Entretenir, rénover, garder son bâtiment d'activité attractif : un placement sur l'avenir

Le 03 avril 2015

Partager sur Facebook Partager sur Twitter Partager sur Viadeo Partager sur LinkedIn
Le patrimoine immobilier d'une entreprise est une valeur qui ne doit pas être négligée. Ne pas prendre en compte la valorisation de son bien peut être une source de dépréciation de l'actif de l'entreprise, et peut obérer la santé financière de celle-ci, autant qu'une perte d'activité.

Pour répondre à la question suivante : pourquoi et comment rénover mon bâtiment d'activité ?

Une réponse s'impose.

 

Entretenir, rénover et garder son immeuble d'exploitation attractif est un placement sur l'avenir.

 

Le trio gagnant : faire des économies, pérenniser la valeur immobilière, gagner "en image"

  • Les économies liées à la révision de la facture énergétique et à sa maîtrise

On connaît le contexte énergétique et le caractère énergivore des bâtiments, et face à l'augmentation des coûts de l'énergie, la première motivation est d'envisager la maîtrise de l'ensemble de ses factures énergétiques.  Cette recherche d'efficacité concerne en premier lieu l'enveloppe et le diagnostic thermique du bâtiment.

L'isolation ou la révision de l'enveloppe thermique peut être une des premières actions de la rénovation ou de la réhabilitation d'un bâtiment. En parrallèle, l'entreprise mettra en oeuvre un plan d'action sur l'ensemble des consommations : chauffage, éclairage, VMC, équipements informatiques, utilitaires de toutes sortes, quant aux comportements des usagers il confortera les résultats.

La pérennisation de la valeur mobilière passe par cette première étape de consolidation     énergétique ; mais qui dit pérennisation, dit maintien de l'action dans le temps et, dépréciation si ce n'est pas le cas.

  • De la dépréciation pour inaction à la valorisation "verte"

De la même façon que l'immeuble va gagner par cette valorisation "verte", l'inaction a elle aussi un coût. Ne pas envisager d'entretenir son immeuble et le rendre plus performant, constitue un risque majeur, car les locaux seront de moins en moins susceptibles d'être estimés à une valeur marchande attractive ; et le risque définitif est de ne plus pouvoir le vendre ou le louer. Avant d'en arriver là, il est préférable de s'engager dans la réflexion et d'établir un plan d'action.

A l'inverse "le bail vert" pourra prendre tout son sens sur un immeuble qui aura acquis une valorisation de cet ordre.

  • Une image renforcée pour l'entreprise

Du confort et de la productivité  : les études RSE (responsabilité sociétale des entreprises) sur les entreprises montrent que grâce à l'amélioration du confort, la productivité des salariés augmente.

Une image positive : l'image de l'entreprise est valorisée par cette réhabilitation ou rénovation des immeuble. Il est toujours plus attrayant de travailler dans des locaux qui sont performants, en bon état, relookés pour atteindre les objectifs d'efficience thermique. Afficher des locaux responsables est aussi appréciable lors de l'accueil du client.

Améliorer la performance énergétique, choisir les dispositifs, se faire accompagne et envisager d'autres solutions

  • Un "audit global" (architectural, énergétique, financier) : le diagnostic énergétique de l'immeuble peut s'effectuer sur les 3 plans: l'architecture du bâtiment, le bilan énergétique, le bilan financier.
  • Des réglementations obligatoires ou volontaires :

Plusieurs options existent : les réglementations obligatoires pour les grandes entreprises, comme l'audit énergétique ; des démarches volontaires comme l'ISO 50001,  les systèmes de management de l'énergie qui s'organisent autour du bâti et surtout des process,  et des systèmes de monitoring énergétique. Le tout étant toujours accompagné par un volet sensibilisation et participation pour les acteurs.

  • Des certifications pour le bâtiment, comme la certification Haute Qualité Environnementale pour réduire son impact, jusqu'au bâtiment BEPOS pour les plus performants.
  • Le contrat de performance énergétique pour connaître les économies réalisées, pouvoir bénéficier d'un financement des travaux à réaliser, et connaître le temps de retour sur investissements.
  • Un accompagnement par un bureau d'études, une assistance à maîtrise d'ouvrage, et des entreprises RGE.
  • De plus grands changements sont envisageables avec l'introduction des sources d'énergies renouvelables qui peuvent fournir une solution d'autoconsommation à l'entreprise, ou une source de financement en cas de réinjection sur le réseau public. La sous-traitance à une entreprise qui commercialise des installations d'EnR peut être également un moyen de réduire les coûts de la rénovation.

L'optimisation du projet de rénovation peut trouver des réponses dans des changements complets de modèles économiques.



 

A lire également

Retrouvez l'atelier "Le territoire, levier de la transition écologique et énergétique

Le 10/09/2015

Le troisième atelier "transition énergétique" de l'année 2015 a eu lieu le 10 septembre 2015 à la CCI Rennes de 8H30 à 12H00.
regardez en différé la vidéo et retrouvez les présentations.

Territoires, facilitateurs de la transition écologique et énergétique des entreprises

Le 01/09/2015

Pour faire face au enjeux de la transition énergétique, chaque entreprise peut mettre en oeuvre des actions individuelles d'adaptation. S'intégrer dans une dynamique collective lui permet d'aller plus vite et plus loin. C'est l'objectif des collectivités qui développent des démarches territoriales.

Retrouvez les présentations de l'atelier " Autoconsommation/autoproduction" du 9 juillet 2015

Le 09/07/2015

L'atelier du 9 juillet 2015 a été l'occasion de présenter la question de l'autoconsommation et de l'autoproduction pour les entreprises.
Pourquoi est-il pertinent de s'intéresser à une démarche d'autoconsommation dans le cadre d'une démarche de performance énergétique globale ?