dans l'univers carné

Le 22/09/2017

Dans un contexte de marché peu favorable, entre la méfiance envers les filières animales, la végétalisation de l'alimentation, les industriels de la viande doivent repenser leur offre pour répondre aux attentes du consommateur. A l'instar de Tönnies, Socopa se positionne sur le "Ready to cook", version porcine.

FeedItBag ou la seconde vie "green" du sac de course

Le 13/07/2017

Une opération de la chaîne de supermarchés allemande Edeka propose des sacs de course à double usage permettant de faire pousser des légumes. Le sac plastique reste néanmoins, dans l’imaginaire collectif, le premier symbole de pollution... L’usage émotionnel associé au FeedItBag réussira t’il à contourner cette forte représentation ?

[...]